Demander pardon à son enfant

Published by Camille et Olivier on

Cette semaine, Shirley, maman de 4 enfants, éducatrice de l’enfance de formation et rédactrice du blog Grandir avec plaisir vous propose de découvrir pourquoi il est si important de demander pardon à son enfant et comment s’y prendre pour que ça soit vraiment réparateur. 

Demander pardon à l’enfant, un signe de respect et d’amour

En tant qu’être humain, nous avons besoin d’entendre des excuses de la part des personnes qui nous ont offensés. Cela nous soulage, nous permet de tourner la page et d’aller de l’avant. Nous avons le sentiment que notre blessure est reconnue et que l’autre personne regrette son geste, ses paroles ou son comportement. Pour l’enfant, c’est exactement pareil : il a besoin qu’on lui demande pardon pour ressentir ce respect et donc l’amour que nous lui portons.

Pardonner à son enfant et demander pardon, des principes tout aussi importants

L’amour que nous portons à nos enfants, nous pousse à pardonner leurs mauvais comportements. Pourtant, nous oublions trop souvent que d’admettre nos erreurs et s’excuser sont tout aussi importants.

Il est vrai, qu’en tant que parent, nous pourrions avoir l’impression qu’en reconnaissant nos torts, nous risquons de perdre notre autorité, notre crédibilité ou que nos enfants ne nous regarderont plus de la même manière.

C’est tout le contraire qui va se produire. Demander pardon n’enlève en rien notre autorité et ne diminue pas la grandeur du parent aux yeux de l’enfant.

S’excuser lorsqu’on a offensé son enfant, c’est reconnaître que nous sommes humains, que l’on peut avoir des phases plus difficiles dans notre vie et qu’on peut commettre des erreurs. Mais c’est, avant tout, reconnaître que notre enfant est une personne à part entière, un être humain aimé et respecté.

Nous commettons tous des erreurs, assumons-les

Nous savons, que nous sommes tous égaux face à l’échec. Cependant, c’est notre réaction lorsque nous échouons, après avoir blessé notre enfant ou été injuste avec lui par exemple, qui nous différencie.

Avoir tort, n’est pas néfaste, il faut seulement savoir admettre notre erreur, demander pardon et rebondir pour faire mieux la prochaine fois. D’ailleurs, je partage ici une maxime pour surmonter l’échec en tant que parent, car ne l’oublions pas l’échec aide à se relever et aller de l’avant.

Alors, certes, il est parfois difficile de reconnaître notre faute lorsqu’on se sent coupable, lorsqu’on regrette nos paroles ou que l’on s’est laissé emporter par nos émotions.

Pourtant, demander pardon, c’est admettre avec humilité et sincérité que les adultes ont parfois tort et qu’il arrive parfois que nous agissions contre nos principes. Nous ne sommes pas infaillibles. Il n’y a donc pas de honte à demander pardon. C’est avant tout une marque de courage et d’humilité que d’avouer son tort.

En demandant pardon à son enfant, nous reconnaissons notre erreur, mais pas seulement. Nous admettons aussi que nous avons mal agi et prenons conscience de notre acte. C’est un début pour se corriger et s’améliorer.

Demander pardon à l’enfant, un exemple sain

À travers cet acte de pardon, nous donnons un très bon enseignement à nos enfants. Ainsi, ils sauront que reconnaître ses torts, demander pardon et réparer ses erreurs, est un comportement juste et noble.

Nos simples mots n’auront pas le même impact que nos actes, car l’exemple marque plus les enfants que de beaux discours. Il est donc important de montrer l’exemple afin que nos enfants deviennent capables de réaliser lorsqu’ils se sont trompés au point de demander pardon.

L’exemplarité de l’adulte, comme j’en parle dans cet article-là, est la base d’une relation de confiance entre l’enfant et le parent. Ce n’est rien d’autre qu’un respect réciproque. C’est donc là tout l’enjeu de demander pardon lorsque nous agissons mal envers nos enfants.

Respectons l’enfant et il nous respectera en retour. Demandons-lui pardon et il nous demandera pardon également.

Rien de mieux que de montrer à nos enfants que les parents aussi font des erreurs, que les adultes ont aussi des faiblesses (perdre son calme et crier, par exemple), mais qu’il est important de s’excuser et proposer une solution pour réparer son erreur.

Comment demander pardon à son enfant

Rien ne sert à chercher les mots les plus justes pour dire que l’on est désolé. Il faut simplement dire que nous regrettons en formulant des excuses sincères et profondes. Ne l’oublions pas, c’est l’intention, l’amour et le respect qui compte.

Pour cela, ne pas se justifier avec des « mais » est important. Notre objectif est d’admettre qu’on a mal agi, mal parlé, etc … même s’il s’agit une réaction qui fait suite à un comportement de notre enfant.

Pour aller plus loin dans notre envie de s’excuser, regardons ce que Gary Chapman peut nous apporter. L’auteur du livre à succès Les langages de l’amour, dont j’ai beaucoup parlé dans l’article sur le réservoir émotionnel de l’enfant, a écrit un autre ouvrage : Les langages de la réconciliation.

Dans ce dernier, Chapman aborde 5 langages d’excuses que voici :

  1. Exprimer des regrets à l’oral : « je suis désolé(e) »
  2. Reconnaître la responsabilité : « j’ai eu tort de… »
  3. Réparer : que peut-on faire pour arranger les choses (mots de réparation affective, réparation matérielle, …)
  4. S’engager à changer et à ne pas recommencer
  5. Demander pardon : « je te demande pardon. Acceptes-tu de me pardonner ? »

Pour que notre demande soit sincère et que l’enfant reçoive cela comme une marque de respect et d’amour, il est important d’utiliser plusieurs de ces langages d’excuses. Pour mieux comprendre ces différentes étapes, je t’invite soit à lire directement le livre ou à aller lire l’excellent résumé que tu peux trouver ici.

 

Pour conclure

Si nous aimons nos enfants d’une manière inconditionnelle, nous devons aussi les respecter. Cela ne peut passer que par une réciprocité. La reconnaissance de nos torts et l’expression d’excuses sincères font partie des éléments centraux d’une éducation bienveillante et respectueuse.

Montrer que les adultes aussi sont imparfaits, humains et sensibles, c’est reconnaître que nos enfants ont le droit d’être humains, imparfaits et sensibles eux aussi.

 


0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.