L’hypnonaissance : réhabiliter le rôle du papa pendant la grossesse et l’accouchement

Cette semaine nous recevons Thibaud du blog Devenir-papa. Il a pour but de témoigner de l’expérience personnelle de l’hypnonaissance que sa femme et lui ont vécu lors de la naissance de leur (premier) bébé et d’expliquer comment cette technique lui a permis, en tant que mari et papa, d’être un acteur central de la grossesse et de l’accouchement de sa femme, et ainsi de préparer l’arrivée de leur bout de chou dans les meilleures conditions. 

Il y a quelques temps, en faisant le tour des publications liées à la parentalité sur les réseaux sociaux, je suis tombé sur un dessin humoristique qui m’a interpellé : une femme à la maternité sur le point d’accoucher et en proie à la douleur promet au médecin (homme) de quitter son mari inutile (tout penaud à l‘arrière plan) pour lui s’il se décide à lui faire une péridurale rapidement. Un dessin certes drôle, mais qui contribue à perpétuer une idée bien ancrée dans de nombreux esprits : le mari ou papa ne sert à rien pendant l’accouchement de sa femme. Au contraire: tantôt il dérange les médecins, tantôt il ne fait pas ce qui faut ou met la pression à sa femme etc. Bref il est inutile quand il n’est pas nuisible, jusqu’au moment de couper le cordon ! 

Un papa, c’est inutile… vraiment? 

S’il ne faut pas donner aux dessins humoristiques plus d’importance qu’ils n’en ont, celui-ci pose néanmoins une vraie question : celle du rôle du papa pendant la grossesse et l’accouchement. Si traditionnellement les papas ne semblent jamais avoir été de grands acteurs de la grossesse de leurs femmes au cours de l’histoire, force est de constater que la médicalisation de l’accouchement au cours de ces dernières décennies a définitivement relégué les papas au rôle de spectateurs pendant l’accouchement, et de protecteurs pendant la grossesse (“laisse chérie c’est moi qui vais porter les courses”) – un peu comme si finalement, une grossesse est davantage l’affaire du médecin que celle du papa. 

Or ma femme a très vite formulé son désir de se diriger vers un accouchement naturel. Sans hostilité aucune à l’égard de la péridurale, elle pensait simplement que c’était la forme d’accouchement qui lui conviendrait le mieux et qui la mettrait la plus à l’aise. Néanmoins, quid de la question de la douleur? Comment allait-elle s’y préparer? C’est alors que, m’intéressant à l’hypnose depuis plusieurs années, je lui ai suggéré de faire quelques recherches sur l’hypnonaissance. 

 

Qu’est-ce que l’hypnonaissance? 

L’hypnonaissance est une technique d’auto-hypnose utilisée pendant l’accouchement, et préparée pendant les derniers mois de grossesse, afin d’effectuer le travail de manière sereine, c’est à dire sans peur, sans stress, sans tension, ce qui a pour effet de nettement diminuer la douleur de la maman. 

Si l’hypnose a déjà fait ses preuves dans le domaine médical (opérations etc), l’hypnonaissance comporte tout de même une certaine dimension de croyance, notamment dans la force du lien corps-esprit, et dans les ressources de la femme à faire face à une situation qui lui est encore inconnue (dans notre cas il s’agissait de notre premier enfant!). 

L’hypnonaissance est généralement utilisée dans les accouchements naturels, et implique de mettre la femme enceinte dans les meilleures conditions de calme et de sérénité, car c’est dans ces conditions que son corps sécrète de l’oxytocine, “l’hormone de l’accouchement”. Et cela se fait par une forme de conditionnement : des exercices réguliers destinés à faire entrer dans l’inconscient de la femme que l’accouchement se déroulera de manière calme, sereine, et qu’il se passera bien, que bébé sera en bonne santé. Il y a aussi des exercices de visualisation, notamment du progrès de bébé pendant le travail, et toujours en imaginant que tout se déroule à merveille, sans stress etc. En fait, c’est un peu le même mécanisme que quand on se répète en permanence nos propres croyances, qu’elles soient positive (“je suis le meilleur”) ou négatives (“je ne vaux rien”): on finit par le croire, puis c’est le mécanisme de la prophétie autoréalisatrice qui fait le reste. Une fois le jour de l’accouchement arrivé, le corps travaille tout seul, guidé par l’inconscient de la maman qui a été bien préparé à ce moment. (n’hésitez pas à aller voir sur youtube, il y a quelques vidéos d’accouchements en hypnonaissance). 

 

Donc l’hypnonaissance, ok, mais qu’est-ce que ça change pour les papas? En fait, cela change tout (pour le plus grand bien de tous!)…  

Le papa devient acteur et non spectateur de la grossesse et de l’accouchement

En ayant recours à l’hypnonaissance, le couple qui attend un enfant se donne l’opportunité immense de donner au futur papa un rôle prépondérant pendant la grossesse et ce jusqu’à l’accouchement. Le but de l’hypnonaissance étant de conditionner l’inconscient de la future maman à un accouchement serein, nul doute que papa a là un rôle majeur à jouer. 

