« La Vérité » sur la Parentalité Bienveillante (dont nous venons de prendre conscience… et qui change tout !)

Attention, ce que nous allons vous révéler dans cet article, ou plutôt ce que Noémie va vous révéler dans sa vidéo ci-dessous… risque de vous bouleverser !

Il y a bientôt 4 ans, nous découvrions la Parentalité Bienveillante et son approche consciente, respectueuse et épanouissante de l’enfant. Nous avons découvert de nombreux outils, ressources et connaissances sur l’enfant, ses besoins, ses émotions, et avons choisi de vous les faire partager sur ce blog.

Pourtant, malgré les nettes améliorations dans notre quotidien avec les enfants… nous sommes encore loin d’être les parents que nous aimerions être : des parents calmes, bienveillants en toute circonstance, en permanence dans l’écoute et l’accueil des émotions…

kfh28271

Nous ne cherchons pas à être des parents parfaits, capables de gérer n’importe quelle situation, sans jamais perdre le contrôle ou douter de soi-même… Nous sommes tous humains. Mais il y a certains comportements difficiles, ou schémas répétitifs des enfants, que vraiment, nous avons encore du mal à gérer, à accompagner dans la bienveillance… et ce malgré tous nos merveilleux outils ! 🙂

Les violences physiques n’ont jamais fait parties de notre éducation. Mais d’autres types de violences éducatives ordinaires, si : les cris, la colère, la mauvaise ambiance, les disputes parentales…

Il y a à peu près 8 mois, après une période très difficile pour notre famille… et pour notre couple, nous n’avons pas eu d’autre choix que de devoir nous remettre en question et de commencer à travailler sur nous-mêmes. Nous avions besoin de comprendre les schémas, les peurs, les blocages émotionnels, qui nous pourrissaient la vie !

Ces nouvelles expériences, ces découvertes, ces rencontres, ces nouveaux projets… sont d’ailleurs à l’origine d’un nouveau blog, que nous vous présenterons bientôt.

Mais restons pour l’heure centrés sur la Parentalité. Le constat que nous avons fait récemment, et qu’il nous tient ÉNORMÉMENT A COEUR de partager avec vous, c’est que même avec la meilleure volonté du monde et malgré tous les outils de communication bienveillante que nous avions découvert… il nous était impossible de changer certains de nos comportements avec nos enfants ! Nous avions besoin de quelque chose d’autre… et ce quelque chose d’autre, c’était d’apprendre à mieux NOUS connaître. D’apprendre à comprendre NOS propres réactions, à analyser NOS propres émotions, avant d’essayer de l’apprendre à nos enfants !

C’est au moment où nous prenions conscience de cette « révélation« , que Noémie est entrée dans notre vie (ça s’appelle la synchronicité il parait 😉 ).

Noémie nous a beaucoup aidés (et continue d’ailleurs à le faire), et elle a également décidé d’aider les nombreux parents qui nous suivent et qui, comme nous, ont encore beaucoup de mal à être aussi bienveillants qu’ils rêveraient de l’être.

Alors, laissons à Noémie le soin de vous expliquer tout cela avec ses mots, elle le fait bien mieux que nous !

« La Vérité » sur la Parentalité Bienveillante

Vous pouvez téléchargez la version texte de la vidéo en cliquant ICI !

Si cette vidéo vous « parle » et que vous souhaitez recevoir les 3 autres vidéos de Noémie, indiquez-nous ci-dessous l’adresse email à laquelle nous pouvons vous les envoyer !

Voici ce que vous allez découvrir dans les vidéos suivantes :

Vidéo 2 : Les 7 erreurs… qui vous empêchent d’instaurer la bienveillance dans votre vie !

Une vidéo a pour objectif de vous faire prendre conscience des erreurs que vous commettez et qui ne vous permettent pas d’instaurer la bienveillance dans votre vie :

  1. La première, c’est de chercher des solutions à l’extérieur de soi.
  2. la seconde, c’est de traiter les effets de votre colère sans tenir compte de la cause.
  3. la troisième c’est de confondre la faute et la responsabilité.
  4. la quatrième c’est l’impatience.
  5. la cinquième c’est de croire que l’on peut se débarrasser d’une émotion en la niant.
  6. la sixième c’est de nier vos besoins.
  7. et enfin la dernière consiste à croire qu’il suffit de comprendre pour que les choses changent.

