Les 10 attitudes des parents exceptionnels

Cette semaine Magali, créatrice du blog www.parents-du-21-eme-siecle.fr, vous propose de partager sa lecture d’un article du « Isabelle Filliozat Australien » : Michael Grose et de découvrir les 10 attitudes des « parents exceptionnels » !

Michael Grose - parents exceptionnelsIl y a quelques jours, j’ai reçu un article de Michael Grose dont le titre m’a intriguée : « What makes great parents great ? ». Soit, dit en français : Qu’est-ce qui rend des parents « exceptionnels » ?

Il n’en fallait pas plus pour éveiller ma curiosité : des parents exceptionnels, qu’est-ce que ça peut bien être ?

Mais avant d’aller plus loin, qui est Michael Grose, me direz-vous ?

C’est depuis plus de 20 ans LE pionnier de la parentalité bienveillante en Australie : auteur n°1 au rayon parentalité, conférencier, formateur, chroniqueur radio et télé…

Bref, pour faire court, c’est le Isabelle Filliozat australien 😉

Comme souvent, j’ai été bluffée par la clarté et la vision de cet auteur. Il restitue brillamment dans cet article l’essence de la parentalité bienveillante en 10 points.

Ce qui m’a immédiatement donné envie de le partager avec vous !

Alors, si je vous dis « parents exceptionnels », quelles images vous viennent à l’esprit ?

Ma 1ère image a été celle de parents qui, face à l’adversité, ne baissent pas les bras et se battent pour leurs enfants. Maladie, guerre, pauvreté… quelque soient les circonstances, ces parents-courage font passer avant tout l’intérêt de leurs enfants.

Mais Michael Grose en est convaincu : pas besoin de circonstances dramatiques, pour trouver des parents exceptionnels au quotidien ! Et voilà les 10 attitudes qui les distinguent.

 

Attitude n°1 : Les parents exceptionnels autorisent leurs enfants à être eux-mêmes !

Tous les parents ont naturellement des rêves pour leurs enfants « Tu seras ingénieur, mon fils », « Tu seras une championne de tennis, ma fille ».

Ce que les parents exceptionnels réussissent à faire, c’est à accepter leurs enfants tels qu’ils sont, sans les juger selon le prisme de leurs propres aspirations. Ils autorisent leurs enfants à suivre leur propre chemin, même si ce n’est pas celui dont ils rêvaient pour eux.

Et comme diraient les commentateurs de football, ça demande une bonne dose d’abnégation !

C’est donc accepter que son fils que l’on rêvait de voir devenir ingénieur se découvre un talent pour la coiffure et choisisse de s’y épanouir.

Ou que sa fille utilise son habileté à lire les trajectoires pour devenir pilote de chasse !

 

Attitude n°2 : Ils font évoluer leurs méthodes d’éducation à mesure que leurs enfants grandissent

Idées - parents exceptionnelsImaginez la scène : votre enfant est entré de plein pied dans la crise d’opposition de ses 2 ans.

Alors vous vous êtes creusé la tête pour trouver et appliquer avec succès ces astuces formidables d’éducation bienveillante. Comme d’offrir des choix limités : « Tu veux mettre d’abord tes bottes ou ton manteau ? ».

Et puis d’un coup, ça ne marche plus 🙁 Votre enfant dit non aux bottes et non au manteau !

Que faire ?

Ce que font les parents exceptionnels, c’est qu’ils ont le courage de faire évoluer leur approche et leurs outils au fur et à mesure que leurs enfants grandissent.

Et du courage, il en faut, car nos enfants évoluent vite !

J’ai le souvenir qu’entre les 18 mois et les 3 ans de ma fille, il nous a fallu changer nos méthodes environ tous les 6 mois : nous avions trouvé une relation agréable, joyeuse, où ses besoins étaient satisfaits et les nôtres aussi.

Et puis patatras, d’un coup, tout se détraquait et il nous fallait nous replonger dans les bouquins – dont notre livre de chevet « J’ai tout essayé » d’Isabelle Filliozat – tester, tâtonner jusqu’à retrouver un nouvel équilibre.

Aujourd’hui, ça s’est un peu espacé, mais ces grands épisodes de remise en cause continuent à se présenter régulièrement.

 

Attitude n°3 : Ils créent un esprit d’équipe au sein de la famille

Les parents exceptionnels savent susciter chez leurs enfants un sentiment d’appartenance. Chez eux, on trouve plus qu’une somme d’individus qui se côtoient au quotidien.