Par exemple, il peut s’agir de lire chaque soir à haute voix les textes de préparation à l’accouchement à sa femme. En faisant ce travail répétitif, la voix du futur papa devient source de pensées positives et de sérénité pour la future maman, qui permet d’associer dans son esprit ses sensations corporelles agréables, les mots du textes et la voix de son mari (on peut aussi dire que bébé s’habitue lui aussi à la voix de son papa). 

La préparation à l’hypnonaissance consiste aussi de gestes tels que les caresses ou les massages, sur certaines zones du dos par exemple, toujours dans le même but d’aider la maman à associer ses sensations de grossesse à d’autres sensations positives et agréables. En matière d’hypnonaissance, tout compte : la voix, le ton, les mots, le toucher et, tout ce qui est à même de générer des sensations agréables. 

Aussi, ce travail est un cercle vertueux. Dans ce processus, le papa se met aussi à ‘l’écoute’ de la maman et identifie le ton qui la rend la plus sereine, ou trouve les gestes qui lui sont le plus agréables, et il s’adapte en conséquence afin de la mettre dans les meilleures dispositions possibles. Tous ces signaux solidement ancrés dans l’inconscient de la maman seront réactivables au moment de l’accouchement afin de lui permettre d’avoir un accouchement en toute tranquillité.. 

Certes, ce rôle de ‘préparateur’ peut techniquement être réalisé par quelqu’un d’autre que le père, mais qui d’autre que le papa est mieux à même d’offrir la régularité, ainsi qu’un degré de connexion avec la maman pouvant faciliter le processus d’hypnose? 

Choisir l’hypnonaissance et en jouer le jeu, c’est créer un partenariat fort entre le papa et la maman, qui personnellement m’a donné cet énorme sentiment de satisfaction d’avoir donné tout ce que je pouvais donner à ma femme durant cette période de la grossesse. 

 

 

Le papa est garant des bonnes conditions d’accouchement de sa femme

En choisissant l’hypnonaissance pour l’accouchement, il est primordial de tout faire pour que la maman puisse accoucher dans les conditions les plus sereines possibles. Seul le sentiment de sérénité absolue lui permet de réactiver tout le travail réalisé pendant des mois et d’en réaliser tous les bénéfices lors de l’accouchement. Une once de stress, de tension, et ça peut être la catastrophe. Tout doit donc être fait pour que les conditions d’un accouchement serein soit en place et maintenues tout au long du travail. Et ça… c’est à papa de s’en assurer, étant donné que maman a autre chose à faire. 

Ainsi, le papa est le grand organisateur, celui qui met en place la bonne lumière, la bonne musique, bref qui fait tout pour que maman se sente au mieux, et surtout toujours en restant à l’écoute des signaux. Par exemple, si pendant la grossesse ma femme appréciait beaucoup les massages du dos, au moment de l’accouchement, ils lui étaient désagréables, et elle préférait qu’on lui pose juste les mains sur les hanches. Très bien, il faut juste le comprendre et s’exécuter rapidement. 

Aussi, le papa est l’interlocuteur privilégié du corps médical pendant le travail de sa femme, afin de ne pas la déranger dans sa ‘transe’. Et c’est vrai, pendant l’hypnonaissance, la maman est littéralement en transe hypnotique. Je me souviens que ma femme était dans sa bulle, et nous avons très peu parlé pendant les plus de 18 heures de travail. Les sage-femmes venaient me voir pour me faire part de leurs suggestions, et je posais toutes les questions en avance afin de mâcher le boulot à ma femme qui restait concentrée. Ainsi, s’il fallait la ‘déranger’, c’était pour un minimum de temps et un maximum d’efficacité. Or pour le papa, c’est très inclusif, car cela oblige à être très bien renseigné sur la mécanique de l’accouchement, sur ce qui peut se passer, et puis aussi sur les bonnes questions à poser au corps médical. 

Pour résumer, avec l’hypnonaissance, le papa devient ‘garant’, ‘protecteur’ de sa femme qui accouche. Et c’est un rôle à la fois valorisant et gratifiant pour un homme. 

 

L’hypnonaissance permet de renforcer les liens du couple dans l’attente de la venue de bébé

Enfin, grâce à l’hypnonaissance, et c’est là selon moi son bénéfice le plus essentiel, le couple se donne l’opportunité de faire germer les graines de parents qu’il y a en chacun. Byebye les amants, et bonjour les parents! En fait, la démarche d’hypnonaissance fait grandir le couple, oblige à chacun à s’interroger sur son propre rôle, et à trouver sa place vis à vis de bébé : la maman cherche les bonnes sensations pour l’accueillir, et le papa fait tout pour que la maman y arrive. Et les deux travaillent ensemble pour y arriver. Ensemble, et inconsciemment, ils mettent pour la première fois de leur vie à deux quelqu’un d’autre au centre de leur vie de couple : ce futur bébé qu’ils attendent et qui les comblera de bonheur. 

