15 vraies bonnes résolutions de la rentrée pour gagner en sérénité

NB : A travers cet article, je m’adresse aux mamans.
Non pas que je nie l’importance du rôle du papa mais mon blog lebienetredesmamans.com est, comme son nom l’indique, tourné vers les mamans.

Comment vous sentez-vous alors que la rentrée démarre tout juste ?

En pleine forme suite à des vacances reposantes ?

Ou bien déjà au bord du précipice au niveau émotionnel comme si vous étiez dans des montagnes russes avec un taux d’adrénaline qui explose tous les records ?

Les vacances vous ont pourtant permises de recharger les batteries, de retrouver une énergie du tonnerre….

…Ou pas…

Et oui, surtout pour les mamans de jeunes enfants, les vacances, ce sont des moments parfois délicats à gérer…

Même si vous êtes hyper motivée par l’idée d’appliquer les principes de la parentalité positive, pendant cette période de vacances estivales, vous vous êtes senties parfois totalement découragée !!!

Les disputes incessantes de Noah et d’Emma pendant que vous dévoriez un bon bouquin sur la plage ou pire (ah ah) à l’heure de l’apéro entre amis, les questions incessantes de votre loulou alors que vous admiriez LE coucher de soleil de folie, les sollicitations incessantes de votre ou vos enfants…

Oui je sais, vous voyez ce que je veux dire.

Tout cela a engendré chez vous…quelques frustrations et réactions démesurées…vous ressembliez plus parfois à une lionne prête à dévorer sa proie qu’à une maman au teint hâlé et zeeen avec son grand verre de jus de fruit fraîchement pressée à la main !

Et maintenant ? c’est la rentrée…elle peut être une source de stress intense pour vos enfants ainsi que pour vous.

Mais pas que….la rentrée c’est aussi un nouveau départ…pour les enfants, nouvelle maîtresse, nouveaux profs, nouvelle classe, nouveaux copains….

Et pour vous les mamans ?
Pourquoi ne pas placer cette rentrée sous le signe d’un changement de cap ?

De nouvelles habitudes à mettre en place au service de VOTRE bien-être…pour une relation plus apaisée avec vous-même avant tout…mais également avec vos enfants.

Alors vous me suivez, c’est par là !

Je vais vous présenter cela tout de suite, vous pourrez adopter ces bonnes résolutions dans votre quotidien pour cheminer vers plus de sérénité dans votre vie de maman.

1- Et si vous faisiez preuve d’auto-empathie…

L’éducation positive incite les mamans (et les parents plus généralement) à développer leur empathie envers leurs enfants.

Il s’agit de la capacité à se mettre à la place de son enfant pour reconnaître et percevoir ce qu’il ressent à un moment donné.

C’est évidemment un chemin à suivre pour se diriger vers une parentalité plus respectueuse de l’enfant et devenir à l’écoute des émotions de celui-ci.

Cela étant dit, la première personne avec laquelle il est important que les mamans pratiquent l’empathie, c’est avec elles-mêmes…

Alors je vous invite (et je m’invite également car j’y travaille) à accueillir à bras ouverts vos émotions, les reconnaître, ne pas les étouffer, les accepter sans jugement.
Vous en ressortirez apaisée et davantage capable d’être empathique avec les autres dont vos enfants.

Par exemple, si vous n’acceptez pas de ressentir de la tristesse, de vous laisser traverser par cette émotion, il vous sera insupportable de la percevoir chez votre enfant.

C’est dur ? Oui je le sais, je vous comprends, on est toutes pour la plupart des illettrées émotionnelles…Alors cela nécessite un travail sur soi.

2) Et si vous preniez le temps de respirer …

Pour assurer notre survie, nous respirons tous évidemment.
Mais c’est de respiration consciente dont je veux vous parler…celle qui vous calme, vous énergise, vous recentre…

Concentrez-vous sur votre inspiration et votre expiration durant une minute au moins.
Dès votre réveil, vous pouvez pratiquer cette respiration…avant de vous lancer dans les préparatifs du matin avant l’école.