Bien sûr, leurs enfants se disputent, se bagarrent, affirment leur individualité. Mais ils ont aussi le sentiment de faire partie d’une équipe, d’un clan, bref d’une famille où on sait se serrer les coudes, surtout quand ça va mal.

 

Attitude n°4 : Ils savent encourager la personnalité de chaque enfant

S’ils savent cultiver un esprit d’équipe au sein de leur famille, les parents exceptionnels savent aussi répondre aux besoins de chacun de leurs enfants.

Comment font-ils ? Ils sont tout simplement à l’écoute de ce qui se passe dans la vie de leurs enfants – sans être intrusifs – et sont là pour les soutenir en cas de besoin.

 

Attitude n°5 : Ils aiment leurs enfants, mais n’attendent pas d’être appréciés en retour

parents exceptionnelsTous les parents aiment leurs enfants.

Mais une chose distingue les parents exceptionnels : ils ne s’attendent pas à toujours être appréciés en retour.

Ils savent que parfois – régulièrement même ! – ils devront faire face aux émotions fortes de leurs enfants et de leurs ados :

Colère, rejet en mode « Papa, t’es vraiment trop nul » « Maman, tu comprends rien »…

Mais ils ne s’en offusquent pas. Ils savent et acceptent que traverser ces épisodes fait partie de leur rôle de parents.

 

Attitude n°6 : Ils ont des discussions difficiles avec leurs enfants

Vous voyez toutes ces discussions qu’il serait plus confortable d’éluder en planquant le problème sous le tapis : décès d’un proche, alcool et drogues, sexualité, trio amitié-trahison-pardon… Bref, toutes ces discussions qui vous donnent envie de partir en courant !

Les parents exceptionnels, eux, prennent leur courage à deux mains – non ce n’est pas plus facile pour eux que pour les autres ! – et ouvrent franchement la discussion avec leurs enfants.

 

Attitude n°7 : Ils apprennent la discipline à leurs enfants

Un des premiers rôles des parents est d’apprendre à leurs enfants à vivre en société : leur apprendre comment se comporter avec les autres, à se respecter soi-même tout en respectant les autres…

Dans cet exercice ingrat et difficile, il peut être tentant de confier la responsabilité à d’autres, par exemple à l’école. Les parents exceptionnels se retroussent les manches pour transmettre ces règles essentielles à leurs enfants.

 

Attitude n°8 : Ils n’ont pas peur de ramer à contre-courant des modes

Tous les parents subissent dans leur rôle d’éducation la même pression du groupe que leurs enfants à l’école !

Par exemple, une idée courante en France est qu’une bonne gifle ou une bonne fessée est nécessaire pour inculquer la discipline à son enfant. Et que d’ailleurs ça n’a jamais fait de mal à personne.

Alors, vous vous sentez pointé du doigt comme le parent laxiste parce que vous transmettez ces mêmes règles de discipline à la maison, mais sans punitions.

Les parents exceptionnels ont le courage – car pour eux aussi c’est très désagréable – de nager à contre-courant et d’accepter d’être pointés du doigt quand ils pensent que ce qu’ils font est juste pour leur enfant.

 

Attitude n°9 : Ils influencent leurs enfants plus qu’ils ne les contrôlent

parents exceptionnels

Scoop : les parents exceptionnels ne sont pas des dictateurs !

Ils reconnaissent que leurs enfants sont dotés d’un cerveau : qu’ils sont capables de réfléchir, d’expérimenter, de tirer des leçons par eux-mêmes…

Et donc ils leur laissent l’autonomie nécessaire pour faire leurs propres expériences !

Ils cherchent à influencer et à persuader leurs enfants plutôt que de tout contrôler.

 

Attitude n°10 : Ils continuent d’apprendre pour devenir de meilleurs parents

Un plombier qui n’aurait dans sa caisse à outils qu’une clé de 12 et un marteau serait singulièrement limité pour répondre à vos besoins.

De la même façon, éduquer ses enfants, qu’il s’agisse de leur transmettre les règles de base de vie en société ou de sujets plus complexes comme de construire la confiance en soi, demande une boîte à outils large et évolutive.

