Les devoirs à la maison, ça sert à quoi ?

Aujourd’hui, nous accueillons Elodie, du blog Conseils éducatifs, maman, enseignante et rédactrice web, qui va nous parler des avantages et des inconvénients des devoirs à la maison, du point de vue des parents, des enfants, et de celui des enseignants.

photo devoirs (3)

Ce qu’en dit l’Education Nationale

Officiellement, l’Education Nationale interdit les devoirs écrits pendant toute l’école élémentaire (décret de 1956 : « aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe« ). Les devoirs à l’oral uniquement sont autorisés.

Ça ne devrait donc commencer qu’au collège, en théorie.

Jusqu’à présent, aucun ministre de l’Education Nationale n’a osé mettre franchement ce sujet délicat sur la table, et faire respecter les directives officielles. Dans la réalité, presque tous les enseignants donnent des devoirs écrits et oraux, et ce dès le CP. La durée varie de 10 min au minimum en CP à presque une heure en CM2 !

L’Inspection Académique du Nord a pourtant réalisé un document choc en 2006 à l’attention de tous ses Inspecteurs intitulé : « Devoirs à la maison, 50 ans de travail au noir », donnant tous les arguments contre les devoirs écrits, arguments aussi bien sociaux que psychologiques ou moraux. Mais ça continue, et ce pour différentes raisons.

Ce que disent les enseignants

Du côté des enseignants, on se dit que ça permet à l’enfant de revoir le soir ce qu’il a appris dans la journée et que ça l’aide à mémoriser. Ça permet aussi de s’entrainer un peu plus qu’en classe, et surtout dans un autre contexte.

Mais il y a aussi une pression professionnelle : difficile pour un nouvel enseignant d’arriver dans une école et d’aller à contre-courant de ce qui se pratique dans l’école depuis longtemps, et de se justifier auprès de son inspecteur, si celui-ci est pour les devoirs. Donc, tous les enseignants ne sont pas pour les devoirs, comme on peut le lire ici.

Le cas des vacances

En ce qui concerne les vacances, on sort du cadre des devoirs du soir, mais il y a quand même beaucoup d’enseignants qui donnent du travail écrit. Je dirais que lire, c’est l’essentiel. Alors oui, demander à un élève de CE2 de lire un petit roman pendant les vacances en deux semaines, c’est une très bonne chose, quel que soit le livre d’ailleurs. Les BD font aussi bien l’affaire. Pour les vacances d’été, un enfant de CP doit continuer de lire et compter un minimum deux semaines avant la rentrée, mais par le jeu, tout en douceur.

Ce qu’en pensent les parentssondage devoirs le parisien(source : article sur leparisien.fr, sondage Opinionway)

Du côté des parents, le discours est lui aussi paradoxal. Selon une étude récente détaillée sur le parisien .fr, 83 % des parents d’élèves estiment que les devoirs à la maison sont importants dans le cadre de l’acquisition des connaissances. Et effectivement, ça permet de jeter un œil sur ce qui se fait dans la journée d’école.

Il y aurait un risque que les parents se sentent encore plus mis à l’écart de l’école en supprimant les devoirs. Mais on pourrait aussi réfléchir à d’autres moyens de communiquer sur ce qui se fait en classe, comme c’est le cas en maternelle.

Mon point de vue personnel, d’enseignante et de maman de deux filles de 7 ans et 9 ans, c’est que oui, relire ses leçons le soir après le diner, ou encore lire quelques mots avec ses parents quand on apprend à lire, réciter ses tables de multiplication dans le bain, ça peut être une très bonne chose. Je dois même avouer que j’aime bien aider à apprendre une poésie en la chantant ! Mais parfois, quand je suis fatiguée, que mes filles le sont aussi, ça traine, c’est long et ça peut devenir une vraie source de tensions !

Comprendre l’enjeu des devoirs

Il est parfois difficile de comprendre ce qu’attend l’enseignant dans les devoirs qu’il donne. A chaque réunion de rentrée, les enseignants s’empressent de dire que les devoirs ne sont pas obligatoires. Mais quel stress pour l’enfant s’il ne les fait pas !