Ensuite vous pouvez renouveler cette pratique autant de fois que vous le souhaitez dans votre journée.

3) Et si vous utilisiez la magie de l’intention :

Pour un moment particulier, vous pourriez utiliser cet outil.

Par exemple vous souhaitez que les départs à l’école se passent dans la sérénité, pourquoi ne pas prendre quelques minutes le matin et poser l’intention verbalement et avec sincérité que vous arriverez à rester positive et bienveillante pour accompagner vos enfants dans ce moment parfois stressant pour eux.

4 ) Et si vous utilisiez un outil extrêmement puissant : l’organisation

On continue dans le thème des matins avant les départs à l’école, vous pourriez mettre en place une routine matinale.

Tout le monde en bénéficie. De votre côte, vous évitez de vous disperser et vous devenez plus efficace.
Pour votre enfant, les routines sont rassurantes car il sait à l’avance ce qui va se passer.

Elles sont aussi source d’autonomie.
Or le fait qu’il soit autonome va renforcer sa confiance en lui et, de votre côte, cela vous permettra d’économiser votre énergie en ne répétant pas 237 fois les mêmes choses !

Pour permettre cela les routines visuelles sont bien efficaces surtout chez les plus petits.

5) Et si vous adoptiez le lâcher-prise :

Les repas à préparer, le ménage, la vaisselle, le nettoyage du linge et j’en passe…tout cela est dévoreur de temps !

Mais pas question pour vous que vos enfants mangent de la nourriture industrielle, que votre foyer soit sale, que leurs vêtements soient souillés de tâches, donc vous assurez tout..mais à quel prix !

Et si pour cette rentrée vous décidiez de revoir vos essentiels de façon à récupérer du temps de qualité.
L’idée n’étant pas de tout envoyer valser mais de lâcher-prise même si tout n’est pas parfait.

Vive le minimalisme !

Vous en retirez le bénéfice de vous sentir moins frustrée car vous aurez plus de temps pour des choses qui vous nourrissent davantage et vous apportent plus de satisfaction.

6) Et si vous essayiez de déculpabiliser :

Je vous dresse le tableau.

Vous venez de rentrer du boulot, plutôt crevée.

Vous voulez du caaalme.

Mais votre enfant en a décidé autrement.

Il refuse de faire ses devoirs alors il râle  ou votre petit dernier explose de rage après une petite frustration..c’est trop pour vous…vous craquez, vous sortez de vos gonds, et vous vous transformez en Hulk soudainement !

Une fois calmée, la culpabilité s’empare de vous…

Pour vous rassurer, cela prouve déjà que vous êtes plutôt une bonne mère, vous vous remettez en question et prenez le recul nécessaire.
Vous vous rendez compte que vous avez blessé votre enfant (au sens moral j’entends, je ne parle pas ici de maltraitance physique).

Oui moi aussi je connais ce terrible sentiment. Ce n’est pas agréable à vivre.

Ce sentiment de culpabilité est compréhensible mais peu utile quand il dure trop, le mieux est d’assumer son erreur et d’aller parler à son enfant pour recréer le lien avec lui dans une optique de réparation.

L’idée est de vous désencombrer l’esprit et d’arrêter de vous auto-saboter… et de revenir à l’outil numéro 1 : ressentez les émotions qui vous traversent et acceptez-les inconditionnellement.

7) Et si appreniez à déléguer :

C’est un nouvel état d’esprit à adopter. Vous pouvez être remplacée pour certaines tâches, notamment les tâches domestiques.

Si vous vivez en couple, votre partenaire peut lui aussi faire à manger de temps en temps par exemple.
Oui oui les hommes aussi peuvent être de vrais cordons bleus! 😉

Votre chère tête blonde adore participer aux tâches journalières alors profitez-en !
Il ou elle se sentira valorisé, cela est bon pour son estime personnelle.
Ma fille adore passer le balai, c’est une véritable passion alors je la mets à contribution. Pareil pour mettre et débarrasser la table.