Tout est bon pour apprendre : se remettre en cause après un conflit mal géré avec son enfant, échanger avec d’autres parents, découvrir un nouveau livre, participer à des ateliers de parents, fréquenter son blog de parentalité préféré 🙂

Les parents exceptionnels font l’effort de ne pas rester figés, crispés sur une approche qui a fonctionné un temps mais qui ne marche plus… et évitent de revenir aux vieilles méthodes : cris, punitions…

 

Comment ça se passe chez vous ?

Vous êtes-vous reconnus dans le portrait de ces parents exceptionnels ? Combien d’attitudes avez-vous cochées ?

Plus généralement, que pensez-vous de ces 10 attitudes ? Y a-t-il des attitudes qui vous semblent superflues ? manquantes ?

Partagez votre avis dans les commentaires !

Crédit photo : Imagevector, Carlos Caetano, Konstantin Yuganov

 

 

Laisser un commentaire via Facebook

19 Comments

  • Val

    Reply Reply 29 mars 2016

    Je suis surprise mais aussi ravie de me retrouver dans cette description… Et moins seule.. Non je ne suis pas un extraterrestres… Merci et continuez.

    • Magali

      Reply Reply 30 mars 2016

      Bonjour Val,

      Bravo ! N’hésitez pas à continuer à ramer à contre-courant, vos enfants vous en remercieront plus tard 😉

      Magali.

  • Helene

    Reply Reply 30 mars 2016

    Je me reconnais dans beaucoups d’attitudes decrites ci dessus. Du moins en theorie… apres dans la pratique ca se gate un peu parfois, mais je reste sure de mes choix educatifs et je m’ameliore. Je me considere parfois comme une scientifique, j’essaie quelque chose, je constate le resultat et j’ajuste. Et si ca ne marche pas, c’est que soit ce n’est pas la bonne solution, soit je m’y prend mal, alors on cherche….

    Mais ca demande beaucoup d’energie tout ca, alors parfois j’aimerais beaucoup avoir quelqu’un qui prend le relais quelques heures. Et qulqu’un qui aie les meme vues que moi sur l’education, ce qui n’est pas encore totalement le cas de mon mari.

    Concernant les attitudes, la n9 sur l’influence ne me plait pas tellement. Pour moi l’influence et le controle se rejoignent un peu. Selon moi les parents influencent les enfants de facon certaine sans faire d’efforts, tout simplement parce que les enfants nous copient. A nous d’avoir un comportement « exemplaire » pour que nos enfants le deviennent ! Par contre influencer consciemment son enfant c’est pour moi le manipuler afin qu’il se comporte comme on le voudrait. Bref ce n’est pas tellement respectueux.

    La n7 me perturbe un peu aussi. Tout depend de ce que l’on entend par « discipline ». Doit apprendre a un enfant a ecouter sans « broncher » ou cela a plus a voir avec le respect des autres ? Le respect des autres je suis pour, mais encore une fois les parents respectueux de leurs enfants et de tous les etres vivants montreront le bon exemple a leurs enfants qui se feront une joie de le reproduire (du moins la plupart du temps ;-))

    Je rajouterai une attitude : la remise en question personnelle. Nos enfants nous renvoient a notre propre vecu d’enfant et c’est ce qui fait que certaines situation sont tres difficiles a vivre pour nous. Il y a bien souvent un travail personnel a faire :l’acceptation de son enfant interieur qui a le plus souvent souffert de brimades, punitions, chatiments, moqueries de la part de ses propres parents (ou autre). Toute notre enfance se rejoue le jour ou nous donnons naissance a nos propres enfants.

    Bref etre parents, c’est pas un jeu d’enfants (merci Isabelle Filliozat)

    • Magali

      Reply Reply 31 mars 2016

      Bonjour Hélène,

      Merci pour votre partage d’expérience !

      Effectivement, éduquer ses enfants selon les principes décrits par Michael Grose demande beaucoup d’énergie 🙂 J’ai la chance que ma fille soit scolarisée dans une école qui pratique la même approche éducative qu’à la maison et cela nous rend les choses tellement plus faciles en tant que parents : ce que nous faisons à la maison est prolongé à l’école et inversement. Je rêve que plus de parents bénéficient de ce partenariat avec l’école !

      Pour l’attitude n°9, votre première interprétation est la bonne : il ne s’agit absolument pas de manipuler nos enfants, mais d’affirmer clairement les valeurs et comportements que nous souhaitons leur transmettre. Cela peut se faire en incarnant nous-mêmes ces valeurs et comportements ainsi qu’en expliquant à nos enfants pourquoi c’est important pour nous. C’est dans ce sens que Michael Grose parle d’influence.

