Dispute entre enfants, comment bien gérer ?

Cette semaine, nous avons le plaisir d’accueillir Charlotte du blog « Cool parents make happy kids  » qui vous propose de découvrir une super astuce pour gérer les disputes entre enfants !

 

dispute-entre-enfants

Il est courant que nos enfants se battent avec leurs amis ou leurs frères et sœurs, pour la place de milieu, pour celui qui aura le jouet tant convoité, pour avoir le fameux verre rose, etc… Comment réagir pour éviter que ces disputes ne se répètent trop fréquemment ? Je vous propose d’en parler !

Nous étions chez des amis, le moment du repas des enfants arrivent, notre fille s’installe sur la belle chaise haute en bois, celle de sa copine. « Non Joy, tu t’assois pas sur ma chaise ! » Joy ne veut pas descendre…

Notre premier instinct… ordonner à notre fille de laisser la chaise : “Joy on est chez Juliette, c’est sa chaise, tu descends ».

Mais la mère de Juliette, très polie : « Juliette, sois sympa, tu prêtes ta chaise à Joy ».

Mais intervenir de cette façon dans les conflits de nos enfants les aident-il à apprendre à résoudre seuls leurs différends ?

Pire, on risque d’imposer une solution qui ne convient à personne (“Bon si c’est ça, personne n’aura la chaise !”). Ou en arbitrant “C’est une telle qui prend la chaise”, l’autre trouvera forcément cela injuste, à raison d’ailleurs : pourquoi prendre le parti de l’une et non de l’autre ? Peu importe d’ailleurs que la décision soit juste ou pas, ce qui compte c’est ce que les enfants vont ressentir. Et dans un pareil cas, vous pouvez être sûrs que l’une des deux filles trouvera cela INJUSTE !

Ainsi, l’enfant se sentant lésé, va indirectement penser que l’adulte “préfère l’autre”, et va même en vouloir à son ami, d’avoir ainsi accepté cette injustice. Cette sorte de rancœur que l’on a ainsi créé, risque de se transformer en une nouvelle bataille, quelques heures plus tard, quand il s’agira de choisir la couleur de son assiette à dessert. Celui qui s’est senti lésé essayera de ré-équilibrer la situation, en se battant pour autre chose… Et on rentre alors dans le cercle vicieux des disputes !

Mon conseil pour éviter le drame … leur faire confiance et les inviter à résoudre à deux leur conflit :

« Les filles, je suis sûre qu’en discutant ensemble, vous allez trouver une solution qui vous convienne à toutes les deux ».

En posant un regard positif sur elle, en leur montrant que l’on a confiance en leur capacité à trouver une solution, elles ont envie d’être à la hauteur de l’image que je leur reflète, et vont donc être motivées pour essayer de trouver une solution.

Juliette : « Toi tu as déjà eu la chaise pour le goûter, c’est mon tour de l’avoir »
Joy : « Oui, mais toi tu peux tous les jours l’avoir car tu habites ici, tu pourrais me la laisser »
Juliette : « Maman, faut que tu nous aides là car on ne trouve pas de solution ! ». Bah oui, il ne faut pas croire non plus qu’une simple phrase est “magique” et réussit à tous les coups 😉

J’émets alors des idées : « Je ne sais pas… Par exemple l’une prend la chaise et l’autre prend la tresse de la Reine des Neiges » (second haut sujet de convoitise des deux filles ! )

Joy : « Moi j’ai la chaise, et toi tu as la tresse. »
Juliette : « Non, je préfère la chaise. »

Je propose une autre idée (vous remarquerez que je suggère sans imposer) : « Sinon l’une a la chaise pour le repas, et l’autre pour le dessert »

Juliette : « Moi pour le repas ! »
Joy : « Moi pour le dessert ! »
Moi : « Et qui prend la tresse ?”
Juliette : « Joy, tu peux avoir la tresse »

Je vous promets que Juliette a vraiment dit cela ! Là où dans une situation où imposant ma solution, l’une se serai sentie lésée et aurait en quelque sorte voulu se “venger” en récupérant autre chose, c’est l’inverse qui se produit : elle est tellement contente que sa copine ait accepté une solution (qu’elle doit trouver avantageuse pour elle) qu’elle veut même lui faire plaisir !

Problème réglé ! Grâce à quoi ? A la motivation de ces deux filles pour trouver une solution.

Comment a-t-on favorisé ce comportement ? En posant un regard positif sur nos enfants. Aucun parent n’a commencé à dire à l’une « Tu pourrais lui laisser… ». Car cela aurait été lui renvoyer une image de négative d’elle (celle de la petite fille qui n’a pas la bonne attitude), elle se serait sentie critiquée, ce qui n’aurait fait que renforcer sa position, et l’aurait mise dans de mauvaises dispositions pour trouver un compromis, si nous leurs avions ensuite suggéré de trouver elles-mêmes
la solution. Là, dès le départ, et malgré leur conflit, nous leur avons reflété une bonne image d’elle-même : « Je suis certaine que vous allez trouver une solution qui vous convienne à toutes les deux »

A force, ils auront encore davantage confiance en leur capacité de trouver une solution, ce qui deviendra un réflexe, sans même avoir à faire appel aux parents !

Si nous sommes nous-mêmes persuadés que nos enfants sont capables de bien faire, ils le seront !

Retrouvez Charlotte sur son blog « Cool parents make happy kids  » et dans son livre éponyme !

 

dispute-entre-enfants

 

Laisser un commentaire via Facebook

3 Comments

  • Bahia

    Reply Reply 20 avril 2017

    J’ai deux enfants et c’est vrai que c’est très difficile de ne pas intervenir, surtout quand l’un des enfants « joue » souvent le rôle de bourreau et l’autre celui de victime. On a tendance à vouloir rééquilibrer les forces. Or, cela ne leur rend pas service. J’ai appris à ne plus intervenir pour que la victime apprenne à se défendre. Cela me demande beaucoup d’efforts mais c’est souvent récompensé car lorsqu’on ne prend plus partie (comme tu le dis si bien, dès qu’on essaie d’arbitrer, il y a forcément des injustices), les enfants voient moins l’intérêt de se disputer. Ils arrivent souvent à trouver des solutions tous seuls !

  • Coralie

    Reply Reply 31 mai 2017

    Ah, des histoires comme ça, j’en ai aussi pas mal dans ma besace !!
    A titre d’exemples :
    http://les6doigtsdelamain.com/nos-enfants-peuvent-trouver-leur-propre-solution/
    http://les6doigtsdelamain.com/une-solution-qui-naurait-pas-ete-la-mienne/

    La clef en effet : faire confiance à ses enfants, pour les aider à trouver leur solution !

  • amandine

    Reply Reply 27 juin 2017

    bonsoir, parents de 2 enfants, 9 et 4 ans , on a opté dès le début pour ce principe. Ce qui est difficile c’est que la grande a plus de maturité et la petite propose régulièrement des solutions impossibles ou pense a sa pomme avant tout. la grande essaye d’être raisonnable en face d’un individu de tout juste 4 ans ! Les nerfs lâchent et pourtant je leur ai souvent dis : « si vous avez besoin vous demandez ! »
    difficile de grandir …

Leave A Response

* Denotes Required Field