Ces blessures émotionnelles qui nous jouent des tours (et pourquoi nous vous conseillons de ne pas y rester coincé trop longtemps) !

Cet article écrit par Camille,  à propos des (tristement) fameuses blessures émotionnelles, est la 4ième partie du dossier consacré à l’Hyper-parentalité et aux dangers de la “course à la perfection”. Voici les liens vers les 3 articles précédents :

  1. Et si à force de vouloir être des Super Parents… nous étions plutôt devenus des Hyper parents ? (ou les dangers de l’Hyperparentalité)
  2. Stopper la course à la perfection et à la performance
  3. Notre (re)définition de la Bienveillance

Encore une fois, nous allons vous parler de notre expérience de parents chercheurs !

C’est quoi ces "blessures émotionnelles" ?!

Les 5 blessures affectives développées par le psychiatre John Pierrakos, et aujourd’hui largement diffusées par Lise Bourbeau, notamment à travers son livre,  « les 5 blessures qui empêchent d’être soi même », sont les blessures émotionnelles de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahison et d’injustice.

Ces blessures, que nous portons parfois depuis nos premiers jours de vie, très souvent de façon inconsciente, s’expriment à travers les réactions émotionnelles disproportionnées, excessives de notre enfant intérieur.

Une blessure émotionnelle se crée, souvent pendant l’enfance, quand nous découvrons que notre comportement ne convient pas aux personnes d’influences qui nous entourent (parent, professeur, ami..). Alors, malgré la frustration, la colère, la tristesse que nous ressentons, de ne pouvoir être nous-mêmes (sous peine d’à nouveau ressentir le rejet, la trahison…), nous nous résignons, et créons un "masque" pour ne pas décevoir la personne.

 Nous préférons renier une partie de nous même, plutôt que de perdre l’amour de l’autre.

 Ce "masque", nous protège, nous permet de ne pas revivre la souffrance qui résulte du fait de ne pas avoir été accepté lorsque nous étions nous-mêmes :

  • Blessure de rejet = masque du fuyant
  • Blessure d’abandon = masque du dépendant
  • Blessure d’humiliation = masque du masochiste
  • Blessure de trahison = masque du contrôlant
  • Blessure d’injustice = masque du rigide

Face à une même situation, chaque individu réagira de façon différente, selon sa personnalité, ses filtres, son histoire, sa place dans la famille... et n’aura pas les mêmes réactions, les mêmes ressentis, et ne créera pas le même masque.

Face à un parent qui crie beaucoup, un enfant peut se dire «cʼest à cause de moi, parce que je suis nul et méchant, je vais essayer de lui faire plaisir pour quʼelle mʼaime», alors que son frère ou sa soeur pourrait se dire «elle est folle, on dirait un dragon, je préfère mʼisoler».

Ces blessures peuvent être réelles (par exemple avoir vraiment été abandonné) ou simplement ressenties comme telles (s’être "senti" abandonné).

Et concrètement, j’en fais quoi moi de ces blessures émotionnelles? De ma souffrance ?

J’ai choisi de continuer et terminer cet article avec un podcast. Parce que c’est plus simple pour moi de vous partager mes témoignages personnels de vive voix. Travailler ces lignes pour rendre un écrit que je jugerais « digne » d’être lu et partagé, est trop stressant et éprouvant pour moi.

>>> Pour télécharger ce podcast (format mp3) et l’emmener avec vous… faites un clic droit ici puis « enregistrer le lien sous »

Voici les livres dont je parle dans le podcast :

 

Avec tout mon Amour

Camille

Laisser un commentaire via Facebook

13 Comments

  • Fanny

    Reply Reply 15 mars 2018

    Bonjour,

    Merci pour cet article. Il tombe à pic. Deux livres de plus dans ma wish list ! Il va me falloir toute une vie pour arriver à bout de cette liste ! Je suis amoureuse des livres !

    Bonne journée,

    Prenez soin de vous.

    Fanny Bell.

