Comment protéger nos enfants de l’épidémie de myopie ? (2/2)

Maintenant nous essayons vraiment de diffuser ce message : les enfants ont besoin de passer plus de temps à l’extérieur. – Kathryn Rose, responsable des études des troubles de la vision à l’Université technologique de Sydney

Myopie

Cette semaine nous vous proposons de découvrir Guillaume du blog Santé des enfants et environnement. Papa d’une petite fille de 3 ans (et bientôt d’une deuxième !), il s’intéresse au lien entre la santé des enfants et l’environnement. Son blog a pour objectif de fournir des informations et des recommandations pratiques, permettant de :

  • protéger nos enfants d’un environnement pollué ;
  • les faire profiter des bienfaits d’un environnement naturel.

Dans cet article il vous propose de revenir sur la myopie et de nous donner des clés pour protéger nos enfants de ce qui semble être devenu une véritable épidémie !

La première partie de cet article se trouve ici.

Piste n°3 : La lumière naturelle

Johannes Kepler, le célèbre astronome, expliquait sa myopie par le temps qu’il avait passé à lire des livres. De fait, en Europe, les myopes sont plus nombreux parmi les personnes ayant un haut niveau d’études [1]. Mais le manque de lumière naturelle pourrait être un facteur plus important que la fixation répétée d’objets proches. C’est en tout cas ce que suggèrent les travaux suivants :

  • en 2007, une étude a suivi 500 enfants âgés de huit à neuf ans, initialement sans myopie. Cinq ans plus tard, un enfant sur cinq était atteint de myopie. Le seul facteur présentant une forte association avec l’apparition de ces cas était… le temps passé dehors [2]. Par exemple, selon les données de l’étude, lorsque que les deux parents sont myopes, le risque de devenir myope baisse de 60 à 20 % si l’enfant passe dehors plus de deux heures par jour ;
  • en 2008, une autre étude a obtenu des conclusions similaires [3]. 4 000 enfants de 6 à 12 ans ont été suivis pendant trois ans. Ce suivi montre que les enfants passant le plus de temps à l’extérieur sont moins myopes que les autres. Cette conclusion a été obtenue après avoir écarté les autres facteurs de risque potentiels. C’est le cas du manque d’activité physique par exemple : d’après les résultats de l’étude, les enfants pratiquant une activité sportive en intérieur ne sont pas significativement plus protégés, alors que le sont les enfants participant à des pique-niques ou lisant sur la plage. Par ailleurs, l’étude précise que les enfants ayant passé le plus de temps à l’extérieur n’ont pas forcément passé moins de temps à fixer des livres, des écrans ou d’autres objets proches ;
  • en 2012, une étude sur 14 000 enfants confirme à nouveau l’association entre la fréquence de myopie et le temps passé à l’extérieur, indépendamment du niveau d’activité physique [4]. Les enfants qui passent peu de temps à l’extérieur entre 8 et 9 ans (moins d’une heure par jour) ont un risque 40 % plus élevé d’être myopes entre 11 et 15 ans.
  • en 2013, une étude taïwanaise a séparé 500 enfants âgés de 7 à 11 ans en deux groupes. Le premier groupe a dû passer toutes ses recréations à l’extérieur (environ 80 minutes par jour). Le deuxième groupe n’avait pas de consigne particulière. Au début de l’expérience, le niveau de myopie était équivalent dans les deux groupes. Un an plus tard la proportion de nouveaux cas de myopie était de 8 % dans le premier groupe et de 18 % dans le second groupe, soit plus du double [5].

Quels mécanismes pourraient expliquer ces associations ? Les effets de la lumière naturelle sur la santé des yeux restent aujourd’hui un sujet d’étude. Des premiers éléments de compréhension sont néanmoins disponibles, issus d’expériences réalisées en laboratoire : une lumière serait protectrice pour les yeux si elle est suffisamment intense (d’un minimum de 10 000 lux, ce qui correspond à la lumière à l’ombre d’un arbre, par une journée d’été) et si elle comprend un équilibre entre les longueurs d’onde bleues et rouges (comme la lumière du soleil, au contraire de la plupart des lumières artificielles).

Quels indices peut-on déduire d’une comparaison avec le mode de vie nos ancêtres préhistoriques, dont nous sommes génétiquement très proches ? Les recherches portant sur les peuples de chasseurs-cueilleurs actuels [6] montrent que leurs capacités visuelles sont excellentes. La proportion des cas de myopie, qui est l’altération la plus courante, est inférieure à 3 %, ce qui est 10 fois plus bas que la proportion européenne actuelle [7]. De plus, ces cas sont quasi-exclusivement légers ou très légers.

Sur la base de ces observations et des résultats des études précitées, on peut émettre l’hypothèse que nos yeux sont probablement « faits » pour regarder ce que nos ancêtres avaient l’habitude de regarder : de vastes paysages de savane, éclairés du soleil intense d’Afrique de l’Est.

