9 attitudes bienveillantes pour avoir des relations épanouies avec ses enfants 

Comment renforcer la relation avec ses enfants ? Comment avoir le sentiment d’être suffisamment présent pour eux ? Comment profiter du peu de temps dont nous disposons auprès d’eux ?  Aujourd’hui, c’est Jean-Philippe du blog Actimomes.com qui nous partage 9 attitudes bienveillantes à adopter avec nos enfants. 

 

Avec notre mode de vie moderne de parents débordés et pressés, on veut être toujours plus rapide, toujours plus efficace. Mais on sent bien qu’au fond de nous, il nous arrive de passer à côté de l’essentiel en tant que parent : 

— avoir une relation bienveillante et apaisée avec ses enfants. 

D’autant que contrairement à ce que l’on pense, plus on va s’attacher à prendre le temps d’instaurer des relations de qualité, plus cette relation sera apaisée. 

Car comme le dit Russell Barkley (psychologue clinicien) 

« Les enfants qui ont le plus besoin d’amour le demanderont de la manière la moins aimable qui soit »  

Ce qui veut dire que bien souvent les enfants manifestent ce besoin d’amour en ayant des comportements qui cherchent à attirer l’attention. 

(Cris, bêtises, envie de grignoter, sollicitations incessantes, angoisses, difficultés à dormir…) 

 

Ainsi, je partage avec vous aujourd’hui 9 attitudes pour avoir une relation plus riche, bienveillante et apaisée avec nos enfants. 

1- Prendre réellement du temps pour ses enfants. 

La première astuce est de prendre du temps pour ses enfants. Non seulement vous allez y gagner en tant que parents, mais évidemment vos enfants vont être plus connectés à vous et vont avoir un comportement plus apaisé. 

Vous allez vous y retrouver en tant que parent, parce que comme tous les parents, vous êtes probablement parfois ou souvent stressé. Votre travail vous demande beaucoup d’attention ou vous fatigue énormément. 

Alors lorsque vous osez « lâcher prise » et passer réellement du temps en pleine conscience avec vos enfants, vous faites une coupure avec ce monde de stress, avec ce monde de performance qui oublie l’essentiel : l’amour de sa famille. 

 De leur côté, vos enfants sont heureux de vous retrouver. Ils sont heureux d’exister à travers vos yeux, sont heureux de bénéficier de votre attention, et sont heureux de passer du temps avec vous tout simplement.  

Doncquand vous passez du temps avec vos enfants soyez pleinement présent. 

Ce qui signifie que si vous êtes pleinement concentré sur l’action faite avec votre enfant et bien vous allez faire cohésion, vous allez être vraiment ensemble dans un même moment de partage. 

Le deuxième moyen d’avoir une meilleure connexion avec ses enfants c’est de les considérer en tant que personne.  

2- Considérons nos enfants comme des personnes à part entière. 

Bien sûr, les enfants ne sont pas des mini adultes, car leur cerveau est en pleine maturation. Ils ont donc besoin de notre soutien pour exprimer leurs idées et par-dessus toutes leurs émotions.  

Néanmoins, ils expriment déjà des souhaits, des rêves, des goûts et des ambitions. 

Essayons de nous intéresser à leurs propres aspirations, à leurs propres envies de faire une activité, pourquoi pas dans leur imaginaire et pas systématiquement selon nos propres envies. 

Arrêtons de toujours leur imposer nos aspirations à nous. 

Les enfants ont déjà pas mal d’obligations à respecter à l’école ou dans le sport qu’ils pratiquent, alors essayons vraiment d’écouter leurs envies de la même façon que nous respectons les envies des personnes qui nous entourent. 

Stop à l’adultisme ! (l’adultisme est l’abus de pouvoir des adultes sur les enfants) 

La troisième attitude pour renforcer la relation avec nos enfants c’est de se concentrer sur la qualité du temps passé et non sur la quantité de temps passé ensemble. 

3- Se concentrer sur la qualité plutôt que sur la quantité de temps passé avec nos enfants. 

Comme le dit Isabelle Filliozat   souvent citée par Camille et Olivier, « il n’y a pas de parents parfaits » : c’est pourquoi il vaut mieux se concentrer sur la qualité plutôt que la quantité. 

Certaines personnes ont la chance de terminer leur travail tôt, de récupérer leurs enfants tôt le soir, mais ce n’est pas le cas de tout le monde et beaucoup d’enfants passent beaucoup de temps au périscolaire. 

Pourtant ce n’est pas pour ça que les enfants seront plus ou moins heureux. 

