7 principes de nutrition chinoise saines et faciles à adopter en famille

Hélène Tong, fondatrice du blog Eduquer-Avec-Sagesse.com, et co-fondatrice de l’Ecole Lotus Sacré, qui œuvre à la renaissance de la culture traditionnelle chinoise est l’heureuse maman de deux anges qui grandissent dans les cultures chinoise et française, elle a trouvé dans la sagesse ancestrale de son mari chinois des petits trésors pour mieux éduquer leurs enfants. Elle voulait les partager avec nous parce qu’ils lui ont littéralement changé la vie et permis d’atteindre le bonheur familial... et pourtant ce n’était pas gagné d’avance selon elle !  Cette semaine, nous vous proposons de découvrir 7 principes de nutrition chinoise faciles à adopter en famille ! 

 

Quand on décide de travailler de la maison, on doit, en plus du reste, faire à manger tous les jours ! Au début, j’ai franchement regretté le temps où mes anges allaient à la cantine… 

Avec le recul, je le vois comme une chance de transmettre à nos enfants un savoir vital.  

Les bonnes nourritures nourritures du corps ne sont-elles pas aussi importantes que les nourritures de l’esprit ? 

 

Pour vous aussi peut être, préparer les repas, chaque jour, est un sacerdoce.  

 

Est-ce que votre enfant est difficile à table ? Parfois, il refuse carrément de manger ? Il grignote du sucré salé entre les repas ?  

 

Vous ne savez plus quoi acheter pour manger équilibré à la maison tout en satisfaisant tous les goûts dans la famille ?  

 

Or vous savez que les habitudes alimentaires se forment dès l’enfance. Et si de mauvaises habitudes sont prises très tôt, avec le temps l’effet sur la santé est irréversible !  

 

Faisons le calcul : si on mange 3 fois par jour, 21 fois par semaine, 1008 fois par an, quand on a 20 ans, on a déjà pris environ 20 160 repas.  

 

Ce qui n’était qu’une mauvaise habitude alimentaire peut ainsi être à l’origine de pathologies plus ou moins graves qui apparaissent plus ou moins tôt dans la vie, telles que la fatigue chronique, l’irritabilité, l’autisme, certaines psychoses, le diabète, les cancers etc.  

 

La pression est donc lourde sur nos épaules de super parents, sans compter qu’il est d’autant plus difficile de se défaire d’habitudes qu’elles ont été prises dans le confort émotionnel de l’enfance.   

 

 

Mais la bonne nouvelle est qu’il n’est jamais trop tard pour prendre de meilleures habitudes ! Avec un peu de motivation et de détermination, on y arrive facilement.  

 

Et pour vous aider à tenir bon, je vous ai préparé un petit mémo à la fin de cet article. Accroché dans la cuisine ou près de la table à manger, il vous fera signe quand vous manquerez d’inspiration pour vos repas ou que vos enfants vous feront désespérer d’arriver à tout faire. Il sera une preuve supplémentaire – s’il est besoin – que vous mettez tout en œuvre pour être des supers parents 😉. 

 

Attention, il vous sera d’autant plus facile d’adopter ces bonnes habitudes que vous comprendrez les bienfaits derrière.  

 

 

En effet, si l’on vous dit, « à partir de maintenant, fini les petits verres en mangeant. » Vous vous direz : « Ah, non, pas question ! » Vous avez raison, pourquoi changer quelque chose qui vous fait plaisir, et auquel vous êtes habitué(e). 

 

Hé bien, si je vous dis que boire en mangeant dilue les aliments, ralentit la digestion, provoque de la fatigue après le repas, et, le soir, cela peut même troubler votre sommeil. Au final cela réduit ce que l’on appelle en médecine chinoise, votre « niveau d’énergie ».   

 

En outre en médecine chinoise l’estomac est un organe de « feu », de chaleur, d’où le fait que les Chinois ont l’habitude de boire chaud, jamais glacé. Vous serez alors beaucoup plus motivé(e) à changer cette habitude non ?   

 

On lit beaucoup de choses sur la nutrition, parfois contradictoires, d’une méthode à l’autre, d’un régime à l’autre, d’un nutritionniste à l’autre. Combien de nouveaux régimes sortent chaque année ? Pas le temps de tout tester, et puis, on ne joue pas avec l’alimentation. Alors, à qui se fier ? 