Noémie vous donne également les 5 étapes de la libération de la colère… Un beau programme !

Vidéo 3 : La confession intime de Camille et Olivier !

Un entretien d’une heure avec Noémie, à propos de notre propre parcours, de nos difficultés et de nos récentes prises de conscience ! Vous y découvrirez entre autres :

  • Comment notre couple a failli se briser… et comment nous avons rencontré Noémie.
  • La « révélation »que nous avons eue… et qui nous a sauvés ! (4m20)
  • La raison pour laquelle la plupart des outils de Parentalité Bienveillante… ne fonctionnent pas pour vous ! (5m20)
  • D’où vient votre colère ? (7m54)
  • Pourquoi même ceux qui sont persuadés de ne pas avoir eu une enfance « traumatisante », ont aussi souvent du mal à être bienveillant ! (13m00)
  • La répétition des schémas parentaux. (18m55)
  • La colère ne concerne pas que les mamans ! (21m36)
  • On ne peut pas changer l’autre… mais à partir du moment où nous, nous changeons, les choses changent autour de nous (exemples concrets de Camille et Olivier) ! (23m33)
  • LA condition indispensable (la plupart du temps) pour pouvoir changer ! (29m20)
  • LE secret des parents « vraiment » bienveillants. (32m40)
  • La colère… et les autres émotions. (34m00)
  • La colère (et la violence) envers le conjoint. (36m00)
  • « le bug » c’est de ne PAS être bienveillant (alors que nous devrions l’être naturellement !)
  • Cachés derrière la colère : les besoins non satisfaits ! (37m40)
  • Ce qu’il risque d’arriver si vous ne travaillez pas sur votre colère, sur vous-même ! (40m20)
  • Et les merveilles qui arrivent lorsque vous arrivez à vous « réparer » ! (41m20)
  • La colère, c’est votre enfant intérieur qui hurle ! (44m10)
  • Guérir son passé… pour changer son présent ! (45m00)
  • Pourquoi il vous arrive d’avoir les mêmes comportements/réactions que votre mère (ou père) alors que vous vous étiez juré que ça n’arriverait jamais ? (46m50)
  • Ce qui arrive lorsqu’on n’exprime pas sa colère. (48m50)
  • La colère peut être saine… (52m50)
  • La bienveillance, c’est appliquer (aussi) à nous-mêmes… les outils de parentalité bienveillante (écoute des besoins, accueil des émotions, etc.) (54m50)

Le petit bonus : À l’occasion de cette troisième vidéo, Noémie vous offre aussi un joli cadeau à télécharger… et à partager !

Vidéo 4 : Libérez-vous de votre colère !

Une dernière vidéo ou Noémie vous donne de précieux nouveaux éléments pour comprendre encore mieux vos mécanismes

Laisser un commentaire via Facebook

161 Comments

  • Marie-Catherine

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour et merci pour votre témoignage qui ne pourra qu’encourager les lecteurs de ce blog.

    Effectivement, la difficulté lorsque que l’on est soi-même mal, est d’affronter le jugement des autres. Qu’ils soient d’ailleurs professionnels ou non et j’ai souvent constaté, ce qui m’a toujours gêné mais je n’avais pas encore mis le mot de dessus, l’absence de « bienveillance ». Cela fait tellement de bien!

    En ce qui me concerne, je suis actuellement en pleine remise en question personnelle et par ricochet familiale. J’ai révélé récemment un burn-out et je considère cela comme une chance de pouvoir dire stop à mes schémas de fonctionnement antérieurs pour avancer vers une nouvelle façon de vivre.
    J’ai eu une enfance mouvementée, sans violence physique mais beaucoup de violence psychique, entourée d’adultes qui se disputaient sans cesse, s’insultaient. Un père absent et une mère qui a changé souvent de conjoint, synonyme pour moi d’une grande instabilité et insécurité.

    J’ai réussi à faire une belle scolarité et des études longues. Et maintenant un travail qui occupait 90% de mon temps.
    Je suis maman d’une petite fille de 4 ans 1/2 et je suis en couple depuis 11 ans.
    Je suis une angoissée permanente mais cela fait peu de temps que je m’en suis rendu compte.