      Et pour l’attitude n°7, bien vu également, il s’agit bien de discipline au sens « apprendre à vivre ensemble en respectant les autres et soi-même », donc apprendre des règles de vie ensemble… et surtout pas d’inculquer une obéissance aveugle à l’autorité des adultes 😉

      J’aime beaucoup votre 11ème attitude, la remise en question personnelle ! En acceptant de revisiter notre histoire personnelle pour choisir nos réponses éducatives plutôt que de réagir à un comportement qui nous agace, nous faisons un précieux cadeau à nos enfants !

      Magali.

  • François-Xavier

    Reply Reply 30 mars 2016

    Bonjour Magalie et bravo pour le résumé.

    Les 10 points de cet article me font beaucoup penser au programme 3P (Positive Parenting Program) de Matthew R. Sanders lui aussi Australien.

    Je crois que le plus compliqué pour moi est le point #1 càd de laisser mes enfants être eux-mêmes alors que souvent j’ai envie de les « modeler » à ma façon. Les (bonnes) raisons étant que je souhaite qu’ils ne vivent pas certaines situations que j’ai moi-même vécues (brimades au primaire, hypersensibilité…).

    Heureusement pour les élever nous sommes 2 et (presque) souvent sur la même longueur d’onde. Comme nous discutons beaucoup de la façon de les éduquer et sommes à leur écoute le plus souvent possible : ça se passe de mieux en mieux. Le fait d’avoir fait plusieurs démarches de développement personnel dont les ateliers Lise Bourbeau m’aide beaucoup.

    Merci à Hélène et à Carole pour leur feedback très intéressant.

    • Magali

      Reply Reply 31 mars 2016

      Bonjour François-Xavier,

      Merci pour vos encouragements et pour ce partage de références qui enrichissent l’article 🙂

      Vouloir éviter à nos enfants qu’ils souffrent des mêmes difficultés que nous lorsque nous avions leur âge me paraît parfaitement légitime ! C’est d’autant plus valable lorsque c’est le résultat d’une réflexion sur notre histoire personnelle et que nous choisissons consciemment nos réponses éducatives, plutôt que de réagir en « pilote automatique » aux situations qui nous rappellent douloureusement notre enfance.

      Je suis convaincue qu’il n’y a pas de fatalité à ce que nos enfants souffrent de fléaux tels que le harcèlement à l’école : si notre propre expérience peut être utile à faire bouger à les lignes au bénéfice du bien-être de nos enfants, alors il ne faut pas s’en priver ni en priver nos enfants !

      A bientôt,
      Magali.

  • Caroline

    Reply Reply 1 avril 2016

    Merci pour ces rappels … c’est vrai que cela demande du courage ! Mais cela vaut la peine 🙂

    • Magali

      Reply Reply 3 avril 2016

      Bonjour Caroline,

      Merci pour votre message ! Et continuez avec le même courage 🙂

      A bientôt,
      Magali.

  • Agnès

    Reply Reply 2 avril 2016

    Comme il est difficile de faire face à la violence, verbale et physique, d’un adolescent avec des troubles du comportement !
    A l’intérieur de moi, la ferme conviction que j’ai bien fait de ne pas surenchérir mais aussi le sentiment de défaite de ne pas arriver à me faire entendre dans le calme et la fermeté, l’impuissance à faire face à ce déferlement de colère. Le regret aussi de me faire surprendre à chaque crise parce qu’on ne peut pas se méfier tout le temps de son enfant et qu’on a besoin de relâchement pour prendre du plaisir à vivre ensemble.

  • Magali

    Reply Reply 3 avril 2016

    Bonjour Agnès,

    La situation que vous rencontrez avec votre fils doit demander beaucoup de courage, je souhaite pour vous que vous soyez entourée de personnes bienveillantes – amis, famille, professionnels – qui puissent vous soutenir sur ce chemin.

    Pour vous l’attitude n°1 est certainement une boussole pour rester positif : au-delà de toutes les difficultés que vous rencontrez au quotidien et des rêves pour votre enfant dont vous avez dû faire le deuil, son comportement difficile a pour revers (brillant) de la médaille de merveilleuses qualités et des talents uniques qu’il est essentiel de cultiver.

    A bientôt,
    Magali.