 

Le père de la médecine occidentale, Hypocrate (460-370 av. JC) disait “Que ton aliment soit ta seule médecine”. En cela son homologue chinois, tout aussi connu en Asie, Sun Simiao (581 – 682), le rejoignait totalement en disant : « Bien manger, c’est bien vivre. »  

 

Selon Isabelle Chopinet, praticienne en médecine chinoise depuis près de 20 ans, spécialisée dans la beauté par la nutrition : « Parmi les trois grands leviers qui permettent d’agir efficacement sur la santé, la nutrition vient en premier ! Ensuite viennent la musique (hé oui !) et la méditation » – nous y reviendrons dans le blog Eduquer-Avec-Sagesse 

 

 

C’est une nutrition complexe, car elle prend en compte, entre autres critères, 3 caractéristiques pour chaque aliment afin de trouver l’équilibre entre le yin et le yang :  

  • nature (chaud, froid),  
  • saveur (amer, doux, piquant, salé, acide) 
  • tropisme (organe du corps sur lequel il agit) 

 donc si l’on essaie d’équilibrer tous ces facteurs dans chaque repas, cela devient vite un casse-tête… chinois.  

 

 

Pour vous rendre accessible cette sagesse d’une rare efficacité, je vous résume ici 7 principes si simples que vous pouvez les adopter tout de suite. Ils vont changer vos repas de famille, en faire des moments qui seront sources de santé et de sérénité.  

 

Avec le temps vous ressentirez les effets sur votre niveau d’énergie, vous serez moins fatigués. Vos enfants auront du plaisir à se mettre à table et prendront goût à bien manger. Peut-être même qu’ils s’intéresseront à la sagesse chinoise qui inspire leur maman (c’est le cas de ma fille de 10 ans).  

 

 

Prenez le temps d’adopter ces habitudes une par une. Commencez par celles qui vous semblent faciles à mettre en pratique. Un proverbe chinois dit : « Ce n’est pas en jetant une habitude par la fenêtre que l’on s’en débarrasse, mais en la poussant pas-à -pas vers la sortie. » Il faut en général 1 mois pour adopter une nouvelle habitude de manière durable. Ne vous mettez pas la pression. Ne faites pas la révolution à table.  

 

Le petit bonus que je vous réserve en fin d’article va vous aider à faire des progrès, en vous rappelant gentiment chaque jour ces 7 pépites d’une nutrition de santé savoureuse. 

 

Sans plus attendre, voici les 7 bonnes habitudes à adopter :  

 

 

Conseil Numéro 1 : Cuisiner les fruits et légumes de saison 

La nature est bien faite. Pourquoi les tomates poussent en été et les choux en hiver ? Il existe un équilibre précis entre la plante, la terre et la saison. Et nous, qui mangeons ces aliments, leur permettons de rentrer dans notre corps, comment se pourrait-il qu’il n’y ait pas de lien prévu par Dame Nature entre l’équilibre de ces aliments et celui de notre santé ? Le lien est évident.  

 

Les Chinois envisagent l’homme dans sa relation avec son environnement et sa santé dépend du lien harmonieux qu’il entretient avec la nature. Pour préserver cet équilibre qu’est la santé, restons proches de la nature. Une manière de rester connecté, est de suivre les saisons, notamment en profitant des bienfaits offerts par les fruits et légumes de chaque saison. 

 

Enfin, du côté du légume ou du fruit, celui qui pousse dans votre jardin ou chez un producteur de la région, donc dans le même environnement que vous, vous apportera de meilleurs nutriments, une fraîcheur, et une meilleure harmonie à l’environnement qui est le vôtre, que celui qui a été cultivé à l’autre bout du monde, transporté en avion pendant des milliers de kilomètres et conservé artificiellement pendant plus d’une semaine, sans parler des conservateurs et/ou irradiations pour l’empêcher de pourrir…  

 

Évitez donc les fraises en hiver et les noix en été. Évitez de manger des fruits crus en hiver car ils sont de nature yin (froide) or le corps a besoin d’être maintenu chaud en hiver.   

 

Conseil Numéro 2 : Limiter les glucides (pain, riz, pommes de terre, sucreries) – 60 g/jour 

La pyramide alimentaire a été créée dans les années 70. Son objectif n’était pas notre santé, mais l’économie du pays. Elle n’est pas compatible avec nos besoins nutritionnels et même totalement fausse car elle place les graines et fécules à la base, les fruits et légumes en 2ème position et les bonnes graisses en dernière position, or ces dernières sont essentielles au bon fonctionnement de notre organisme. 

60 gr/jour de glucides sont nettement suffisant pour notre corps. Choisir de bons glucides tels que le riz complet, la farine complète, biologiques bien sûr, car plus riches en vitamines et minéraux. 

La pyramide préconise aussi trop de sucres et pas assez de fibres. Or l’abus de sucres a un effet néfaste sur le corps et le mental, il crée de l’inflammation et à la longue dérive sur toutes sortes de maladies chroniques : autisme, problèmes de concentration à l’école, comportement agressif, dissipé, dépression, mal-être, prise de poids, acné, sommeil etc. 

Le saviez-vous, nos intestins sont notre 2e cerveau, ils contiennent plus de neurones que notre cerveau ! Imaginez si l’on remplit notre corps de mauvaises choses, cela va affecter non seulement notre corps mais aussi nos émotions, nos capacités mentales. 