    J’ai connu pour la première fois ce matin le blog de Camille et Olivier. En effet, en préparant ma fille pour l’école, je me suis énervée. Nous allions être en retard et au moment de se brosser les dents elle s’est mise à baver sur son pantalon… Cela a déclenché une violente colère chez moi, j’ai crié et jeté sa brosse à dents dans l’évier.
    Elle a eu peur et n’a pas compris ma réaction. Tout se passait bien jusqu’à présent. Elle s’était habillée toute seule pour la première fois, avait mis tous ses vêtement à l’envers mais je n’avais eu aucun mal à la complimenter sur ce progrès. Le temps pressait, peut-être aurais-je du zapper le lavage des dents, cela m’aurait évité cette colère.
    Ma fille a pleuré sur tout le trajet jusqu’à l’école. A l’arrivée je me suis excusée pour ma colère en lui disant que je n’allais plus m’énerver comme ça. Nous avons fait un gros câlin.
    Je suis rentrée chez moi et j’ai pleuré, effectivement en me sentant très nulle et avec la crainte de lui avoir laissé définitivement ce mauvais souvenir.

    Je ne veux pas que cela recommence. J’aimerais trouver la force en moi pour rester bienveillante avec elle quoi qu’il arrive et quelles que soient les circonstances.

    Je regarderai vos prochaines vidéos avidement.

    Cordialement,

    Marie-Catherine.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonjour,
      je suis touchée et très émue de votre message et de votre courage, ce n’est pas facile de raconter son histoire surtout lorsque nous ne sommes pas fiers de nous.
      Toutefois, toute transformation commence par un désir, celui de trouver une solution pour changer ce que nous n’aimons pas en ayant le courage de se remettre en question.
      Il n’est pas nécessaire d’avoir eu une enfance douloureuse, un manque d’attention, de valorisation et d’amour inconditionnel sont suffisants pour créer des blessures dans votre vie.
      J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous. La mauvaise c’est que cet incident se reproduira, votre colère ne va pas disparaitre, elle a quelque chose à vous dire et vous devez trouver ce que c’est. Je vous en dis plus dans la prochaine vidéo.
      La bonne c’est que ce n’est pas irréversible, vous pouvez changer.
      En attendant je vous remercie et je vous invite à vous pardonner votre attitude. Vous pouvez expliquer à votre enfant que non seulement vous regrettez votre attitude mais que vous n’êtes pas parfaite, que vous aussi parfois vous faites des bêtises mais que vous allez faire de votre mieux pour ne pas recommencer. Les enfants aiment qu’on leur dise la vérité. Vous devez également lui expliquer qu’à ce moment là, vous avez oublié tout l’amour que vous aviez pour elle mais que maintenant c’est terminé.
      Avec affection,
      Noémie

