J’ai explosé… j’ai hurlé sur ma fille !

Cet article est la suite de notre série d’articles dont l’objectif est de vous aider à comprendre vos “explosions” et à vous libérer de votre culpabilité. Voici le lien du premier article, au cas ou vous l’auriez manqué :
– Article 1 : Aurélie… ou l’histoire d’une maman débordée !

“MAIS TU VAS LES METTRE CES CHAUSSURES OUI !!!
T’AS PAS LE CHOIX !”

Claire a explosé d’un seul coup.
Elle hurle.
Elle prend Mila par le bras, et lui enfile violemment ses chaussures.

Il est 8h10, la journée démarre comme d’habitude : dans les cris.

***

En fait, la journée a démarré à 6h15.

Claire a été réveillée par Marius, qu’elle allaite encore.
Elle s’est levée et la course infernale a commencé. 

Céréales pour Mila, café pour Guillaume – son mari, couches pour Marius.

Mila était déjà réveillé, elle jouait dans sa chambre.
Claire a surveillé l’heure : à 7h40, grand max, il FAUT qu’elle soit habillée.
Mais Claire veille toujours à ne pas interrompre brutalement son jeu, respecter ses besoins, y aller en douceur.

7h15, Claire a poussé la porte de la chambre et lui a gentiment expliqué qu’elle peut finir son jeu, mais qu’elle va aller s’habiller dans 10 minutes.
Elle lui a même donné le choix :

  • “Mila, tu préfères ta robe rouge ou ton pantalon bleu ?”
  •  “Non, je veux pas !”

Ils se sont relayés avec Guillaume.
Ils ont fait leur maximum pour lui expliquer calmement que l’heure du jeu est finie.
Mila a catégoriquement refusé de s’habiller.

La pression est montée.
30 minutes de tension plus tard, c’était la panique.
Tout le monde va être en retard.

Guillaume a fini par l’habiller de force.
Comme tous les matins.

Mila a hurlé 5 minutes.
Elle a fini de s’habiller, est passée aux toilettes et est allée déjeuner, tout sourire.
Comme si de rien n’était.

Claire était déboussolée, mais elle a pris sur elle.

8h05 – déjà 5 minutes de retard – Claire s’est accroupie à la hauteur de sa fille :

“Mila, tu mets tes chaussures ma puce ?”

“NON !”

Là, c’est trop.
Claire a explosé.

“MAIS TU VAS LES METTRE CES CHAUSSURES OUI !!!
T’AS PAS LE CHOIX !!”

La colère accumulée depuis 6h15 s’est déversée sur sa fille.
Elle a hurlé et lui a attrapé le bras.

Voilà.
Il est 8h10, Mila est en larmes dans la voiture, tout le monde est en retard.

Claire est en larmes, elle aussi.
Elle s’en veut tellement d’avoir fait ça à sa fille.

Pourtant, elle est passionnée de parentalité positive.
Elle explique calmement pendant des heures, se met à sa hauteur, essaie de comprendre ses besoins…
Elle fait TOUT pour être bienveillante, mais… elle finit toujours par exploser.

Elle est terrifiée à l’idée que Mila soit un jour traumatisée par la “violence” de ses parents.

Elle n’arrive plus à vivre avec cette culpabilité qui la ronge du matin au soir.

Alors Claire arrive à une conclusion :

“Il faut que je trouve la bonne réaction pour que ma fille écoute, sans crier”

Elle commande rapidement un nouveau bouquin sur la parentalité positive.
Elle s’inscrit à un atelier de parents.

C’est décidé, elle va s’améliorer. Encore.

Elle trouvera un moyen pour rester calme et bienveillante en toutes circonstances.

Et tout ira mieux.

***

C’est vrai, Claire ne peut pas rester dans cette agonie permanente.

Elle fonce droit vers le burn-out maternel.

Mais Claire fait une erreur.
Elle a tort de vouloir toujours s’améliorer.

Elle risque au contraire d’empirer la situation, déjà critique.

Et je vous explique pourquoi dans mon prochain article…

Si vous voulez être certain(e) de ne pas le louper, je vous invite à me laisser votre adresse email pour que je puisse vous prévenir de sa publication : Cliquez ICI !

Prenez soin de vous !

Camille

Laisser un commentaire via Facebook

Leave A Response

* Denotes Required Field