[Vidéo] Astuce de Parents – Utilisez votre deuxième chance

Plus qu’une « astuce », la vidéo du jour est un message que nous souhaitions vous transmettre… ou même plutôt deux messages !

 

DE-CUL-PA-BI-LI-SEZ !

Comme le dit Isabelle Filliozat, il n’y a pas de « parent parfait ». Nous sommes le reflet de l’éducation que nous avons reçue de nos parents… et des blessures qu’elle peut avoir causées en nous. Arriver à changer ces modèles, si profondément encrés, n’est pas chose facile.

Se « déprogrammer », remettre en question une partie de soi en utilisant de nouveaux outils de communication « bienveillante » et en cherchant à tout faire pour éduquer ses enfants de façon respectueuse… c’est loin d’être évident !

D’autant plus que les résultats sont rarement immédiats. C’est un travail de longue haleine qui demande du temps et de la persévérance.

Il est NORMAL de « craquer » de temps en temps (ça nous arrive encore presque tous les jours) ! C’est juste humain. Mais ce serait vraiment dommage (pour vos enfants comme pour vous) que cela remettre en cause toute la démarche « positive » que vous avez entreprise pour le bien-être de nos enfants !

Alors Déculpabilisez ! D’ailleurs voici une bonne manière de vous aider à le faire :

 

UTILISEZ VOTRE DEUXIÈME CHANCE !

  • Vous vous êtes énervé(e) alors que vous auriez sûrement pu être un peu plus patient(e), un peu plus tolérant(e) ?
  • Vous avez crié… alors que vous leur demandez toute la journée de ne pas le faire ?
  • Vous étiez tellement en colère que vous avez dit des mots que vous regrettez d’avoir dit ?
  • Votre main est partie toute seule… et vous regrettez votre geste ?
  • Vous n’aviez pas le temps de vous occuper de votre enfant alors qu’il en avait bien besoin ?

Dans tous ces cas, vous avez deux choix : « culpabiliser et ne rien faire » ou retournez voir votre enfant, au moment que vous trouverez le plus opportun, pour réparer cette action qui vous fait culpabiliser.

Souvent, quelques mots (et un petit câlin) suffisent : « je n’aurais pas du faire cela/dire cela, je me suis emporté et j’en suis désolé »… à vous de trouver les vôtres.

Cette démarche vous permettra non seulement de faire la paix avec vous-même, mais aura aussi le double avantage de re-remplir le « réservoir affectif » de votre enfant et de lui apporter un message capital :

  1. Maman et Papa ne sont pas parfaits (on n’a pas besoin d’être parfait pour être aimé)
  2. Maman et Papa font des erreurs (on a le droit de faire des erreurs)
  3. Il est possible de réparer ses erreurs (même celle que l’on fait dans nos rapports humains)
  4. Il n’y a rien de dégradant à s’excuser, à demander pardon lorsqu’on se sent coupable.

Alors à partir de maintenant, déculpabilisez et utilisez votre deuxième chance le plus souvent possible !

 

Si ces messages vous parlent, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous parler de votre propre expérience ! Nous serions ravis de savoir comment vous les appliquez chez vous.

Laisser un commentaire via Facebook

22 Comments

  • Stéphanie

    Reply Reply 12 juillet 2012

    Je trouve super que vous parliez de ce point qui est justement ce qui n’est pas assez évoqué, en tout cas sur la toile en général, lorsque l’on parle d’éducation non violente. Quand j’ai commencé à m’intéresser à la CNV, les sites (ou forum) sur lesquels je tombais étaient au contraire totalement culpabilisants et m’ont malheureusement très vite donner envie de ne pas me tourner vers cette façon de penser. Déculpabiliser est en effet le chose principale a apprendre à faire, ensuite, accepter l’idée que reconnaitre ses faiblesses ouvertement face à l’enfant est une force dans la relation.
    Je me suis permise de partager cet article avec une copine car l’article tombe à pile pour elle…
    A bientôt

    • Camille et Olivier

      Reply Reply 12 juillet 2012

      C’est primordial en effet Stéphanie.
      N’hésitez pas à partager tant que vous voudrez 😉

  • gwen

    Reply Reply 12 juillet 2012

    merci pour cet article très … déculpabilisant !

    • Camille et Olivier

      Reply Reply 12 juillet 2012

      Avec plaisir Gwen !

  • Juste…bien dit !

    Je l’ai découvert en faisant ma formation de coaching parental..et je l’applique : quel soulagement pour tout le monde.

    A faire et à apprécier !

    Karine
    http://reussir-en-famille.com/

  • De plus quel beau message et comportement à transmettre à nos enfants… qu’ils reproduiront :
    – auprès de leur camarades
    – auprès de leurs propres enfants !

    bye bye !
    Karine

    • Camille et Olivier

      Reply Reply 13 juillet 2012

      – auprès de leur futur conjoint
      – auprès de leurs collègues de travail
      – etc…
      En effet, un message essentiel !

      Et au passage : génial ta dernière vidéo Karine 😉 !!