    • Sabine

      Reply Reply 21 mai 2015

      Merci Noémie pour cette vidéo qui me laisse sur ma faim et dont j’attends impatiemment la suite.
      Maman d’un garçons de 5 ans et d’une fille de 3 ans, j’ai moi aussi lu et expérimenté la CNV avec tous les livres que j’ai pu trouver, mais j’ai toujours trouvé que cela me culpabilisait beaucoup par rapport à mes excès de colère sans apporter de réelles solutions durablement.
      Des conséquences dures à vivre en ce qui me concerne. Je me dévalorise, ma vie de famille ne ressemble pas à ce qui me paraîtrait normal, je brutalise souvent mes enfants ( cris, chantage, parfois claques quand ils se mettent en danger ) mes enfants ont beaucoup de mal à obéir à l’école, et je n’arrive pas à les faire coopérer avec moi, que ce soit pour se tenir convenablement chez le médecin ou ne pas courir loin de moi dans des lieux publics et parfois dangereux, sans parler parfois des difficultés à partir à l’heure.
      J’oscille donc entre désir d’amour inconditionnel et de bienveillance, et besoin d’être respectée et écoutée. J’ai les fiches de Camille et Olivier, les checklists des routines, mais j’ai encore beaucoup de travail d’organisation à mener à bien.
      Mon mari et moi sommes aux antipodes. Il a effectivement des mots très durs pour nos enfants, leur crie dessus dès qu’ils font quelque chose qui lui semble mal, et je passe mon temps à recoller les morceaux de leurs petits cœurs injustement malmenés.
      Pourtant, nous avons la même idée de l’éducation que nous voulons donner aux enfants et du respect qui leur est dû.
      Hier soir, nous avons fait le point, et nous voulons vraiment apporter plus de bienveillance dans notre vie de famille. Les enfants grandissent si vite, nous gâchons ces moments sacrés et privilégiés par nos attentes perfectionnistes plutôt que de lâcher prise et de rire avec eux.
      Nous avons aussi besoin d’établir une autorité bienveillante, car actuellement mes enfants me montrent peu de respect et sont très autoritaires avec moi. Ma fille proteste même quant aux choix de mes berceuses et veut que je chante celle qu’elle qu’elle invente et que je dois répéter ensuite !
      J’espère ne pas être déçue par la suite de vos vidéos et qu’il ne s’agit pas d’une opération marketing visant à nous faire acheter une énième méthode reprenant les bases de la CNV, d’Isabelle Filliozat et de Thomas Gordon ou Faber et Mazlish. Je suis parfois si démunie et attristée que j’ai peur de me faire manipuler.
      Ce qui se passera si je ne change rien: mes enfants deviendront soit soumis soit rebelles, ne pourront pas donner les meilleur d’eux-mêmes, ils nous renverront toute les violence infligée dans l’enfance à leur adolescence, je ferai office de tampon entre eux et mon mari, et ils ne me respecteront pas.
      J’ai répondu hâtivement et peut-être de façon un peu sèche aux questions, mais ce sujet est sensible et j’apprécie votre approche nouvelle sur ce problème, et surtout la déculpabilisation qui en découle !
      Merci Noémie.

  • Anne-Sophie

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noemie, ce matin après le rush du matin, lever à 6h pour préparer petit dej et lunch box de mes enfants (3 et 5), quand je suis rentrée à 9h après les avoir déposés à l’école et mon mari au travail (et oui je fais le taxi…), je me suis effondrée en larme, je suis épuisée physiquement et psychologiquement par le quotidien. Il faut dire que ces derniers mois ont été très intenses, avec un gros déménagement très loin, un mariage, une nouvelle vie à mettre en place dans une île anglophone, un mari avec un travail très prenant et stressant qui vient de rentrer d’un mois de mission en Afrique… voilà pour un résumé bref du contexte, et ce matin donc comme un signe je découvre votre vidéo, moi qui n’était pas allée sur ce blog depuis bien longtemps, vous arrivez donc ce matin dans ma vie comme une lumière… et oui bien sur j’ai été bouleversée par votre vidéo. Je voudrais tellement offrir à mes enfants une vie harmonieuse, les élever dans la joie, la sérénité, la paix…et malgré mes efforts, mes lectures, mes formations, je n’y parviens pas. Sur mon enfance, rien d’évident, j’ai le souvenir d’une éducation souple et équilibrée, à part le divorce de mes parents quand j’avais 11 ans, je n’ai jamais trouvé d’explications. On m’a souvent dit (psychothérapeutes et kynesiologues) que mon perfectionnisme (évident) et ma peur de l’abandon (découverte récemment dans un atelier ESPERE) devait remonter à ma petite enfance autour de mes 2 ans… bref j’ai avancé mais je n’ai pas encore réussi à aller au bout de cette enquête et en attendant mon quotidien de maman est loin de mon idéal, et il devient urgent que ça change pour moi, pour les enfants, pour mon mari. Besoin de souffler, de retrouver harmonie, sérénité, je sais que je suis la clé pour apporter tout cet essentiel a ma famille, mais cette conscience est aussi culpabilisante quand on n’a pas la solution… je sais bien que je dois m’accorder du temps chaque jour, de faire une pause pour me ressourcer et malgré tout je cours tout le temps du matin très tôt au soir très tard, et je suis épuisée à essayer de tout faire et de faire bien. Difficile de faire court, j’aurais tant besoin d’en parler ! En tout cas, vous êtes ma lumière et je mets beaucoup d’espoir en votre méthode pour enfin me libérer et accéder à une vie familiale plus apaisée et épanouie pour chacun de nous. Mon voeux le plus cher c’est vraiment de pouvoir offrir à mon mari et mes enfants que j’aime plus que tout un cocon familial paisible, serein, harmonieux, respectueux, joyeux…
    Anne-Sophie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Anne-Sophie,
      Le hasard n’existe pas, j’ai la naïveté de croire que je suis là au bon moment pour vous 😉
      C’est curieux la façon dont vous minimiser l’impact du divorce. Cela à pourtant du être terrible pour vous ! Comment l’avez vous vécu ? Savez vosu ce que fait vote mentale quand c’est trop dur ? Il utilise 2 stratégies : effacer toutes vos souffrances de votre mémoire (vous avez souffert mais vous n’en avez pas de souvenir mnésiques) ou fabriquer un masque qui déforme votre vision de la réalité (souvent les 2 en même temps) !
      La blessure d’abandon se met en place avant 3 ans, c’est une des blessures les plus courantes mais dont on ne se souvient pas. Ce n’est pas important, car il est très facile de clarifier en analysant la façon dont vous agissez et les émotions que vous vivez ici et maintenant. Si la tristesse est une émotion recurrente alors c’est le cas. Mais je peux vous dire que ce n’est pas votre schéma dominant. Le plus important est une blessure d’injustice et la colère en est la caractéristique principale.
      Merci pour ce si touchant partage qui m’a ému aux larmes car c’est pour des gens comme vous que j’ai fait ces vidéos.
      Toute transformation commence par une chose très importante ; un ras le bol et un désir ardent de changer. Vous possédez donc tout ce qu’il faut pour vous en sortir et je suis là pour vous aider. A très bientôt dans la prochaine vidéo.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Taz

