6 astuces pour favoriser l’éveil au langage du jeune enfant

Dans cet article, rédigé par Céline DEVILLERS, fondatrice de « LOULILOU le spécialiste du langage des 0-3 », vous allez découvrir 6 astuces très simples à mettre en place pour favoriser le développement du langage de votre enfant avant son entrée à la maternelle. Même si certaines vous semblons être le bon sens même… il est utile de les rappeler !

 

Le langage : une dynamique qui démarre bien avant l’entrée à l’école

Le langage est un élément fondamental dans l’épanouissement de la personnalité de l’enfant. Les compétences langagières de nos boutchous ont un rôle décisif dans leur réussite scolaire et interpersonnelle.​

Malgré cela, quelques idées reçues subsistent encore, telles que « il parlera bien un jour, ça passera tout seul… ». Les études montrent pourtant que le langage est loin de s’acquérir tout seul ou devant un écran, qui tiendrait compagnie (ipad / télévision…).

L’acquisition du langage du jeune enfant est une dynamique qui démarre bien avant l’entrée à l’école. Le bon développement repose sur les moments privilégiés conversationnels que partage l’enfant avec son entourage.

Après avoir exercé comme orthophoniste en France et à l’étranger auprès des tout-petits, j’ai créé Loulilou, une société spécialisée dans le développement et l’éveil du langage des tout-petits, dédiée aux parents et aux professionnels de la petite enfance.

Loulilou est partenaire du Dr Christian PEYRAT. Nos services et formations s’inscrivent dans le prolongement des recherches qu’il a menées sur la communication précoce entre parents et enfant (dès les premiers jours de vie).

Professionnels de la petite enfance et parents peuvent développer les ressources nécessaires à la stimulation langagière, au quotidien, dans la relation avec l’enfant, pour que l’enfant entre en maternelle avec un « bagage langagier » de qualité, qui favorisera son épanouissement et les futurs apprentissages.

Baby boy posing

6 astuces pour favoriser le langage des tout-petits ?

1- Jouer avec l’intonation, les mimiques et les gestes, dès les premiers mois :

Il est vivement conseillé de parler près du visage du bébé, en accentuant la mélodie de votre parole, votre expressivité, en souriant et en n’hésitant pas à ajouter des gestes à vos commentaires (ex. geste avec l’index pour le « non », pour « attention ! « , main sur le ventre pour « miam », etc..).

2- Utiliser les temps de routine pour parler avec l’enfant du monde qui l’entoure :

L’enfant apprécie ces temps qui reviennent (change, bain, repas, ballade), il les attend avec plaisir, car il sait qu’il aura droit à un échange privilégié avec l’adulte. Voilà pourquoi, ces instants doivent devenir de purs moments d’échanges et de communication.

3- Favoriser les interactions (moments privilégiés de langage) par le jeu et le dialogue :

En vous mettant à la hauteur de l’enfant et en partant de ce qu’il propose, vous entrez alors en mode « conversation » avec l’enfant en vous intéressant à lui. Ces échanges langagiers sont des moments de plaisir et de tendresse de grande qualité, qui favorisent le bon développement du langage.

4- Adapter notre manière de parler avec l’enfant selon son âge :

que l’enfant ait quelques mois ou quelques années, notre façon de converser avec lui évolue au gré de son développement. La première année, des phrases courtes suffiront « tu le prends ? Tu me le donnes ? Puis, « tu me montres la vache ? », accompagnées d’une intonation accentuée, de chant et de mimiques. Au fur et à mesure, dès 12 mois, l’entourage précise ses demandes « tu me montres la queue de la vache ? « , initie l’enfant à jouer autour des cris d’animaux, des comptines…

À partir de 18 mois, l’entourage peut aussi s’amuser avec l’enfant à commenter ses actions d’onomatopées : HOP / TOC / BOUM / PAF….

À partir de 2 ans ont peut :

  • L’initier à des jeux de sons (lors d’un bain par exemple) : ex, le bruit du lion « RRR », le bruit du train « TCHOU », le bruit du serpent « SSS », le bruit du vent « VVV »…
  • Faire des grimaces avec lui, qui amélioreront la tonicité de sa langue, de ses joues et qui favoriseront une meilleure articulation. Ex : tirer la langue, en haut, en bas, à droite, à gauche, toucher les dents, gonfler les joues…

Vers 2 ans et demi : l’adulte laissera au placard les termes enfantins qui ne sont plus adaptés, comme « tu as fait dodo ? », « tu veux ta teut’ ? » pour parler de manière plus élaborée : « Tu as bien dormi ? Tu veux ta tétine ? »…

Si ce n’est déjà fait, le parent abandonnera le « ON » pour parler à l’enfant (ex. « On va prendre la bain ») pour favoriser l’émergence du JE / TU vers 3 ans (« Tu vas prendre ton bain »).

