Comment voyager avec bébé en restant un parent bienveillant

On oppose souvent quotidien et vacances. Partir avec un bébé est-il une opportunité ou une difficulté supplémentaire ?

Julien, auteur du premier livre et guide pratique pour voyager avec des tout-petits (0 à 3 ans) et du blog Voyage Baby, partage avec nous aujourd’hui 5 conseils pour une éducation bienveillante en vacances afin que vos vacances soient source d’épanouissement, renforcent les liens entre vous et vos enfants, et vous confortent dans vos capacités de parents bienveillants.

Voyager-avec-bebe

1) Considérer chaque voyage comme une opportunité

Le quotidien des parents est vite synonyme de contraintes, stress, habitudes (parfois mauvaises)… Chaque fois que nous partons quelque part, même pour un week-end seulement, l’opportunité de rompre avec certaines habitudes s’ouvre à nous. Un voyage peut nous permettre de nous détacher plus facilement de nous-mêmes ou de nos vies actuelles.

C’est aussi une occasion privilégiée pour lire et mettre en application des ressources de parentalité bienveillante. Une dose d’organisation pratique et de préparation est également indispensable pour se libérer l’esprit et être ensuite plus disponible dans sa tête. Un exemple simple est d’utiliser la checklist des affaires de bébé en voyage téléchargeable ici gratuitement.

Chaque voyage est une opportunité pour expérimenter de nouvelles choses et s’essayer à être un meilleur parent. Un exemple classique : un père qui rentre tard le soir du travail apprendra plus facilement à changer son enfant, lui donner le bain ou le biberon et à jouer avec lui…

Loin des mille et une sollicitation de notre lieu de domicile et surtout de notre “travail”, un mot qui vient, rappelons-le, du latin tripalium : « instrument de torture à trois poutres », nos enfants nous découvrent différemment. Si on demande beaucoup aux parents aujourd’hui, il faut aussi reconnaître la dureté du monde du travail actuel avec lequel chacun doit aussi composer : surmenage pour certains, emplois précaires et difficultés liées au chômage pour d’autres, obsessions et dépendance au travail (“workaholisme”), prolifération des «bullshit jobs» (ces jobs à la con), comme les nomme l’anthropologue anglais David Graeber, etc. Les maux associés au monde du travail sont nombreux et se répercutent fatalement sur les familles. C’est pourquoi peut-être, la société a inventé les vacances : pour que nos enfants aient au moins une petite chance de nous connaître et de se souvenir de nous adultes comme des êtres un tant soi peu fréquentables (certains bons jours)…

2) Donner du temps aux autres et à soi-même

C’est la course… et pourtant quand on voyage le temps semble s’écouler plus lentement. Si au quotidien donner du temps à son conjoint ou à son enfant entre souvent en contradiction avec d’autres velléités : faire ceci ou cela… Lorsqu’on voyage, le temps semble plus facilement partageable ; “être” et “être ensemble” semblent après tout des activités plus acceptables. Profitons de ce répit dans nos têtes pour donner à nos proches ce dont ils ont le plus besoin : du temps de cerveau disponible ; oui c’est vrai les médias et les réseaux sociaux sont aussi à l’affût de celui-ci, mais on peut quand même encore leur résister.

3) Utiliser à bon escient les trois faces de l’autorité parentale

L’absence ou à l’inverse excès d’autorité parental sont souvent à la source de nombreuses difficultés. En tant que parent nous avons toujours à notre disposition les trois face d’un même dé : “laisser son enfant faire et choisir”, “imposer” et “négocier”. L’important est d’apprendre avec le temps (et quelques livres ou ressources si besoin) à utiliser les bons leviers au bon moment. Cet article explique aussi comment faire. C’est également essentiel lorsque l’on voyage avec un jeune enfant. De nombreux parents se gâchent encore la vie et leurs vacances, ainsi que celles de leurs enfants à cause d’un conception biaisée de l’autorité.

Un enfant, surtout très jeune, apprend avant tout par l’exemple. Si vous êtes juste : ferme quand il y a lieu de l’être, ouvert à ses initiatives à d’autres moments et capable de négocier pour trouver des nouvelles solutions quand c’est possible, alors votre enfant le reconnaîtra, pourra à sa manière vous imiter et vous fera infiniment plus confiance que si vous vous figez dans l’une ou l’autre de ces attitudes.

4) Ressentir avec son enfant

Un voyage est source d’émotions de toutes sortes : joie, surprise, peur, tristesse… ressentir toutes ces émotions avec ses enfants est important. Prenez conscience de chacune d’elle et voyez, avec quelle facilité vos enfants les expriment, et passent de l’une à l’autre. En matière d’intelligence émotionnelle, les adultes ont souvent autant à apprendre des enfants que l’inverse.