    Reply Reply 4 novembre 2014

    16 minutes de vidéos pour nous donner…0 solution concrète… j’avoue j’ai eu du mal à aller jusque bout…
    « Sois le changement que tu veux pour le monde et les autres », je suis on ne peut plus d’accord mais comment on fait concrètement ?
    Je ne me suis personnellement jamais énervé contre mon fils de 13 mois, par contre mon conjoint est lui d’une patience très très limitée, râle beaucoup et s’énerve vite, ne supportant pas d’entendre notre fils pleurer quand il n’a pas ce qu’il veut… comment le convaincre de s’améliorer ?
    Ne me dites pas de lui montrer votre vidéo car il ne restera pas 16 minutes devant des promesses de mieux sans solution concrète… du genre impatient j’vous dis 😉
    Merci d’avance pour vos conseils
    Tazz

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Taz,
      Je comprends votre frustration mais cette vidéo avait pour but une prise de conscience comme je le dis et pas de vous donner encore des solutions. Désolée de vous avoir déçu, la suite devrait vous plaire.
      Je note cependant que cette démarche n’est pas la votre mais pour votre conjoint, c’est très généreux de chercher des solutions pour l’aider mais il faut que cela vienne de lui sinon il n’y aura aucun résultat.
      Si toutefois c’était le cas, montrez lui cette vidéo, s’il ne se sent pas concerné, cela ne servira à rien d’aller plus loin. IL faut qu’il soit prêt et s’il l’était il chercherait lui même.
      J’espère toutefois ne pas vous avoir froissée, je suis très franche et très directe car l’honnêteté est très importante pour moi.
      Avec affection,
      Noémie

  • Julie

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour,

    Merci pour cette vidéo ! Je suis la maman d’une petite fille de 3 ans et demi qui a beaucoup de mal à obéir. J’aimerais pratiquer plus souvent la parentalité bienveillante, j’essaie de ne pas trop souvent m’énerver mais je me retrouve souvent à utiliser le chantage pour me faire obéir car c’est la seule chose qui semble marcher. J’aimerais pourtant y parvenir sans négocier systématiquement. du côté de mon enfance, j’ai eu des parents plutôt cools, qui nous punissaient extrêmement rarement et qui ne s’énervaient pas souvent…
    Merci d’avance pour vos conseils.
    Bien à vous