  • Lémuel

    Reply Reply 17 mai 2016

    Je ne suis pas encore papa mais je ne peux m’empêcher de penser au travail que cela demande d’être un bon parent. Mais nous sommes chanceux. Quand on aime on fait avec amour.
    Merci pour cet article.

    • Magali

      Reply Reply 21 mai 2016

      Bonjour Lémuel,

      Merci pour votre message !

      Bien vu, être parent demande toujours de l’engagement et ce quelque soit l’approche éducative que l’on choisit 😉

      L’avantage de chercher à se rapprocher du parent que l’on rêve d’être, c’est qu’en contrepartie de ce travail, cela apporte énormément de satisfactions 😉

      Je vous souhaite une belle aventure quand vous deviendrez parent,
      Magali.

  • Christine

    Reply Reply 19 mai 2016

    Bonjour Magali !
    Ton article est très intéressant. Je suis ravie de découvrir que je me situe plutôt bien en tant que parent 😉 !
    Je rajouterai que l’exemple que l’on donne est capital ! Et que nous ne devons pas attendre de nos enfants ce que nous ne serions pas capables de faire. Il faut avoir un comportement qui montre aussi ce que l’on attend d’eux. Les plus petits gestes et attitudes sont enregistrées sans qu’on y prenne garde. Qui n’a pas un jour acheté machinalement la même lessive que sa mère ? C’est anecdotique mais assez parlant. Mes enfants ont des âges très différents et certains sont déjà de jeunes adultes, souvent je me reconnais dans leurs gestes.

    Je voudrais juste rajouter que si c’est très bien de suivre des programmes de coaching ou les avis des experts,(quand on est perdu c’est un bon repère) je continue de croire que le plus important est peut-être d’écouter son cœur. Il n’y a pas vraiment de « mode d’emploi », car comme tu l’as justement dit dans l’article, ce qui vaut pour l’un, ne vaut pas pour l’autre et de même, ce qui vaut pour aujourd’hui, est à remettre en question dès demain… Une vraie aventure la parentalité 😀 !

    • Magali

      Reply Reply 21 mai 2016

      Bonjour Christine,

      Merci pour ton message !

      Je suis parfaitement d’accord sur le rôle de l’exemple : depuis que je suis maman, je me fais souvent la réflexion que je ne peux transmettre à ma fille que ce que je maîtrise, que ce soit en termes de comportement, de savoir ou de compétences. C’est bien pour cela que s’il y a des super parents, il n’y a pas de parents parfaits 😉

      Magali.

  • Je ne suis pas encore maman, mais je sais déjà que je suis pile dans ces attitudes.

    Je reviens sur ce que disait Christine, il est vrai qu’il faut avant tout écouter son cœur, mais parfois on peut forcément se retrouver perdu à ne pas savoir comment bien faire dans toutes les situations.

    Et pour ne pas perdre de temps sur le moment à réfléchir avant d’agir, c’est tout de même bien utile d’avoir quelques repères.

    Ensuite certes, chacun applique les règles « à sa sauce » comme on dit! 🙂

    • Magali

      Reply Reply 25 mai 2016

      Bonjour Angélique,

      Merci pour votre message !

      Vous pointez très justement un dilemme quotidien du parent : sur quelle base agir, décider pour son enfant ? En écoutant les conseils d’experts ? les remarques de la famille ? des inconnus dans la rue qui ne se privent pas de donner leur avis ? en suivant son coeur ? Probablement un mélange de tout ça ! Avec un équilibre qui varie selon chacun de nous 🙂

      Belle journée,
      Magali.

  • Jo

    Reply Reply 12 juin 2016

    Bonjour,
    Merci pour cet article que j’ai bien apprécié.
    Personnellement dans mon rôle de parent, j’en arrive souvent à la conclusion que lorsque j’aimerais que mon enfant change, c’est à moi-même de changer. On ne peut changer personne d’autre que soi-même ! Je trouve donc qu’un parent exceptionnel inspire son enfant parce qu’il vit ses rêves au service du monde, en accord avec ses valeurs. Il ne cherche pas à changer son enfant puisqu’il a confiance en lui.
    Bien à vous,

    Jo de naissancedouce.fr

    • Magali

      Reply Reply 13 juin 2016

      Merci, Jo ! C’est une bien belle conclusion à laquelle vous arrivez !

      Belle journée,
      Magali.

Leave A Response

* Denotes Required Field