Vous pourriez faire une liste des choses que vous accepteriez de déléguer.

J’ai une bonne nouvelle : vous n’êtes pas indispensable. 😉

Ne jetez pas forcément la pierre aux autres, c’est également à vous d’apprendre à demander ou à mettre en place une autre organisation familiale tous ensemble.

Et vous devrez accepter que cela soit fait différemment … Encore le fameux lâcher-prise…

Le fait de déléguer sera forcément bénéfique pour vous car vous aurez du temps à consacrer à autre chose et vous accumulerez moins de rancœur envers vos proches.

8) Et si vous pensiez à dormir :

Je vous vois venir.

Vous vous dites peut-être que c’est votre désir le plus cher de dormir, que ce n’est pas votre faute si Théo se réveille en plein milieu de la nuit pour demander à faire pipi ou si Jade vient de faire un affreux cauchemar !

Oui quand on devient maman, les premières années c’est un peu comme si les nuits normales étaient un vague souvenir lointain.

Mais en examinant de plus près la situation, vous pourriez améliorer votre sommeil.

Vos enfants se sont endormis pas trop tard, profitez-en pour faire comme eux. Oui c’est tentant de se ruer sur les réseaux sociaux, de regarder la dernière série à la mode ou… de passer du temps avec votre conjoint.

Ce dernier point est, contrairement aux deux premiers, essentiel mais sera t’-il un temps de qualité si vous ressemblez à un zombie…
Mieux vaut vous refaire une santé mentale et physique en rattrapant les heures de sommeil perdues et si vous allez au lit tous les deux en même temps cela peut se faire dans la tendresse et se transformer en moment de qualité.

L’idée est d’identifier votre cycle de sommeil en étant attentive aux signes de fatigue. L’endormissement sera favorable à ce moment là. On est comme les enfants finalement, quand on laisse passer le train du sommeil, après c’est la galère pour s’endormir !

Mes enfants ont mis beaucoup de temps à vraiment faire leurs nuits. Mon fils, dont les nuits étaient hachées encore à deux ans, s’endormait de surcroît bien tard.

Alors dès que j’avais enfin une soirée de libre, je traînais, je voulais en profiter. Mais en fait j’étais dans un état de fatigue très avancé…je n’écoutais pas les signes de mon corps.

Mauvais calcul. Les lendemains étaient pires.

Car il n’y a pas de secret.

La fatigue vous rend irritable, c’est dans ces moments là que la violence peut surgir envers ceux que vous aimez le plus…vos enfants.

Alors dès aujourd’hui je vous invite à vous offrir le luxe au moins deux fois par semaine de vous endormir tôt en écoutant attentivement votre besoin de sommeil.

Et les autres soirs ? fixez vous une heure butoir à ne pas dépasser coûte que coûte. Ainsi même si votre enfant se réveille en plein milieu de la nuit, vous aurez pu dormir déjà de nombreuses heures.

9) Et si vous preniez la décision de mettre de côté l’auto-condamnation :

Je vous donne un exemple bien parlant.

Un enfant à qui vous dites des phrases du genre « tu n’y arriveras jamais, tu n’es qu’un bon à rien… » ne progressera jamais. Il s’enfoncera dans les abîmes du manque de confiance en lui.

Il en est de même pour nous.

Quand on se répète en boucle, après un échec dans une interaction avec notre enfant, qu’on n’y arrivera jamais et qu’on se déprécie, on aura plus de mal à trouver les ressources en nous pour s’améliorer.

Au sein de votre journée de maman, vous avez fait plein de choses chouettes pour vos enfants, des câlins, des bisous, des moments de joie partagés ou même simplement assurer leurs besoins vitaux pour les plus jeunes de vos enfants.

Et hop ! Vous avez dérapé à cause de votre fatigue, votre stress ou que sais-je.
Votre enfant a renversé son verre et cela a déclenché chez vous une tempête émotionnelle incontrôlable.