Parfois aussi, la consigne est ambigüe : « apprendre les mots de la page 8 » ça veut dire savoir les écrire par cœur sous dictée ? Ça veut dire juste les relire ou les écrire ? Ça veut dire connaitre leur définition ? « Relire la leçon n°4 » ça veut dire la connaitre par cœur, ou juste se rafraichir la mémoire ?

Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à rencontrer l’enseignant pour éclaircir ces points, et savoir exactement ce qu’on attend des parents, et quelle est la tâche que l’enfant doit accomplir.

photo devoirs (1)

Les problèmes que ces devoirs posent à toutes les familles

Le problème, c’est que tout le monde n’a pas :

Des parents disponibles à 17h00, et qui ont encore de la patience pour tout ça après une journée de travail.

Des parents pédagogues : quel parent n’a jamais montré « sa » technique pour faire des multiplications, alors que ça ne se fait plus du tout aujourd’hui ?

Des parents qui parlent un français parfait, et qui savent résoudre Pythagore et relire un texte en allemand.

Le problème, c’est que tous les enfants n’ont pas envie forcément de rester encore une heure assis sur une chaise et concentrés à travailler après leur journée d’école. La fin de journée, c’est un moment chargé pour tous les membres de la famille.

Le problème, c’est que les enfants ont aussi une vie en dehors de l’école, des activités extrascolaires. Et oui, ils aiment le tennis, la danse, le piano, la gym et les échecs. Et une heure de devoirs en plus, ça fait beaucoup trop !

Le problème, c’est que ce temps d’école à la maison, et bien ce n’est pas le même pour tout le monde.

Et oui, les devoirs à la maison, ça creuse encore plus les inégalités à l’école.

Dans une école idéale

Dans une école idéale, tous les enfants pourraient bénéficier gratuitement d’études surveillées par des enseignants ou au moins des animateurs diplômes et formés à la pédagogie. Dans une école idéale, les devoirs seraient uniquement des révisions, et il y aurait une tolérance des enseignants pour les jours où les activités extrascolaires s’ajoutent aux devoirs.

Dans une école idéale, il y aurait 20 enfants par classe, et un assistant d’éducation dans chaque classe, pour que l’enseignant puisse prendre le temps nécessaire à chaque enfant. Et donc les devoirs seraient faits en classe et adaptés aux besoins de chacun. Mais là, c’est un autre sujet …

Alors, qu’on soit pour ou contre les devoirs à la maison, on est bien obligé d’y faire face quand on est parent !

Si vous voulez aller plus loin, voici un extrait d’une émission de radio sur les devoirs, de l’Atelier des parents en Touraine. Nadège Larcher y intervient, et elle parle de l’enjeu affectif des devoirs et des conflits qui en découlent.

Ce qu’en disent les autres blogueurs

Beaucoup de blogueurs abordent ce sujet, et c’est souvent douloureux :

Maman mais pas seulement nous explique que nous projetons nos propres angoisses, notamment la peur de l’échec de notre enfant. Croque madame trouve que les devoirs ce n’est pas si mal, et ça lui rappelle plutôt des bons souvenirs (c’est peut être parce qu’elle a juste un enfant en CP pour le moment). La corvée des devoirs sur Paroles de mamans par Isabelle, ce n’est pas facile tous les jours !

 

Pour poursuivre sur ce sujet délicat, nous parlerons dans un prochain article de comment faire pour que ce moment se passe au mieux, et du rôle des parents dans les devoirs.

Mais chez vous, ça se passe comment les devoirs à la maison ? N’hésitez pas à nous parler de votre propre expérience des devoirs en laissant un commentaire ci-dessous !!


Un dernier mot !

N’hésitez pas à découvrir la méthode extraordinaire de notre ami Matthieu
qui a permis à notre Léo de connaitre « sur le bout des doigts »
toutes ses tables de multiplication… en 2 semaines !!