  • J’ai un gros soucis en ce moment… je cris beaucoup et parfois sans raison apparent sauf… la fatigue !
    La solution ? Etre moins fatigué… je me suis donc remis au café (ça aide quand même), mais le must… se couche rplus tôt !
    Pour cela, en faire moins le soir : paperasse, corvées et autres bloguinisation, voire jeux ou DVD.
    Hors, pas possible de couper court à tout, j’ai déjà virer tous les jeux FB et autre, j’ai diminué les blogs le soir et cela se rescend malheureusement, mais le final, les corvées, ça pas possible.

    Question culpabilistation, oui, ça je connais, surtout le debriefing mental « et si j’avais fait cela au lieu de m’énerver… demain je ferais mieux » et le lendemain… patatra, cela recommence.

    Bon, je fais des efforts c’est déjà cela, mais, sigh, si seulement les enfants en faisaient aussi, on serait moins sur les nerfs ! lol

  • Camille et Olivier

    Reply Reply 17 juillet 2012

    Le café permet d’être moins fatigué… mais il excite et ne favorise pas le sommeil. L’idéal en effet c’est de se coucher plus tôt… mais quand on en a 3 à coucher avant de pouvoir prendre un tout petit peu de temps pour soit, ça ‘aide pas ! 😉

  • angel

    Reply Reply 15 août 2012

    wouaaaa Déculpabiliser !!!! je vais devoir faire un gros travail sur moi même !!!!! je pense effectivement que vous avez raison et que je suis trop compliqué pffff je culpabilise même lorsqu’ils ont le nez qui coule (ça trop je sais )
    merci je vais essayer de faire de mon mieux !!!!

  • Camille et Olivier

    Reply Reply 20 août 2012

    Bon courage Angel ! et revenez nous voir souvent… de nouvelles astuces vidéos sont en préparation !

  • Gwen

    Reply Reply 6 janvier 2013

    Merci pour votre vidéo, certaines vérités font du bien à entendre !
    Je découvre votre site et me réjouis de lire encore davantage d’articles !

  • Camille et Olivier

    Reply Reply 14 janvier 2013

    Hello Gwendoline,
    Nous sommes ravis si nos articles vous intéressent !
    Pour info, de nouvelles astuces vidéo sont en préparation… elles arriveront très bientôt !

  • LiseuseAupair

    Reply Reply 6 mars 2013

    VIDEO : très bonne qualité. Bravo.
    CONTENU : un peu vague, manque de d’exemple concret, précis, percutants

    NB MESSAGES RETENUS : 1

    CE QUE J’AI RETENU :
    L’enfant est en mesure de comprendre, à condition que l’on s’explique… et parfois qu’on lui demande pardon de ce que les parents ne sont pas des surhommes et qu’ils peuvent se tromper, s’énerver (comme lui !).

    Demander pardon c’est une chose qui n’est aisée en temps normal (c’est-à-dire lorsqu’il s’agit demander pardon à quelqu’un de notre âge, à un adulte, à un proche, à un ami…) parce qu’on se sent ridicule, parce que l’on peut avoir peur que l’autre en profite pour abuser, pour renchérir, etc. etc.

    Demander pardon à son enfant, ça semble simple…

    MES DOUTES :
    Dîtes-moi si je me trompe, mais j’ai l’impression que demander pardon à un enfant c’est tout à fait faisable en effet… mais impossible lorsqu’il s’agit de son propre enfant.
    Demander pardon à son enfant, ce me semble être quelque chose d’un peu « formel ».
    Pour un enfant, son père ou sa mère, c’est tout.
    Autrement dit, même si vous l’aviez battu, il vous aurait probablement déjà pardonné avant même l’excuse que vous lui présenteriez…
    Et pour cause ! Pour l’enfant, son père ou sa mère : c’est tout.

    Etre parent aujourd’hui, c’est très très difficile je suppose.
    C’est même mission impossible !!! La pression ambiante est terrible. Il faut pouvoir assurer sur tous les fronts à la fois, au travail, à la maison, dans sa vie de couple etc etc.

    MA QUESTION :
    Est-ce que demander pardon à son enfant pour s’être emporté ou pour l’avoir injustement puni… ça n’est pas justement se décharger trop tôt de ses responsabilités de parents ?

    J’ai l’impression que l’on a tort de s’empresser de lever le voile… sur ce que sont ses véritables parents (maladroits, hésitants, complexés, culpabilisés) quand il vous prend pour des héros qui lui inspire enthousiasme, confiance dans la vie et des tas d’aventures extraordinaires au coin du jardin.

    • Camille et Olivier

      Reply Reply 26 août 2013

      Pourqyuoi serait-il plus difficile de s’excuser auprès de son propre enfant plutôt qu’auprès d’autre enfant ??
      Et puis nous ne souhaitons absolument pas que nos enfants nous prennent pour des « super héros » : nous n’en sommes pas ! En faisant cela, nous risquerions au contraire de leur imposer un modèle de « perfection » … inatteignable !
      En tant que parent, nous pensons au contraire qu’il est de notre devoir de leur montrer que nous ne sommes pas parfaits, que nous pouvons nous tromper… et qu’eux aussi !