Alors c’est parti pour l’auto-condamnation. Cela revient au point numéro 6 sur la culpabilité mais cela va encore plus loin.
Vous vous dépréciez sur tout votre rôle de maman jusqu’à oublier tout ce que vous avez fait de bien comme cité plus haut.

Vous vous jugez sévèrement (j’ai aussi cette tendance) et vous ne retenez que cet événement négatif au lieu de vous focaliser sur le positif.

Alors à partir de maintenant félicitons nous !:-)

Bien sûr cela n’empêche pas de prendre le recul nécessaire (mais objectif !) face à nos erreurs et de toujours réparer auprès de son enfant pour le restaurer dans son intégrité émotionnelle.

10) Et si vous adoptiez « la gratitude attitude » :

La gratitude c’est tout simplement la reconnaissance d’un bienfait reçu.

Comment ça fonctionne concrètement ?

Je vous invite à repérer tout ces petits moments du quotidien qui vous apportent un sentiment de bien-être et de réconfort.

Ce peut-être un moment de partage avec votre enfant mais pas seulement.
Avec votre compagnon, des amis ou avec…vous-même ! Par exemple, quand vous lisez un bon livre, prenez une bonne douche, ou lorsque vous sentez les rayons du soleil vous réchauffer en plein hiver…

Je parle de plaisirs simples, du quotidien.

A ce moment là, il ne s’agit pas seulement d’être reconnaissante pour ce que vous vivez en disant « merci » mais réellement de ressentir une émotion de gratitude.
Cela a un effet très puissant car lorsque l’on ressent une telle émotion positive, toute émotion négative est instantanément chassée…

Et de plus cela aide à avoir un état d’esprit positif en se focalisant davantage sur les bons moments.

Alors à vous de jouer ! Plusieurs fois dans la journée, n’hésitez pas à ressentir de la gratitude !

11) Et si vous pensiez à vous faire du bien :

Alors c’est parti, à vos agendas !

Vous avez une vie digne de celle du premier ministre avec votre vie de maman, femme, copine, épouse…etc…

Votre to-do list s’étire à l’infini…

Et bien je vous invite à supprimer ce qui n’est pas essentiel et à ajouter ce qui l’est vraiment : tadaaam …

…Prendre du temps pour vous !

Pas pour aller acheter des chaussures à votre fils qui a pris 2 pointures en un mois mais pour vous faire du bien.

Cela peut-être un rendez-vous hebdomadaire comme pratiquer du yoga, se faire une virée entre copines, aller nager ( ça fait un bien fou ! ), bref selon vos envies du moment et vos centres d’intérêt.

Cela est non négociable…et oui nous les mamans on est forte pour se trouver des excuses en invoquant le manque de temps dès qu’il s’agit de prendre soin de nous et de faire des choses pour un meilleur équilibre personnel.

12) Et si vous appreniez chaque matin à écouter votre besoin du jour :

Vous vous réveillez, vous vous recentrez sur vous-même. Vous prenez 5 minutes et vous vous posez cette question : quel est mon besoin du jour ?

Par exemple : suis-je fatiguée ? Alors ce soir vous vous couchez tôt.
Vous avez un besoin de relations sociales ? Vous rendez visite à une amie (si possible une personne qui ne va pas vous plomber par sa négativité ) ou si vous manquez de temps, appelez-là !

13) Et si vous décidiez de vous apporter de la reconnaissance :

La vie de maman, c’est ingrat parfois.

On est tout à la fois, puéricultrice, psy, infirmière, cuisinière, femme de ménage, chauffeur de taxi et idéalement moine zen…;-) et cela de jour comme de nuit…

Être maman et a fortiori femme au foyer est peu reconnue socialement.

Cela peut générer de la frustration chez vous, pour peu que vous n’ayez pas une grande confiance en vous avec un besoin de reconnaissance important.

J’ai une bonne nouvelle : vous ne dépendez pas des autres.

L’idée est de ne pas avoir d’attente de leur part et de vous donner vous-même cette reconnaissance.