Enregistrer

Laisser un commentaire via Facebook

16 Comments

  • Carine

    Reply Reply 13 février 2015

    Perso, les devoirs ce n’était pas mon truc.
    Les journées sont déjà longues,de la lecture ok mais + devoirs c’est trop, ou pourquoi pas juste le week-end.
    Ma petite n’a pas encore de devoir (3 ans) et je préfère ne pas penser au moment où…en esperant d’ici la pouvoir la mettre en école Montessori.

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 13 février 2015

      Et oui Carine, vous avez encore du temps pour réfléchir, et peut-être choisir un type d’enseignement différent !

  • Séverine

    Reply Reply 13 février 2015

    Que l’on soit pour ou contre, les devoirs sont bel et bien là. Alors autant en faire un moment d’échanges. C’est l’occasion de revoir avec son enfant ce qu’il a découvert, et peut-être éclairer sa lanterne sur un point mal ou non compris.
    Personnellement, J’ai voulu anticiper le « problème » avant que mon aînée entre en CP. Je voulais être prête à « affronter » ce passage obligé « diabolisé » en douceur. Je ne voulais pas de bagarre et de soirées devoirs à rallonge. Je me suis donc documentée, j’ai fait des recherches et suis tombée sur « Apprendre autrement avec la pédagogie positive » d’Audrey Akoun et Isabelle Pailleau.
    Une merveilleuse découverte! Maintenant, j’ai une fille en CE1 et l’autre en CP, et je dois dire que les devoirs se passent plutôt bien. Quand l’une ou l’autre coince sur la compréhension d’une consigne ou sur la façon de résoudre un problème, j’ai de nouvelles ressources pour expliquer autrement, et cela nous a évité beaucoup d’énervements inutiles. Je n’appréhende plus du tout ce moment de la journée.

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 13 février 2015

      Effectivement, ce livre est une excellente lecture, et nous en parlerons la semaine prochaine dans les conseils pour que tout se passe au mieux pendant les devoirs ! Ce commentaire rassurera certainement les parents inquiets dont les enfants n’ont pas encore de devoirs !

  • nadia

    Reply Reply 14 février 2015

    Les devoirs sont nécessaires pour consolider les acquis et cerner les difficultés de l’enfant. Mon fils a commencé à avoir des devoirs en cm1, il préferait travailler seul car avec moi ça prenait bcp de tps mais cela lui permettait d’être régulier et tant mieux . Maitenant il est en 1ère année de collège il n a que 1à2 fois par semaine des devoirs du coup il ne travaille plus régulierement parfois il les oublie carrément je trouve que ce n est pas une bonne chose, ça casse le rythme alors que c’est plutôt au college qu il faut donner plus de devoirs.

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 14 février 2015

      Bonjour Nadia, merci de votre commentaire. Quelle chance que votre fils n’ait eu des devoirs qu’à partir du CM1 ! Et c’est effectivement curieux qu’il n’ait pas de devoirs tous les jours au collège, est-ce que c’est le cas dans les autres classes de ce collège ? Peut-être que d’autres parents peuvent témoigner des de la charge des devoirs au collège !

  • evelyne

    Reply Reply 14 février 2015

    La pression des enseignants fait qu’on se sent presque obligé, pour ma part si je n’avais pas aidé mon fils il ne saurait toujours pas lire car avec un déficit de l’attention, une confusion des sons doublés de dyslexie et une coopération nulle… Sans travail a la maison on me le mettait en CLIS avec une belle étiquette sur le front ! Pour certains enfants sans problème peut être les devoirs ne sont pas obligatoire pour d’autres si on ne veut pas qu’il soit complètement largués est un mal nécessaire !!!

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 14 février 2015

      Effectivement, avec le manque de formation des enseignant, et la quasi-absence de maitres spécialisés dans les les troubles des apprentissages, ce sont parfois les parents qui doivent refaire l’école à la maison ! Vous avez dû faire preuve de beaucoup de courage et de patience pour éviter un passage en CLIS (classes pour l’inclusion scolaire), classes dans lesquelles on place les enfants en grande difficulté scolaire.

