Chère culpabilité : ADIEU !

Published by Camille et Olivier on


“Tu es une mauvaise maman!”
“Tu es stressée, et ton stress abîme les enfants!”
“Tu n’es jamais à la hauteur!”

Ah si nous pouvions la faire taire sur commande cette fichue culpabilité !

Mais… elle ne peut pas disparaître d’un claquement de doigt.
Et même si on se force à penser à autre chose sur le moment, elle part se tapir dans un coin, prête à ressurgir à tous moments.

La première pierre à poser, c’est de nous rendre compte que nous avons tous nos « limites » (émotionnelles, physiques, et mentales).
Elles se sont dressées au fur et à mesures de notre construction, de notre vie, des événements traumatiques que nous avons traversés et la façon dont nous avons été accompagnés. 

Nous espérons vous avoir bien fait passer le message dans nos derniers articles. 🙂
Mais ce n’est pas suffisant.

Pour complètement nous débarrasser de cette culpabilité, il est nécessaire de la « libérer » à la source.

C’est à dire : agir sur ses causes profondes.

Pourquoi ?

La culpabilité, c’est comme un animal de compagnie.

Plus nous l’alimentons, plus il grossit.

Si nous voulons qu’il prenne moins de poids… alors il faut arrêter de lui donner à manger.
Logique.

Comment ?

Votre culpabilité est nourrie par 3 types “d’aliments” :

  • Nos croyances -> “je suis une maman stressée”
  • Nos exigences envers nous-mêmes -> “je dois faire plaisir à tout le monde”
  • Nos “boucles de pensées dévalorisantes -> “je crie = je ne suis pas à la hauteur”

La difficulté, c’est que…
Ces “aliments” font partie de nous, de notre construction.

Pour nous protéger, notre cerveau a bâti des croyances, des boucles de pensées, des injonctions et exigences…

Ces pensées sont automatiques, bien souvent inconscientes, et nous n’avons aucun «contrôle» dessus…

Pire : si nous tentons de les bloquer, de les mettre de côté, de prendre sur nous… alors nous nous ajoutons une pression supplémentaire.

Et cette pression vient remplir notre “Baignoire de stress”.
(Vous vous souvenez de l’article d’hier ? )

Et donc, nous sommes condamnées à répéter le cercle vicieux :

Adieu à la culpabilité maternelle

Alors, comment arrêter de nourrir la culpabilité ?

Déjà, ne prenez pas une enième bonne résolution du type :

“A partir de demain, j’accepte mes limites”.

Parce que vous risquez d’être dans l’échec si vous ne prenez pas le temps de supprimer les causes de votre culpabilité.

Laissez-vous le temps de faire les choses dans l’ordre.

Pour supprimer les causes de la culpabilité et pouvoir penser différemment, il y a deux grandes phases à traverser, deux grandes portes à aller ouvrir :

  • Porte n°1 – L’Introspection : vous devez comprendre quelles sont vos PROPRES “aliments” : vos croyances, vos exigences, vos schémas de pensées.
    D’où viennent-ils ? Quels poids ont-ils sur vos pensées et comportements actuels ?
  • Porte n°2 – l’Apprentissage de nouveaux comportements / schémas de pensées : C’est la phase de changement de vos manières de penser, de réagir.
    Quand vous aurez une bonne compréhension du fonctionnement de vos “aliments”, vous pourrez avec un peu de pratique les transformer facilement en des aliments  nourrissants  et constructifs.

Petit à petit, vos pensées vont changer.
Vos croyances vont évoluer.
Vos exigences vont diminuer.
Vos boucles de pensées vont se transformer.

Et votre culpabilité ne sera plus alimentée 🙂


Si vous voulez aller plus loin,

Ou si vous ne savez pas vraiment comment vous y prendre,

Nous avons construit toute le programme Imparfait(e)… et fièr(e) de l’être avec  de nombreux exercices personnalisés qui suivent les deux étapes “Introspection – Apprentissage”.

En faisant ces exercices… votre cerveau s’habituera automatiquement à penser différemment, et lâchera sans remords les pensées dévalorisantes qui lui font perdre du temps et de l’énergie.

Dans le programme “Imparfait(e)… et fièr(e) de l’être”,  je vous propose entre autres de découvrir :

  • Comment accueillir vos émotions excessives et vos souffrances : un exercice pour ne plus chercher en vain à les supprimer… mais à s’apaiser (et comment s’y prendre)
  • La puissante méthode de l’Union des Contraires : comment faire intégrer à votre cerveau que vous ne serez jamais 100% parfaite ou 100% incompétente !
  • Un exercice de Déculpabilisation : 6 questions pour vous démontrer à quel point vous êtes souvent brillante, capable et pleine de ressources – pour pleinement accepter d’être parfois en colère ou fatiguée (et ça, ça fait un bien fou !)
  • Un Podcast “Stop aux ruminations mentales” : l’exercice super efficace pour retourner votre mental en quelques minutes, quand il rumine un jugement négatif sur vous-même (et/ou sur les autres). Un exercice qui permet de se réconcilier avec son mental.

Voici quelques témoignages parmi les 604 mamans déjà membres du programme :


0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.