Comment ? Complimentez-vous ! Faites comme-ci vous parliez à votre meilleure amie !

14 ) Et si vous preniez l’engagement de ne plus procrastiner :

Quelle plaie cette manie de toujours reporter au lendemain !

Personnellement j’en suis la spécialiste !

Vous savez toutes ces petites choses qu’on laisse traîner comme cet appel téléphonique important, les démarches administratives…

Oui, je sais, appeler votre centre des impôts c’est pas très glamour, surtout quand vous savez par avance que la personne au bout du fil va être complètement blasée!

Et pourtant…ça encombre inutilement votre esprit.

Alors voilà le plan : chaque soir pendant une semaine, vous décidez ce que vous allez faire demain parmi les choses que vous avez laissé traîner.
Le fameux appel aux impôts, payer cette fichue facture, et dans la mesure du possible vous commencez votre journée par ça.

Cela impliquera peut-être de se réveiller un peu plus tôt mais si vous avez suivi la résolution numéro 8 : dormir plus tôt, cela devrait être plus facile;-)

15) Et si vous vous entraîniez à vous connecter au moment présent :

Imaginez.

C’est le soir. Les enfants dorment profondément. Vous vous détendez tranquillement avec votre conjoint.

Ou vous partagez un moment complice avec votre enfant autour d’un jeu par exemple.

Ou encore vous vous offrez un déjeuner avec votre super copine trop rigolote.

Génial tout ça non ?

Mais votre mental s’en mêle et vous ne profitez pas pleinement du moment présent car vous ressassez tout ce qui vous reste à faire (futur) ou vous pensez à ce qui s’est passé hier (passé)…

Pourtant ce qui compte c’est ici et maintenant.

Tout de suite, tout va bien, c’est la seule chose qui compte vraiment.

Anticiper un éventuel problème ou ruminer le passé ne servira qu’à vous gâcher le moment présent avec votre conjoint, votre enfant ou votre copine.

Je sais. C’est plus facile à dire qu’à faire.

Mais une fois que vous savez ça, vous entraînez votre esprit à « switcher » pour se concentrer sur l ‘ici et maintenant.

Je prends un autre exemple. Lorsqu’une vraie tuile vous tombe dessus, enfin a priori s’en est une.
Vous apprenez que vous venez de vous faire licencier par exemple.

Il vous paraîtra difficile dans ce contexte de profiter du moment présent.

Et pourtant ce qui vous inquiète n’est pas ce qui se passe maintenant mais ce que vous projetez qu’il pourrait se passer.

Dans l’exemple du licenciement, ce qui vous inquiète n’est pas la situation qui vient de se produire mais ce que vous pensez que la situation va produire comme résultat. En l’occurrence le manque d’argent, de manque de reconnaissance sociale ou de ne plus retrouver d’emploi.

Il s’agit de la projection que vous faites de la situation.

Apprenons toutes à davantage se connecter au moment présent:-)

Alors par quelle bonne résolution allez-vous commencer ?

La rentrée, comme le 1er janvier, est un temps de réflexion, on prend plusieurs bonnes résolutions.

Mais, tout comme au 1er janvier, souvent au bout de quelques semaines les bonnes résolutions se sont envolées !

Car on n’y met pas l’intention. On n’y croit pas avec sincérité.

Je viens de vous proposer 15 résolutions que vous pourriez adopter.
Je le sais, vous n’allez pas toutes les mettre en place immédiatement.

Restons réalistes sinon c’est le découragement assuré.

Alors voilà ce que je vous propose : je vous invite à choisir une ou deux résolutions que vous intégrerez dans votre quotidien avec l’intention claire de les mettre en place.

Personnellement, je vous suggère d’inclure les points 8 et 11, c’est-a-dire prendre soin de votre sommeil au maximum et dégager du temps pour vous au moins une fois par semaine pour vous faire du bien.
Cela me paraît la base pour être capable d’appliquer les autres résolutions plus sereinement.

