La séparation des parents

Après vous avoir révélé “comment devenir un beau-père parfait ou une belle-mère parfaite”, Elodie revient aujourd’hui sur la séparation des parents, et sur la nouvelle union qui survient souvent par la suite.

Quand on sent que ça ne va plus dans le couple

Ne pas cacher les désaccords et disputes aux enfants

On a tous tendance à attendre que les enfants soient couchés pour se disputer, et ce n’est pas un mal. Néanmoins, quand on sent que son couple va à la dérive, il est “moins pire” que les enfants commencent à sentir ces désaccords, en entendant certains conflits. Même si c’est difficile pour eux, c’est mieux que de tout cacher, ou même mentir, et qu’ils apprennent un jour soudainement la séparation alors qu’ils avaient l’impression que tout allait bien.
S’ils ont déjà plus ou moins conscience que les choses ne vont plus entre leurs parents, l’annonce de la séparation sera attendue et accueillie moins brutalement.
Il faut absolument rester vigilant sur le fait de ne pas prendre les enfants “en otage”, et de ne surtout pas leur demander de prendre parti au cours des disputes.

Divorce and child custodyLaisser les petits enfants entendre certaines choses

Sans pour autant exposer les enfants à tous nos problèmes, ni en s’adressant à eux, on peut tout à fait parler de ses difficultés de couple à d’autres adultes, alors que les enfants ne sont pas loin, surtout s’ils sont petits.
Quand des amis sont là, on peut évoquer une éventuelle séparation, un déménagement, sans dénigrer pour autant l’autre parent. Les enfants entendent, piochent ce qu’ils sont prêts à digérer, y réfléchissent, et posent des questions bien claires quand ils sont prêts à entendre les réponses.

Quand annoncer la séparation ?

Attendre les questions des enfants

Faire une annonce officielle de la séparation peut être très difficile à vivre et à surmonter. Comprendre petit à petit ce qui se passe à la maison peut aider à traverser l’épreuve. Quand ils sont prêts, les enfants posent les questions qui les intéressent. Et c’est bien de ne pas aller au-delà de ce que les enfants demandent. Répondre petit à petit, par des phrases simples et rassurantes, s’appuyer sur des livres quand on ne trouve pas les bons mots.

Déculpabiliser sur les raisons de la séparation

Tous les enfants ont tendance à penser qu’ils sont responsables de la séparation de leurs parents. Il est indispensable de les rassurer sur ce point, en leur expliquant bien que les motifs de la séparation sont des histoires d’adultes, qu’ils sont le fruit de beaucoup d’amour, même si les parents ne s’aiment plus de la même façon maintenant.

Ne pas dénigrer l’autre parent

Peu importe les raisons de la séparation, il est important que l’enfant conserve une image positive de ses deux parents, à moins bien sûr de faits graves.
On doit bien garder en tête et dire à l’enfant qu’on a aimé son autre parent autrefois parce que c’était quelqu’un de bien. Et même si on a maintenant plein de différends et de conflits, c’est avant tout leur parent. Et qu’on va tout faire pour que cette séparation ne se passe pas trop mal, dans le bien des enfants.

Capture age enfants divorcesource : insee.fr

La nouvelle vie

Organiser et planifier les visites

Une fois la séparation effective, il vaut mieux être très organisé sur les visites chez l’autre parent. On prévoit au mois un mois complet à l’avance, on explique à l’enfant quand il va voir chacun de ses parents, et on essaie de s’y tenir. C’est compliqué pour les parents au début, mais c’est indispensable pour que l’enfant se sente en sécurité et puisse anticiper chacun des moments passés avec ses parents. On peut même afficher un calendrier du mois, et faire des petits cœurs 😉 ou un système de couleur. Plus le temps passe et plus l’enfant sent que la séparation est stable et responsable, et plus on pourra se permettre d’être souple avec cette organisation.

Parler d’argent aussi …

Ce n’est pas une mauvaise chose de dire clairement aux enfants que leur autre parent, quand la garde n’est pas partagée, subvient financièrement à leurs besoins aussi :”Papa/maman me donne de l’argent tous les mois pour m’aider à vous acheter des vêtements, de la nourriture, des sorties, …”. Même si les montants et les modalités ne les regardent pas, c’est rassurant pour les enfants. C’est d’autant plus important lorsque l’enfant voit très peu son parent.