Dans le livre “être parent en pleine conscience” de Myla et Jon Kabah-Zinn, célèbre professeur de médecine américain et à l’origine de l’introduction des techniques de méditations et de pleine conscience dans le champs médical, celui-ci compare un petit enfant au meilleur maître zen dont nous avons la chance de pouvoir partager la vie. Une idée à méditer…

5) Accepter les différences

Différences de rythmes, de besoins ou encore de goûts. Les voyages nous apprennent à mieux connaître et prendre conscience de nos différences. Parfois elles sont inattendues, si un enfant de deux ans se passionnent pour tel ou tel objet ou aliment. Parfois elles ne nous font pas plaisir : il pleure et a besoin de manger ou de rentrer alors que l’on aimerait poursuivre nos visites ! Mais c’est en apprenant à écouter et à respecter ces différences que l’on sème les graines du respect, de l’amour et du bonheur pour les années à venir.

Logo Voyage Baby

Quelques mots sur l’auteur : Jeune papa, Julien fut d’abord un père inquiet comme beaucoup d’autres parents, à l’idée de partir de chez lui avec son bébé. Comme il n’existait pas de livre jusqu’à ce jour dédié à ce sujet et qu’on ne pouvait pas trouver de réponses précises et réunies toutes ensembles sur ce thème, il fallait donc y remédier ! C’est ainsi qu’est né le blog Voyage Baby, puis le livre “Voyager avec bébé”, 340 pages environ, auquel 60 parents ont apporté leur soutien lors d’une relecture collaborative sur internet. Aujourd’hui des milliers de parents utilisent chaque mois ces ressources, profitent ainsi de centaines d’astuces et évitent autant d’erreurs que d’autres parents ont fait avant eux, pour mieux préparer leurs voyages et trajets en tout genre avec leurs jeunes enfants.

Le guide “Voyager avec bébé” est avant tout pratique. Il aide cependant à être plus disponible et dans de meilleurs dispositions pour s’occuper de ses enfants en vacances. De plus, l’éducation bienveillante, Julien en ait persuadé, apporte aussi son lot de solutions pour passer de meilleures vacances en famille.

Laisser un commentaire via Facebook

5 Comments

  • Myriam

    Reply Reply 11 février 2016

    Presque tous les enfants qui aiment bricoler et dessiner. Mon truc pour les longs trajets en auto; toujours avoir des crayons de cires (moins dangereux que les crayons de bois) et une tablette à pince pour immobiliser plusieurs feuilles de papiers. Pour les plus jeunes, il y a aussi les tablettes de style «Etch A Sketch» qui peuvent les occuper pendant très longtemps, surtout si on participe avec eux!!

  • Lena

    Reply Reply 16 février 2016

    Il est en effet très sympa pour les enfants de découvrir leurs parents sous un tout autre angle loin du train-train quotidien. Nous avons beaucoup voyagé sur différents continents avec nos enfants, dès leur plus jeune âge. Rencontrer les gens, entendre d’autres langues, vivre un moment avec d’autres habitudes nous a toujours plu et a été des expériences et partages inoubliables pour notre famille.

  • Alexandra

    Reply Reply 29 février 2016

    Voyager avec des enfants est plus simple qu’il n’y parait. Nous avons traversé l’océan atlantique plusieurs fois avec des enfants de 18 mois à 8 ans, chacun son sac-à-dos. Le voyage en avion était plus facile que 2 heures de voiture ! Tout dans le voyage est intéressant pour eux (même et surtout l’avion et les transports en commun).
    il suffit de ne pas se surcharger de choses inutiles : porte- bébé et couches suffisent ! Sécurité (genoux, mains), jeux légers et non encombrants(chansons, improvisations) et c ‘est parti ! N’hésitez pas à voyager avec des enfants. Ce sont mes moments inoubliables pour eux et pour vous ! C’est leur faire découvrir le monde en toute sécurité ! Pour ceux qui hésitent, nos enfants sont nos ambassadeurs. ils nous ouvrent les portes du voyage. Les gens viennent vers nous parce que nous avons des enfants! Profitons-en ! Beaux voyages et beaux échanges en famille !

  • François-Xavier

    Reply Reply 21 avril 2016

    Merci Julien pour cet article inspirant.

    J’aurais beaucoup aimé le lire il y a quelques années lors d’un voyage à Madrid avec nos 2 lapins. Notre plus petit avait alors 1 an et demi et l’aller comme le retour en avion avaient été éprouvants avec des « caprices », des pleurs pendant toute la durée du trajet. Nous étions désemparés par sa réaction et ne savions pas vraiment comment gérer cela.

    D’ailleurs, nous avions été très gênés par la réaction de certains passagers et leurs commentaires pas très courtois.

    Heureusement, les choses sont complètement différentes aujourd’hui et nous éprouvons beaucoup de compassion lorsqu’un enfant fait un caprice ou pleure dans l’avion plutôt que de râler à notre tour. 🙂

    D’ailleurs notre dernier voyage à Rome, la semaine dernière, s’est tellement bien passé que nous avons voulu écrire sur le sujet : http://les-parents-positifs.com/pourquoi-voyager-en-famille-a-rome-et-pas-ailleurs-a-booste-notre-positivite/

    Au plaisir de vous lire et bravo pour votre blog que je découvre avec intérêt grâce à cet article.

Leave A Response

* Denotes Required Field