Ce qui est important c’est la qualité de temps que l’on va passer avec chacun de ses enfants, c’est la qualité des relations que l’on va avoir, c’est la concentration que l’on va investir dans ce temps passé avec nos enfants. 

Et si l’on peut, c’est intéressant de passer un bref moment rien qu’avec chacun de ses enfants et d’être pleinement connecté avec lui. Ainsi, il sera à même de remplir son « réservoir d’amour » et d’être ainsi plus fort et autonome dans sa vie d’enfant.  

La quatrième attitude de parents pour améliorer la relation avec ses enfants c’est de réfléchir à son propre comportement face à ses enfants. 

4- Donner l’exemple à ses enfants. 

Comment réagit-on en tant que parent lorsque notre enfant fait un « caprice » ?  

Est-ce qu’on montre de la patience, de la compréhension, une attitude de recherche de solutions avec son enfant ? 

Où est-ce qu’on montre plutôt qu’on est exaspéré qu’on ne veut plus en entendre et qu’on va plutôt faire du chantage et des punitions ? 

Alors évidemment de la part de nous parents cela demande beaucoup de maîtrise de nous-mêmes et de lâcher prise par moment. 

En tant que parent, on a besoin de comprendre que nos enfants, par leur comportement, par leurs paroles veulent signifier l’expression d’un besoin, il s’agit souvent d’un besoin d’attention, d’attention réel. 

La cinquième attitude qui favorise une bonne relation avec nos enfants c’est de leur apprendre la compassion. 

5- Apprendre la compassion à nos enfants. 

On est souvent beaucoup plus impatient avec nos enfants que l’on ne peut l’être avec les autres adultes.  

Alors que pourtant, nos enfants ont un cerveau immature et ils sont toujours en train d’apprendre. 

En fait, nos enfants ont besoin de plus d’empathie, de plus de soutien, plutôt que des critiques qui ne sont pas constructives bien au contraire. 

Et plus nous montrerons de l’empathie et de la compréhension avec l’expression de leurs besoins et plus ils feront preuve d’empathie avec nous leurs parents. Plus tard, ils feront preuve d’empathie et de compréhension en tant qu’adultes. 

6- Se connecter à eux avant de les aider à évoluer. 

La sixième attitude qui favorise une bonne connexion avec ses enfants c’est de se connecter avec eux lorsqu’ils ont un mauvais comportement plutôt que de les exclure, par exemple dans leur chambre. 

Parce que finalement quand on exclut nos enfants pour les punir et bien on n’a pas l’occasion de leur apprendre, on n’a pas l’occasion de leur exprimer nos besoins, notre ressenti face à leur comportement. Finalement quand on exclut notre enfant, la seule chose qu’il comprend, sur le moment, « mon parent ne m’aime pas ». 

Alors bien sûr, les enfants ne sont pas rancuniers, mais j’aime bien cette phrase de Jane Nelsen qui dit : « Qui a eu cette idée saugrenue qu’un enfant devait d’abord se sentir mal pour mieux faire ? » 

Alors bien sûr en tant qu’adulte, on peut être agacé, on peut être exaspéré par ce comportement.   

Et bien, on peut se mettre à l’écart nous-mêmes pour prendre le temps d’une grande inspiration, pour prendre du recul par rapport à ce qui vient de se passer et se réengager plus tard avec l’enfant dans une discussion de construction autour d’une solution, autour d’une réparation éventuelle. 

7- Parents : Arrêtez d’être parfaits. 

La 7e attitude de parents qui favorisent une bonne relation avec ses enfants c’est d’arrêter d’être parfait. Tout ne peut pas être toujours très bien rangé dans la maison. 

Vos enfants ne sont pas forcément tous les jours extrêmement bien habillés. On peut admettre certaines fautes de goût. L’important n’est pas d’avoir l’air parfait, l’important c’est de passer du bon temps avec ses enfants et d’être connecté à eux.  

Peu importe si on paraît parfois pour un mauvais parent aux yeux de son entourage. 

8- Comprendre que « L’enfant est le meilleur des maîtres. » 

La huitième attitude qui favorise une bonne relation avec ses enfants c’est de voir ses enfants comme des maîtres dans le sens « enseignant » parce que les enfants ont cet incroyable pouvoir de révéler en nous ce qu’il y a de meilleur, comme ce qu’il y a de pire. 

J’aime beaucoup cette citation du Dalaï-lama qui disait l’ennemi est le meilleur des maîtres. 

En plus, on a la chance que dans le cas présent, l’enfant n’est pas notre ennemi bien entendu. 