Bonnes pratiques à  mettre en place

En conclusion, l’augmentation des cas de myopie semble être un phénomène multi-critères. Si un profil génétique peut prédisposer à la myopie, les facteurs environnementaux et le style de vie jouent un rôle clé dans son apparition effective. Sur la base des résultats présentés dans ces deux articles, les bonnes pratiques suivantes pourraient permettre de réduire les risques pour nos enfants :

  • passer du temps à l’extérieur,si possible dans un environnement naturel, pour permettre aux yeux :
    • d’être exposés à la lumière du soleil,
    • de ne pas avoir à s’ajuster fréquemment à différents objets proches, tels que ceux des environnements intérieurs ;
  • diminuer la consommation d’aliments sucrés industriels ; 
  • limiter le temps de jeu sur écran : ordinateur, téléphones portables, etc.

Et vous, que faites-vous pour protéger la santé des yeux de vos enfants ? J’imagine que certains d’entre vous limitent déjà de temps passé sur écran. Partagez vos bonnes pratiques dans les commentaires !

 

Références :

  1. Williams KM, Bertelsen G, Cumberland Pet al. Increasing Prevalence of Myopia in Europe and the Impact of Education. Ophtalmology 2015 ; 122(7) : 1489-97. Doi : 10.1016 / j.ophtha.2015.03.018.
  2. Jones LA; Sinnott LT; Mutti DO et al. Parental History of Myopia, Sports and Outdoor Activities, and Future Myopia.Investigative Ophthalmology & Visual Science 2007 ; Vol.48, 3524-3532. Doi:10.1167/iovs.06-1118.
  3. Rose KA, Morgan IG, Ip J. Outdoor Activity Reduces the Prevalence of Myopia in Children.Ophthalmology2008 ; Volume 115, Issue 8, Pages 1279–1285. Doi:10.1016/j.ophtha.2007.12.019
  4. Guggenheim JA, Northstone K, McMahon Get al. Time Outdoors and Physical Activity as Predictors of Incident Myopia in Childhood: A Prospective Cohort Study. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2012 ; 53(6): 2856–2865. Doi: 1167/iovs.11-9091.
  5. Wu PC, Tsai CL, Wu HLet al. Outdoor Activity during Class Recess Reduces Myopia Onset and Progression in School Children. Ophthalmology 2013 ; 120, 1080–1085.
  6. Cordain L. An Evolutionary Analysis of the Etiology and Pathogenesis of Juvenile Onset Myopia.http://www.visioninstitute.optometry.net/UserFiles/users/499/File/Lecture%206%20-%20Cordain.pdf
  7. Williams KM, Bertelsen G, Cumberland Pet al. Increasing Prevalence of Myopia in Europe and the Impact of Education. Ophtalmology 2015 ; 122(7) : 1489-97. Doi : 10.1016 / j.ophtha.2015.03.018.

Photo par iamo’i’s

Laisser un commentaire via Facebook

6 Comments

  • Emile

    Reply Reply 25 novembre 2015

    Article très intéressant et les études statistiques dont tu parles, donnent des résultats absolument convaincants.
    Je ne manquerai pas d’emmener mes petits enfants le plus souvent possible dans la nature ….elle n’apporte que de bonnes choses …et elle est belle.

    • Guillaume

      Reply Reply 27 novembre 2015

      Merci Émile 🙂
      Tes petits enfants ont beaucoup de chance d’avoir un papy attentionné et impliqué.
      Je suis content que le mot de la fin soit consacré à là vocation d’yeux en pleine santé : pouvoir profiter de la beauté, celle de la nature en particulier !

  • Isa Lise

    Reply Reply 23 janvier 2016

    Bonjour,
    Edifiant en effet… En lien avec cet article, je vous propose de découvrir celui-ci : “Le manque de vitamine D menace la vue des femmes” or nous faisons le plein de vitamine D grâce au soleil…
    Bon week-end !

  • Anna

    Reply Reply 26 février 2016

    Bonjour !

    Je pense que l’une des solutions les plus importantes serait la réduction du sucre (et mieux sa suppression totale mais là faut être franchement motivé 🙂
    Réduire le sucre ne serait pas seulement bénéfique pour la myopie mais aussi pour le cancer, les poly-caries, la dépression et bien d’autres maux encore ! Il y a beaucoup de livres sur le sujet… qui ne demandent qu’à être lu 🙂

  • Angélique Mathieu-Tanguy

    Reply Reply 28 mai 2016

    Alors là je suis scotchée par cet article! Jamais je n’aurais imaginé que la myopie était en partie développée par le fait d’être enfermé à l’intérieur!

    Quel gâchis d’avoir des enfants myopes devant porter des lunettes, alors que plus de temps passé dehors à jouer, lire ou faire d’autres choses pourraient protéger leurs yeux de ce défaut de vue.

    Je suis très contente d’être tombée sur cet article et ne manquerais pas de faire passer le message.

Leave A Response

* Denotes Required Field