Le parent laissera de côté le fait de parler de lui à la 3ème personne en disant « Papa va travailler » pour présenter le « JE » à l’enfant : « Je pars travailler ».

5- Enrichir de manière continue le vocabulaire de nos boutchous :

Ce point-là est vraiment primordial, car l’importance du stock lexical jouera un rôle déterminant dans les futurs apprentissages. Les livres, les histoires, les imagiers ont leur place dès le plus jeune âge, et ce, pour de nombreuses années. Le vocabulaire doit se travailler autant en expression qu’en compréhension.

Ainsi, dès 1 an, le parent pourra demander : « qu’est ce que c’est ? » Au début, l’enfant ne répondra pas et c’est le parent qui répondra à sa place. Mais comme l’entourage lui demandera au cours de la même activité « tu me montres le lapin ? « , un jour, l’enfant répondra à la question initiale et dira « PIN » pour le lapin. Le pointé du doigt précèdera ou succèdera à cette étape.

L’important est de garder à l’esprit que dès que l’enfant a acquis un mot de vocabulaire, on peut en introduire un autre. Par exemple, quand bébé maîtrise les animaux de la ferme, on passe aux animaux de la jungle, puis aux animaux sauvages, puis aux insectes…

6- Présenter un bon « modèle » :

Pour accompagner l’enfant dans le bon développement de sa parole, le parent doit veiller à reformuler correctement et à ne pas souligner l’erreur de l’enfant. Il s’agit donc de ne pas expliquer de manière professorale, mais de reformuler et de renforcer dans la conversation, avec un feedback positif. Ex : « Est pati le CROCRODI ». Parent : « Il est parti le crocodile ? Oui, il est parti le crocodile ». Inutile de dire : « Non, ce n’est pas crocrodi mais crocodile, répète : cro-co-di-le !  »

Enfin, l’entourage doit se montrer vigilant à ne pas bombarder l’enfant de questions, ni exiger qu’il répète. Pour que l’enfant vous parle, encore faut-il qu’il ait un espace de parole et qu’il ait le temps de formuler, ce qui ne sera pas le cas si l’adulte anticipe ses demandes.

 

Pour aller plus loin :

Loulilou est le seul prestataire qui accorde au langage des enfants de 0 à 3 ans toute son attention en proposant aux professionnels de la petite enfance :

  • Des formations innovantes sur le développement / la stimulation du langage
  • Un accompagnement personnalisé pour intégrer le langage comme un élément clé de leur programme éducatif.

Loulilou accompagne aussi les parents :

  • À travers des séances de coaching autour du langage de leur enfant. Loulilou apaise leur questionnement et les sensibilise aux interactions stimulantes et épanouissantes pour leur boutchou.
  • À travers des cours à domicile sur l’acquisition et l’éveil du langage des 0-3 ans (service donnant droit à 50% de réduction d’impôt).

Alors, n’attendons plus, à nous de jouer ! Ensemble, éveillons le langage de nos enfants !

Developpement langage enfants

Retrouvez Loulilou sur le site web www.loulilou.fr

Contact : Céline DEVILLERS – Gérante de LOULILOU
15 rue de la fontaine des bois, 51390 Pargny les reims
Mèl : info@loulilou.fr

Enregistrer

Laisser un commentaire via Facebook

8 Comments

  • ptits vikings

    Reply Reply 23 août 2013

    Bonjour,
    J’ai acheté le carnet de bord de la famille mais je n’arrive pas à imprimer les matrices. Pour les autres documents, pas de souci. J’utilise un Mac. Que dois je faire?
    Merci d’avance et bravo pour ce super outil que j’ai hâte d’utiliser

  • Bonjour,
    Souligner le modèle est vraiment une attitude positive qui fonctionne d’elle même pour bien des soucis. J’avoue qu’au bout de quelques années (Plus de 7 ans), je perds parfois patience et je « demande » à ce que les erreurs de grammaire soient comprises et corrigées consciemment, en plus de souligner le modèle 🙂

  • Julie.Prud

    Reply Reply 12 mars 2015

    Bonjour,
    Je voulais savoir, c’est à partir de quel âge que l’enfant prononce son premier mot normalement ? Ma fille va avoir 1 an et elle n’a pas encore prononcé son premier mot, est-ce normal ? Sinon, j’ai trouvé également des astuces super-intéressantes pour les parents ici : http://www.astussima.com/astuces-enfants

  • djouab brahim

    Reply Reply 3 septembre 2015

    bonjour
    mon fils a 18 mois mais ils n’a pas encore dit son premier mot.est ce que l’exposition d’un bébé à la télévision pour longtemps lui pose des problèmes de langage plus tard.

Leave A Response

* Denotes Required Field