On doit aussi se rappeler que nos enfants lorsqu’ils ont le comportement qu’ils ont, sont juste en train d’essayer de faire de leur mieux avec les capacités qui sont actuellement les leurs. 

C’est donc de notre devoir de les soutenir et de les accompagner vers de plus grandes compétences vers un savoir-être plus abouti. 

Donc, ne les jugeons pas et accompagnons-les plutôt. 

 

9- Regardons le monde avec des yeux d’enfants. 

 

La 9e attitude qui permet d’avoir une meilleure connexion avec ses enfants c’est de regarder le monde avec des yeux d’enfant. 

Bien sûr, on n’a plus de connaissances que nos enfants, mais c’est bon aussi d’être capable de regarder le monde tel que nos enfants le voient. 

Ainsi, on peut plus facilement entrer en relation avec eux en respectant l’imaginaire de nos enfants et en acceptant de le regarder avec toute la fantaisie qu’ils peuvent exprimer.  

Acceptons de regarder le monde avec des yeux d’enfant et mettons un peu plus de « fun » et d’autodérision dans notre vie. De cette façon, on aura un accès plus facile à leur mode de pensée et comme ça la coopération entre enfant et parent sera facilitée. Si favoriser la coopération avec votre enfant est un sujet qui vous touche, vous êtes libres de télécharger mon guide du parent bienveillant et efficace. 

Et vous, quelle est votre astuce favorite pour vous rapprocher de vos enfants et vivre des moments privilégiés avec eux ? J’ai hâte d’en discuter avec vous dans les commentaires. 

 

 

Laisser un commentaire via Facebook

6 Comments

  • Chang ParentalitéZen

    Reply Reply 27 septembre 2018

    Je suis d’accord pour l’empathie, bien plus précieuse que l’obéissance ! Encore faut-il savoir comment on peut le mettre en place.

    Si un enfant tape par exemple, j’ai remarqué qu’un simple “aie aïe aïe ça me fait mal… Ouille, je préfère les caresses !” fonctionne bien mieux que “Maintenant tu arrêtes de taper!!!” Mais il y a d’autres qualités importantes.

    Une qualité importante et qu’on enseigne de plus en plus c’est l’estime de soi. Un enfant c’est un futur adulte. Autant on aimerait bien qu’il réussisse à l’école pour avoir le job qui lui plaît, autant l’estime de soi lui permettra de relever bien des obstacles. Et ça passe par des phrases simples, vous avez une tonnes d’exemples ici : https://www.parentalitezen.com/augmenter-estime-de-soi/

    • Bonsoir Chang, merci pour ton commentaire.

      Tu as raison, un enfant est un futur adulte. Et offrir à cet enfant tout le respect et la bienveillance qui lui est du l’aidera à prendre confiance en lui.

  • Merci beaucoup pour ce super article ! Les 9 points sont essentiels mais un qui me touche particulièrement, c’est la connexion. Se connecter à son enfant permet d’enseigner ne nombreuses choses. Et l’un des éléments qui permet d’être connecté est l’empathie. Une astuce que j’utilise régulièrement et qui marche bien, c’est de raconter une anecdote similaire qui m’est arrivée quand j’étais petite. L’enfant est intéressé et il réalise que nous le comprenons. C’est le début d’un échange et la fin d’une éventuelle crise / conflit.

    • Merci Emma pour votre commentaire. Jane Nelson disait “D’abord se connecter à son enfant avant de le faire évoluer”.

      Merci de partager votre astuce de partager son vécu pour créer un lien d’expérience avec notre enfant.

  • Nathalie, nutri-momes

    Reply Reply 15 octobre 2018

    Merci pour cet article !

    En ce qui me concerne, j’adore cuisiner avec mes enfants:

    – une activité ensemble crée un lien fort

    – ça me permet de pouvoir discuter avec eux de manière “anodine”, de parler de leurs émotions, leur journée, etc. sans avoir l’air de faire un interrogatoire car on “travaille” ensemble, on est côte à côte. Mes filles se confient alors parfois plus facilement que si nous sommes assises ensemble.

    – ça permet de développer leur confiance en eux : je te fais confiance pour mélanger dans la casserole chaude, couper, etc. “Tu es capable de faire plein de choses”.

    – Ca crée un moment de complicité : par exemple,lorsqu’on lèche ensemble le plat après avoir mis le gâteau au four ;-)))

    • JEAN-PHILIPPE

      Reply Reply 17 octobre 2018

      Géniale la cuisine ! Merci beaucoup pour cette astuce Nathalie !

Leave A Response

* Denotes Required Field