(Camille et Olivier : Découvrez aussi notre interview d’Edwige Antier à l’occasion de la sortie de son livre : “Il est où mon papa ? : L’enfant, le couple et la séparation” : Cliquez ICI !)

La répartition des affaires

Que la garde soit alternée ou pas, chaque enfant doit avoir un minimum d’affaires en double exemplaire chez les deux parents : pyjamas, nécessaire de toilette, livres, jouets, … On a alors un minimum de choses à emporter chez l’autre parent, et l’enfant n’a pas l’impression de déménager sans arrêt ou de venir chez son parent en visiteur.

On continue d’être deux quand même

Et quand les choses s’apaisent, on se comporte en adultes, on prend sur soi, et on se rend avec l’autre parent aux trucs importants : spectacle de fin d’année, réunion avec l’enseignant, rdv médical important, … On n’est pas obligé d’être amis, mais on reste des parents, qui ont fait un enfant ensemble par amour.

Quand on rencontre quelqu’un

type de résidencesource : insee.fr

Après une séparation, on rencontre plus ou moins rapidement un nouveau compagnon, une nouvelle compagne. Quand ça devient un peu sérieux, on a envie de lui présenter nos enfants, de rencontrer les siens, bref on a envie de recomposer. Et pourquoi ne pas vivre tous sous le même toit ?

Laisser le temps de digérer la séparation

Chacun a besoin de plus ou moins de temps pour digérer une séparation. Il n’y a pas de délai idéal, disons plutôt qu’il vaut mieux laisser le temps aux enfants de s’adapter à leur nouveau rythme de vie, pendant quelques semaines au moins. Il n’est pas question de leur cacher l’existence d’une nouvelle personne dans la vie de leurs parents, mais plutôt de prendre son temps, et éventuellement d’attendre que les enfants, s’ils sont en âge de le faire, soient demandeurs ! S’ils sont très réfractaires à l’idée qu’il y ait une personne dans votre vie, parce qu’ils ont passé du temps seul avec un de leurs parents, il est important de passer un peu de temps à parler et préparer la rencontre.

Positiver le parent séparé

Il n’est bien sûr pas question de dénigrer son ancien conjoint, au profit du nouveau !! Mais de rassurer son enfant sur le fait qu’on a beaucoup aimé son autre parent, qu’on a vécu une vie très heureuse avec lui, mais que parfois les histoires d’amour ça se finit … Et d’autres recommencent !

Former une famille recomposée ? Pourquoi pas …

La première rencontre avec le nouveau conjoint

Cette première rencontre n’a pas besoin d’être préparée matériellement d’une façon particulière; ça peut être très spontané, dès l’instant qu’on a déjà bien expliqué aux enfants ce dont il s’agissait: une nouvelle histoire d’amour.
On peut envisager un endroit neutre, pour faire connaissance, comme un espace de jeu, dans lequel les enfants auront suffisamment de place pour se croiser, se parler, jouer, … Et observer discrètement le nouveau couple !
Bien entendu, il est indispensable d’être le plus discret et délicat possible dans ce nouveau couple : on évite de s’embrasser sur la bouche devant les enfants, de se câliner … Bref, on leur laisse le temps de s’habituer avant d’être naturels en face d’eux !

S’habituer les uns aux autres

Par la suite, on prend un peu de temps pour se voir régulièrement le week-end, on commence à aller les uns chez les autres, on fait vraiment connaissance.
C’est l’occasion pour nos enfants de connaître notre nouveau conjoint, mais aussi d’apprendre à passer un peu de temps tous ensemble. Là encore, il est indispensable de laisser une grande place à la parole de chacun et de laisser les angoisses, peurs, et frustrations liées à cette nouvelle histoire.
Et si vraiment ça n’accroche pas entre ses enfants et son nouveau compagnon, on peut alors vraiment réfléchir à la nécessité ou non de vivre ensemble.