Ainsi, quand bébé arrive, le duo de parents est déjà établi, et l’osmose entre les deux est à la fois douce et rassurante.  

Pour aller plus loin, je pourrais même dire que l’hypnonaissance m’a permis en réalité de simplement jouer mon rôle de papa, un rôle qui m’aurait été peut-être un peu volé dans d’autres circonstances d’accouchement. Elle m’a permis de réaliser mon potentiel de néo-papa en faisant passer nos relations de couple dans une dimension nouvelle, celle des jeunes parents qui ne se regardent plus l’un l’autre, mais ont les yeux tournés vers leur bébé. 

Tout ce que j’ai décrit plus haut, à savoir toutes les soirées à lire des textes d’exercice à ma femme, les cours de préparation, les nombreuses recherches dans les livres et sur internet, les innombrables conversations sur les sensations que ma femmes pouvaient éprouver etc. Tout cela a contribué à élever notre relation de couple. 

Nous étions tous les deux ravis de constater que l’arrivée de bébé n’avait pas rebattu les cartes de notre vie de couple pour l’amener vers l’inconnu ou l’incertitude, bien au contraire. Nous avions juste l’impression d’embrasser une dimension essentielle et nouvelle de ce lien que nous avons l’un envers l’autre, et qui maintenant inclut un autre être. 

En conclusion 

L’hypnonaissance, c’est vrai, n’est pas un choix facile à assumer au quotidien, surtout quand on a baigné dans la culture française de l’accouchement, très médicalisée, ett ce d’autant plus quand il s’agit de son premier enfant (est-ce qu’on ne sous-estime pas la douleur de l’accouchement) et que les expériences autour de nous impliquent pratiquement toutes des péridurales. Et pour le papa, ce n’est pas facile non plus de défendre ce choix (“Pour toi c’est facile, c’est pas toi qui accouches”). 

Et pourtant, en ce qui nous concerne, nous ne regrettons pas une seule seconde d’avoir réalisé ce choix, ni ma femme ni moi. Nous avons fait bloc et nous avons soigneusement sélectionné ce que nous partagions à nos proches avant l’accouchement, afin de ne pas générer des discussions houleuses, du stress ou de l’anxiété. Il s’agissait là de notre aventure, celle de ma femme d’abord, qui avait fait ce choix, puis la nôtre en tant que couple et famille – un peu notre propre page d’histoire à écrire. 

Enfin je conclurai qu’en tant que papa, ce qui m’a beaucoup plu dans notre expérience de l’hypnonaissance, c’est que faire ce choix a été en réalité une grande démonstration de confiance dans la vie, la nature et la magie du corps et de l’esprit humain. Et je suis fier que l’on ait accueilli notre bébé avec ce message. 

 

Si cet article vous a plu, nous vous encourageons à aller voir et suivre le blog Devenir-papa, ainsi que sa page facebook, afin de profiter de témoignages et conseils pour devenir un meilleur papa ! 

Laisser un commentaire via Facebook

3 Comments

  • Superbe article, merci les Supers Parents de nous le faire découvrir !!! Et bravo à toi Thibaud pour ce bel accompagnement de ta femme et de ton bébé !! C’est magnifique et très émouvant.

    Les papas ou les partenaires ont toute leur place dans cet événement qu’est l’accouchement.
    Avec mon homme, nous avons fait de l’haptonomie et de la danse prénatale 😉

    Je te propose de découvrir le portrait de Féroz papa danseur qui raconte comment il a vécu cette période incroyable : https://danse-prenatale.com/portrait-de-feroz-papa-danseur/

  • Marie B.

    Reply Reply 6 mai 2018

    Quelle belle expérience!
    Je comprend complètement ce choix d’accouchement “naturel”, ayant fait le même choix pour la naissance de mes trois enfants.
    Et je comprend aussi le désarroi des papas devant ce choix car il me semble que c’est plus dur de voir quelqu’un souffrir que de souffrir soi-même.
    Cette participation des pères grâce à l’hypnose parait donc une très bonne chose! Pour ma part, j’ai fait pas mal de sophrologie et mon mari a appris “sur le tas”, guidé par des sages femmes exceptionnelles que nous avons eu la chance de rencontrer à chaque fois.

  • Wow ! Je connaissais l’auto hypnose et la PNL mais l’hypno naissance c’est une découverte ! Encore une fois, les papas peuvent s’impliquer davantage dans la parentalité !
    Bel article merci !

Leave A Response

* Denotes Required Field