Une fois ces premières nouvelles résolutions adoptées et bien ancrées dans votre quotidien, vous pourrez en ajouter une autre que vous ancrerez et ainsi de suite.

Cela demande une remise en question de ses habitudes et ce n’est pas facile,

Pourtant l’idée générale est de ne plus vous poser en victime et de vous dire que vous avez le pouvoir d’améliorer votre quotidien de maman.

Si vous souhaitez vous tourner davantage vers votre bien-être et savoir comment entretenir une relation plus saine et harmonieuse avec vos enfants, je vous invite à parcourir régulièrement mon nouveau blog « le bien-être des mamans »

Laisser un commentaire via Facebook

6 Comments

  • Hyper contente de trouver un article qui rejoigne les valeurs que je défends sur mon blog également (www.ParentsEnEquilibre.com). En effet, l’écueil de la parentalité bienveillante est parfois que les parents s’oublient en voulant trop bien faire avec leurs enfants. Il me semble indispensable d’être bienveillant envers soi-même pour pouvoir être bienveillant avec ses enfants par la suite. Merci pour cet article qui le rappelle 🙂

  • Merci Valentine de ton retour.
    Effectivement ce que tu soulignes est la base. Pas de bienveillance envers soi-même et la parentalité positive sera beaucoup plus dure à appliquer !

  • Marie

    Reply Reply 28 octobre 2019

    J’ai toujours été douée pour organiser mon programme. Mais depuis que je suis maman et que je travaille en même temps, j’ai du mal à allier certains points. Pourtant, je n’aime pas quand il y a un recoin de la maison qui n’est pas bien rangée. Surtout au niveau de la cuisine, j’aime que tout soit propre et bien rangé. J’ai survolé vos conseils, je vais essayer de voir ce qui peut se faire.

  • Bonjour Marie,

    je vous invite effectivement à parcourir de nouveau les résolutions que je présente et à choisir celles qui vous feront sortir de votre zone de confort.
    Par exemple la résolution numéro 5 évoque le lâcher-prise…
    Je ne vous connais pas, peut-être je me trompe, mais vos propos me laissent penser que vous êtes beaucoup dans le contrôle avec une volonté que tout soit (presque) parfait, notamment concernant la tenue de votre foyer.
    Or avec l’arrivée de votre ou vos enfants vous avez moins de temps mais vous voulez que tout soit comme avant. Cela engendre sûrement de la frustration chez vous.
    Je vous invite donc à travailler sur ce lâcher-prise et d’accepter les imperfections.

    Je vous suggère aussi la résolution numéro 7 :apprenez à déléguer.
    Les autres peuvent aussi accomplir certaines tâches ménagères par exemple, pour que vous ayez, vous, du temps pour autre chose.

    Enfin j’ajouterai que dans votre message transparaît le fait que vous soyez une personne organisée.
    Faites-en une force pour créer en famille des plannings qui conviennent à tous, mais aussi en mettant en place des routines pour (et avec selon leurs âges) vos enfants : routines matinales, du coucher, du bain..pour que tout se passe dans la fluidité.

    N’hésitez pas à venir faire un tour de temps en temps sur mon blog le bienetredesmamans.com pour trouver des suggestions visant, comme son intitulé l’indique, à votre bien-être.

  • Maëliss Doula

    Reply Reply 31 octobre 2019

    Merci pour l’article.

    Encore une fois un rappel important. Pour être un parent épanoui et bienveillant, il est essentiel de prendre soin de soin pour ensuite pouvoir prendre soin des autres.

    Et puis, aussi pas mal de chose qui rappel la vigilance à avoir si nous avons tendance à être perfectionniste, à voir les détails qui ne sont pas parfait… pour ne pas verser dans le burn-out parental.

  • Bonjour Maelïss

    Merci pour votre retour, effectivement prendre soin de soi est le préalable indispensable pour mettre en place une éducation bienveillante et respectueuse.
    Plus généralement en prenant soi on a des relations plus épanouies avec tout son entourage.

Leave A Response

* Denotes Required Field