Redistribuer les rôles

Si on envisage une vie commune, tous ensembles, il est important de discuter entre adultes de ce qu’on attend de chacun en tant que parent et beau-parent. Il n’y a certainement pas de recette miracle, mais on se doit de réfléchir au rôle de chacun dans cette famille recomposée.
Est-ce qu’on envisage le beau-parent comme participant à l’éducation de notre enfant ? Est-ce qu’au contraire on préfère qu’il reste discret et s’occupe de ses enfants ?
Est-ce qu’on a envie que tous les enfants soient soumis aux mêmes règles de vie, ou bien est-ce qu’on préfère que chacun garde ses habitudes ?

(Retrouvez quelques conseils dans le billet précédent sur les beaux-parents en cliquant ici)

Repenser la vie commune

L’essentiel est d’être au clair sur la place qu’on va donner à chacun, et sur celle qu’on a envie de prendre. Il n’y a pas d’idéal, ni de mode de fonctionnement qui marcherait à tous les coups ! Il s’agit surtout de s’adapter aux personnalités, des petits et des grands, tout en douceur.
Lorsqu’on est bien d’accord sur tout ça, on peut envisager la vie commune. Et il ne faut surtout pas avoir peur des éventuels conflits à venir. Il y en aura, mais ils seront certainement constructifs, surtout si les parents restent soudés et cohérents dans leurs exigences et leurs décisions.

De nouveaux frères et sœurs

La grande chance de la famille recomposée, c’est tout de même cette occasion exceptionnelle d’agrandir le nombre de frères et sœurs, de varier les âges, et de vivre dans un esprit communautaire avec des enfants différents. L’entente parfaite n’est pas toujours au rendez-vous, mais il faut bien garder en tête, en tant que parent, que c’est l’occasion d’un grand enrichissement pour chacun.

La gestion du temps sans les enfants

Gérer cette nouvelle famille peut demander beaucoup de temps et d’énergie, il est donc indispensable de s’aménager du temps sans les enfants. Alors attention, grande organisation : on prépare un grand planning mensuel, on note dessus qui est là chaque jour, et on essaie de s’accorder au moins une journée sans enfants par mois, ou encore un week-end entier !!! Et de profiter de ce temps pour passer du temps en couple, et puis aussi seul !

Cet article reprend les Fiches
“La séparation des parents”, et “La famille recomposée”
issues du Pack complet des
Fiches Outils du Parent Bienveillant !

N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous pour nous faire par de votre propre expérience ou pour partager avec d’autres parents ce qui a fonctionné (ou pas) pour vous

Laisser un commentaire via Facebook

3 Comments

  • Emilie Lagoeyte

    Reply Reply 2 avril 2015

    Oui, pas facile en effet de vivre ces séparations. En temps qu’adulte, c’est une épreuve, mais en temps qu’enfant aussi! J’ai moi-même beaucoup souffert de la séparation de mes parents étant enfant. J’ose imaginer que certaines choses peuvent être un peu moins rudes aujourd’hui, notamment grâce à des articles comme le vôtre, à tous ces conseils que les parents peuvent recevoir mais aussi grâce au nombre. Les familles éclatées et recomposées ne sont plus les exceptions et je pense que les enfants se sentent moins stigmatisés… Certaines familles recomposées sont d’ailleurs très punchy, la déchirure est derrière mais un nouvel équilibre se crée où chacun semble y trouver son compte!

  • Angélique Mathieu

    Reply Reply 8 février 2017

    Il est vrai que si on fait vraiment les choses bien, et qu’on explique tout aux enfants (qui peuvent comprendre sinon les choses de travers :-/)

    On peut réussir à leur faire bien vivre un divorce, sans en plus les marquer pour leur future vie de couple. (dégoût du mariage par exemple)

    Et pour fonder une nouvelle famille, là aussi il faut se mettre à la place de nos enfants. Qu’aurait-on ressenti si à leur âge nous avions dû soudainement habiter avec des inconnus??

    Les parents qui sont amoureux d’une nouvelle personne ne peuvent pas s’en rendre compte véritablement je crois. 🙂

    Mais peut-être que je me trompe.

Leave A Response

* Denotes Required Field