  • coqilico

    Reply Reply 15 février 2015

    L’an dernier, comme cette année, je ne donne pas de devoir écrit (sauf je crois une fois quand les élèves ont fait exprès de faire traîner l’activité pour ne pas la faire, alors que j’étais avec l’autre groupe du double niveau).
    L’an dernier j’ai eu de nombreux élèves qui m’ont demandé de faire des exercices à la maison parce que les parents le demandaient, il faut dire que je remplaçais une maitresse qui en donnait vraiment beaucoup. J’ai du leur expliquer à plusieurs reprise que ce n’était pas à la maison qu’on apprenait mais en classe.
    Ce qu’on oublie c’est que les parents qui trouvent barbant les devoirs, qui n’ont pas le temps de les faire faire, veulent quand même qu’ils soient donnés aux enfants, il y a une pression sociale des familles à ne pas oublier…

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 15 février 2015

      Je suis tout à fait d’accord, il faudrait que les enseignants, et l’école en général, expliquent pourquoi les devoirs écrits ne sont pas nécessaire. C’est vrai que ça doit être perturbant pour les parents les changements de méthodes et de maitresse !

  • Valérie

    Reply Reply 17 février 2015

    Personnellement, je trouve que l’idéal est d’avoir des devoirs et des leçons pour consolider les acquis mais en petite quantité, donc pas tous les jours.
    Et que l’enfant ait une certaine liberté dans le temps,qu’il n’ait pas à remettre le travail le lendemain mais la semaine suivante.
    Ainsi, cela ne pénalise pas les enfants dont les parents travaillent tard ou qui ont de nombreuses activités extrascolaires comme c’est le cas des enfants hyperactifs ou dyslexiques.

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 27 février 2015

      Effectivment, Valérie, et en plus ça permettrait aux enfants d’apprendre à gérer leur temps !

  • adeline

    Reply Reply 18 février 2015

    bonjour,
    l’éternel débat des devoirs!!! J’habite un petit village avec 3 classes (TPS/PS/MS – GS/CP/CE1 et CE2/CM1/CM2). Jusqu’à l’année dernière à partir du CP il y avait des devoirs écrits comme faire quelques addition, conjuguer un verbe ou répondre à des questions sur une leçon d’histoire. Une famille a en début d’année écrit à l’inspection pour se plaindre de ces devoirs : résultats les enseignants de primaire ont eu un avertissement et les enfants n’ont plus de devoirs !!! Le niveau des élèves a chuté (par exemple : contrôle de conjugaison sur le présent en CE1 moyen de classe 6,5 sur 20). Personnellement j’ai acheté des cahier d’exercices en français et en maths à mes 2 garçons et d’eux mêmes ils font les exercices le mercredi et samedi en début d’après midi et lecture tous les soirs (nous adorons les livres). Ok il ne faut pas que les « devoirs / leçons » dépassent 20min le soir. Ok pour les parents qui travaillent ce n’est pas facile (je sais ce que c’est : je travaille jusque 18h 3 soirs par semaine et mon mari est en déplacement) mais je pense que l’inégalité va encore plus se creuser entre les enfants qui ont des devoirs et ceux qui n’en n’ont pas à l’entrée en 6ème. Que va-t-il se passer pour ces enfants qui du jour au lendemain vont se retrouver avec une multitude d’enseignants différents, des leçons, des DM, des DS à préparer…Alors il faut vraiment que la loi soit appliquée pour tout le monde pareil (y compris dans le privé!!!).
    Personnellement nous attendons de encore 1 an l’évolution pour notre aîné et si cela continue à baissé de niveau et bien nous le changerons d’école.

    • Elodie Bougas

      Reply Reply 27 février 2015

      Merci pour votre témoignage Adeline. C’est impressionnant de se dire que les parents aient fait changer les choses aussi rapidement et radicalement. De mon point de vue d’enseignante, j’imagine qu’il faut complètement revoir sa pédagogie et son fonctionnement de classe si l’on supprime d’un coup et totalement les devoirs. Et que du coup ça demande du temps d’adaptation pour tout le monde ! Et savez-vous si les autres écoles, dans les villages voisins, ont dû appliquer la même chose ?

Leave A Response

* Denotes Required Field