    • Moi aussi je suis amoureuse des livres.
      Je vous souhaite de belles lectures Fanny!
      Merci pour votre retour, et à bientôt.
      Camille

  • San

    Reply Reply 15 mars 2018

    Merciiiiiiiiiiii

  • Carine

    Reply Reply 15 mars 2018

    Bonjour,

    Je reçois vos messages depuis plus d’un an maintenant. Je ne les lis que rarement. Ça faisait longtemps que je n’en avait pas lu un.
    Je suis d’accord avec toi.
    Quelque part, je crois avoir pris la même décision que toi, hier ou peut-être aujourd’hui. C’est inconscient. Cela fait des mois que j’essaye et cherche des méthodes sur comment être une meilleure maman (qui ne crie pas), comprendre les enfants et leurs besoins,… Je crois que c’est vous qui m’avez initiée à Isabelle Filliozat.
    Et là, entre hier et aujourd’hui, j’ai décidé de me tourner vers l’avenir, MON avenir, et même carrément de me lancer un pari fou de changement de profession, avec toute l’instabilité qui va avec, alors que les enfants se rapprochent de leur vie de jeunes adultes. Je n’ai plus envie de m’enfermer dans les livres et les méthodes et les ateliers et les blogs sur l’éducation ou la parentalité positive. Plus envie de chercher à comprendre ce qui m’a fait moi ni ce qui m’a fait souffrir alors que mes souvenirs sont absents de mon conscient.
    J’ai tous les outils en moi, j’en suis imprégnée. Je fais au mieux, avec ce que je suis et ce que je sais. Et maintenant je m’occupe de moi, de mes besoins, et le reste suivra et ce sera très bien.

    Merci pour le soutien et le message que vous portez.

    • Oui.. nous faisons au mieux chaque jour avec ce que nous sommes.. et c’est ok!!
      Et je partage votre avis, prenons soin de nous, de nos besoins..et le reste suit.
      Merci pour votre témoignage Carine.
      A très bientôt

      Camille

  • Clémence

    Reply Reply 15 mars 2018

    Juste un grand merci, vraiment, pour ce témoignage qui me va droit au coeur et qui tombe à pic pour moi (et ce n’est pas la premiere fois sur votre site). J’ai ré-écouté plusieurs fois. C’est un sacré don de tomber sur la bonne ressource au bon moment. Je trouve que vous parlez de tout ça d’une façon très juste, très authentique, qui inspire vraiment confiance et qui inspire aussi tout court. Votre voix est magnifique! Mon affirmation préférée, c’est ‘je suffis. A chaque étape du chemin. Puis-je sentir que je suffis aujourd’hui?’ (‘I am enough. Every step of the way. Can I see myself as enough today?’)Beaucoup d’amour et de gratitude.

    • Bonjour Clémence,

      Merci pour vos touchants mots et vos encouragements.
      Je suis ravie que mon partage tombe au bon moment et qu’il puisse faire écho! 🙂
      C’est un message qu’il me tenait à coeur de passer.
      Et en effet “je suffis”. <3
      Merci Clémence.

      Camille

  • Lilou

    Reply Reply 16 mars 2018

    Bonjour Camille, c’est très agréable de lire ton témoignage ainsi que les commentaires des autres abonnées.
    J’ai vécu exactement ce que tu décris depuis un an, à partir de la lecture des 5 blessures de Lise Bourbeau pendant mon troisième trimestre de grossesse. Cela été très difficile tant d’un point de vue physique que psychique : je n’avais tout de suite enchainée avec des lectures plus constructives, tout (presque) est sorti après l’accouchement et j’ai devellopé un eczema généralisé sévère. Des mois de traitements, de compréhension, de recherche… que se fut difficile. J’ai suivi en partie le programme de parentalité, fais énormément de lecture et je pratique le yoga quotidiennement qui m’ont permis aujourd’hui d’accepter, de recevoir et de me protéger autrement qu’avec des masques. Je suis touchée par la sincérité de ton témoignage et je t’en remercie. Il est très parlant et donne envie de positiver. Namasté

    • Bonjour Lilou,

      Un grand Merci pour votre témoignage et vos mots touchants.
      Je suis ravie qu’il te donne envie de positiver!
      Vive le yoga! la respiration! et l’intériorisation!
      A bientôt

      Camille

Leave A Response

* Denotes Required Field