Il ne suffit pas d’aller très loin quand un enfant souffre d’un problème physique, très souvent la nourriture n’est pas adaptée. 

 

Conseil Numéro 3 : Privilégier les bonnes graisses (huiles végétales première pression à froid) 

Notre corps ne peut ni les fabriquer ni les remplacer. Or notre énergie, le renouvellement de nos cellules et la beauté de notre peau en dépendent. 

40% de notre apport énergétique devrait provenir des lipides (graisses). 

Où les trouve-t-on ? Les meilleures sources sont : 

  • Poissons : saumon, thon, hareng, sardine 
  • Poulet, œufs 
  • Huiles d’olive, de lin et de noix de coco, toutes très bonnes pour la santé 

Conseils : L’apport journalier peut aussi être couvert en mangeant des graines de lin et de chanvre. Autrefois très consommées, crues ou moulues, et maintenant oubliées. Soyons curieux en les réhabilitant. Je vous conseille par exemple les 250 g de graines de lin pour 2€30, chez Webecologie. Elles offrent l’occasion d’une activité éducative et écologique avec les enfants : faire germer les graines avant de les manger. 

Quantité ? 2 cuillers à soupe d’huile de lin ou d’olive, chaque jour, en plus d’un poisson ou d’œufs.  

A éviter : 

  1. Les graisses de charcuterie, de viande rouge, dans les plats cuisinés et les produits industriels transformés. 
  1. Les régimes qui vous privent totalement de bonnes graisses

Conseil Numéro 4 : Associer de belles couleurs dans l’assiette 

Est-ce juste une question d’esthétique ? Pour le plaisir visuel et donc une meilleure digestion ? 

Pas seulement. 

En médecine chinoise, la couleur de chaque aliment est associée à un organe. Le foie est associé à la couleur verte, donc notre foie aime les légumes verts. Quant à nos reins, ils sont associés au noir, d’où la présence de haricots noirs dans l’alimentation chinoise. Les fruits rouges sont bons pour le sang et le cœur. Le blanc est associé au poumon, qui va bénéficier de la consommation de poires. Le jaune est associé à la rate … 

Plus on mange d’aliments de couleurs variées, plus on équilibre notre alimentation pour préserver la santé de tous nos organes. 

Conseil Numéro 5 : Manger modérément, s’arrêter avant la satiété 

Quand le corps digère il secrète de l’insuline. S’il reste longtemps en état de digestion, parce que l’on mange trop ou trop souvent en grignotant, cela provoque un dérèglement au niveau de la rate, et donc de la fatigue. 

Pour nous motiver, rappelons-nous que les gens qui mangent moins vivent plus longtemps. Illustrations vivantes sur la fameuse ile des centenaires japonais d’Okinawa. 

Enfin, pour mettre le corps au repos et le détoxifier, penser à la diète. Sauter un repas une fois dans la semaine est plutôt bon, contrairement à ce que l’on nous répète toujours (sans savoir d’où ça vient, …enfin, j’ai bien ma petite idée, mais ce n’est pas l’objet de l’article).  

Ou plus modérément, manger plus tôt le soir et donc jeûner plus longtemps jusqu’au lendemain matin, c’est une manière douce de jeûner dont on peut prendre l’habitude si notre mode de vie s’y prête.  

Pour mémoire dé-jeûner, c’est briser le jeûne. En anglais, c’est pareil, « break-fast ».  

Une autre solution est de carrément sauter le repas du soir, cela revient aussi à jeûner.  

Pour s’en souvenir, un proverbe chinois bien imagé dit : « Le matin, mange comme un roi, à midi comme un prince et le soir comme un pauvre. » 

Conseil Numéro 6 : Manger seulement quand on a faim 

Et enfin…

Conseil Numéro 7 : Manger à des heures régulières 

Habituer le corps à un apport régulier dans le temps lui permet de mieux réguler l’énergie, donc d’avoir moins de baisses d’énergie et de fatigue.   

Si les enfants ont faim entre les repas, leur proposer quelque chose de sain, un fruit, des pommes à la cannelle, avec une petite omelette ou, plus original et recommandé en nutrition chinoise : des graines et des avocats s’ils aiment. 

 

Allez, c’est à vous, pour commencer à pousser pas-à -pas vers la sortie vos éventuelles mauvaises habitudes et les remplacer par de petites pépites de sagesse chinoise à table, Téléchargez gratuitement ce mémo. 

Laisser un commentaire via Facebook

1 Comment

  • Jean-charles

    Reply Reply 6 décembre 2018

    Bonjour et merci pour cet article très complet et des astuces pleines de bon sens . Qu’en est-il pour les fruits à clairs (amandes, noix…) ? J’ai lu qu’ils apportaient un complément idéal en hiver et nous avons pris l’habitude d’en ajouter à notre petit déjeuner (avec nos fruits rouges) et à celui de notre ainé qui va avoir 7 ans.

Leave A Response

* Denotes Required Field