  • Manaé

    Reply Reply 20 avril 2013

    Bonjour, Je suis maman de 2 enfants (3 ans et 14 mois) et j’ai suivi un ADP dernièrement, et je trouve que faire cette démarche est une remise en question sur nous même et sur ce que l’on veut apporter à nos enfants. Et en effet, ce n’est pas de tout repos, nos méninges fument!!!c’est un travail de longue haleine, c’est l’apprentissage d’une « nouvelle langue ». Et parfois il arrive que nous n’ayons pas les bonnes astuces au bon moment. Donc merci pour ces messages qui nous réconfortent et qui nous donne envie de continuer dans cette voie, celle d’élever nos enfants dans la bienveillance et le respect de ce qu’ils vivent et ressentent, de leur donner des bagages suffisamment remplis d’amour, de compréhension, d’autonomie pour contribuer à leur bien être. Encore merci pour ce super blog, félicitations!

  • Naathaalie

    Reply Reply 25 août 2013

    Bonjour,

    J’ai ce souvenir d’une copine qui s’était pris une claque par son père, à l’adolescence. C’était, je crois, la première claque. Et aussi la dernière : son père est venu s’excuser dans la chambre de ma copine, quelques instants après la claque.

    J’ai trouvé ça formidable de s’excuser de la part d’un parent. J’ai appris grâce à ce père que c’était possible. Ca m’a appris à faire cette démarche auprès d’autrui. Je n’ai pas encore d’enfant mais je sais que je m’excuserai si je dis ou fais quelque chose de contraire au bien-être de l’enfant. Nos actes ou paroles peuvent parfois dépasser nos intentions bienveillantes de départ. Et il est très important de pouvoir dire à l’enfant qu’on a eu tort. Etre parent ne signifie pas détenir la vérité. Ca demande aussi de pouvoir gérer le sentiment de culpabilité et se dire qu’on a effectivement le droit à une seconde chance. Ca évite aussi de recommencer sur le même mode de fonctionnement : dans le cas de ma copine, l’excuse de son père a, selon moi, permis d’éviter qu’il recommence.

    Je pense que la fessée est un très bon exemple pour illustrer la seconde chance : si les parents s’accordaient une « pause » réflexion sur la ou les premières fessées ou claques sur les mains qu’ils donnent, ils pourraient reprendre cela avec leur enfant. Cela éviterait à bien des parents d’entrer dans un cycle infernal de sanction physique.

  • Anne

    Reply Reply 27 novembre 2015

    Bonjour Camille et Olivier,
    Merci pour votre blog ! Cela fait tellement de bien dans les moments difficile … Ma fille de 6 ans et très difficile à accompagner car elle dépasse tous les cadres … elle veut tout, et pour elle toute seule. Elle négocie chaque chose et à chaque seconde ! Elle n’est jamais contente. Pleure 15 fois dans la journée parce qu’elle demande systématiquement des choses qu’elle sait très bien que l’on va lui refuser ! Elle a besoin d’une attention continuelle. Elle cherche toujours à me dominer, à m’absorber (ce terme est fort mais c’est vraiment cela : elle me « mange » littéralement de bisous…ce qu’elle ne fait pas avec son père .. là c’est vraiment avec moi uniquement). Elle est jalouse qui plus est de son petit frère de 3 ans (qui lui est très souple donc pas trop d’énervements après lui… ce qui n’arrange pas sa jalousie d’ailleurs).
    La plupart du temps, j’arrive tant bien que mal à trouver un équilibre avec tous ces principes d’éducation bienveillante que vous développez et que je partage à fond, et mes pulsions primaires d’être humain qui cherche à combler ses manques profonds …. Mais là, je dois dire que la période est dure. Je perds souvent le contrôle de mes émotions et là, c’est l’ouragan !
    Vaste programme que d’analyser son propre fonctionnement pour progresser dans l’accompagnement que l’on propose à nos enfants … mais je suis frustrée, voire malheureuse pour être honnête, de faire les montagnes russes si souvent entre tendresse, écoute et bienveillance et tout à coup dragon en furie avec option violence verbale et physique (genre fessées en ribambelles qu’on ne pense plus pouvoir arrêter … perte de contrôle totale et regrets absolus derrière bien sûr…sentiment d’être un parent maltraitant !) et surtout, j’ai peur que mes moments d’égarement créent des traumatismes irrémédiables chez eux (Je dirais que ces moments représentent peut-être environ 20 % du temps passé en famille…ce qui est beaucoup quand même je trouve !).
    J’ai du mal à déculpabiliser …. car je voudrais être sûre de ne pas faire du mal à mes enfants en perdant le contrôle si souvent … Qu’en pensez-vous ?
    Je vais en tout cas me concentrer sur tous vos conseils pour essayer de dépasser cette étape difficile … Merci du fond du cœur car je me sens déjà aidée et soutenue à la lecture de ce blog. Je me sens un peu plus légère.
    Bonne continuation à vous et longue vie à votre blog.

Leave A Response

* Denotes Required Field