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Julie bonsoir,
      Vous semblez avoir du mal à vous affirmer. Vous avez eu des parents non violents mais vous ont ils valorisés, étaient ils à l’écoute de vos besoins, de vos émotions… Il n’est pas nécessaire d’avoir eu des parents violents pour l’être, la violence est l’expression de vos frustrations et d’un manque d’affirmation et d’écoute de vos besoins.
      Je vous en dis plus dans la prochaine vidéo.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • RENAUD

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    je vous ai écoutée attentivement et je suis en parfait accord avec vous ! Merci pour votre témoignage si impliquant …. J’ai élevé mes 3 enfants seule et j’avoue qu’il y a eu des moments difficiles , nous étions cependant très soudés et j’ai très vite travaillé sur moi même comprenant que je devais me remettre en question et me transformer si je voulais transmettre à mes enfants de vraies valeurs et surtout commencer par m’aimer moi pour les aimer encore mieux ! Je suis curieuse de découvrir la suite de vos vidéo … cette 1° donne vraiment envie d’en savoir plus …. Merci encore à vous !

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Sophie,
      Bravo pour cette analyse qui soutient un des principe fondamental de ma méthode. Pour donner aux autres il faut savoir se donner à soi même. On ne peut aimer que si l’on s’aime et on ne peut être bienveillant avec les autres que si nous le sommes avec nous même car tout part toujours de nous.
      Je vous en dis plus dans la suite et merci pour votre commentaire chaleureux et bienveillant.
      Avec affection,
      Noémie

  • Virginie P

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour,
    j’ai subi une violence psychologique dans mon enfance que je transmets à ma fille : l’impatience, la rigidité. J’arrive à assez bien la manipuler en même temps pour arrêter ses pleurs mais cela agace mon conjoint. J’ai beaucoup de mal à changer ce point, malgré que cela me fasse mal aux épaules et au dos de la porter pour la forcer à aller plus vite d’un endroit à un autre de la maison, pour aller manger ou pour aller se brosser les dents, je continue. Je crois que le problème vient de mon impatience mais plus je suis fatiguée, plus je veux que les choses soit faites et vites. Déjà, je me suis couchée plus tot ces derniers jours et je suis plus reposée.
    J’ai un problème : je crois que ma fille a une carie et elle refuse que je lui brosse les dents le soir, car le matin je lui laisse faire et elle le fait , plus ou moins bien, mais le soir je ne sais pas comment faire sinon la coincer dans mes bras pour lui brosser les dents ( pendant qu’elle crie). Qu ‘en pensez vous ?

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Virginie,
      Vous êtes vous déjà demandé Pourquoi vous aviez ce besoin que les choses aillent vite ? Qu’est ce qui se passerait si vous laissiez votre fille agir à son rythme ? Que se passe t il si vous lâcher ?
      Vous me demandez mon avis je vais vous le donner : votre fille n’a aucun problème si ce n’est d’être votre miroir quant à vous, vous devez comprendre que le problème n’est pas le brossage de dent ou la carie mais votre besoin de contrôle et que vous devez travailler sur vos schémas pour voir des changements et adopter un autre comportement.
      J’espère vous avoir aidé à y voir plus clair. Je vous remercie de ce partage et je vous dis à très bientôt.
      Avec affection,
      Noémie

  • Cécile

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    Merci pour ce message (que j’ai lu, je n’aime pas le format vidéo).

    C’est exactement ce que je constate, je me reconnais beaucoup dans votre description du début… j’ai tellement lu sur la CNV que certaines personnes dans mon entourage me considère « experte » (j’ai du mal à m’empêcher de suggérer des pistes quand je vois des parents face à un souci dont je connais une façon de s’en sortir).
    Et pourtant, face à mes enfants je n’y arrive pas toujours et je me sens nulle (allez moins que nulle parce que j’arrive à ne pas frapper mes enfants et à retenir pas mal de mots qui feraient mal). Je sais que bien d’autres parents sont dans mon cas, pour avoir pas mal échangé sur des forums de « maman nature », nous étions beaucoup à avoir ces problèmes.

    J’ai de la colère en moi et un gros besoin de contrôle qui ne font pas bon ménage avec la CNV.
    Je sais aussi que ça vient de mon enfance et même de plus loin… Je reproduis +/- le comportement de ma mère (j’ai l’impression d’être ma mère parfois et encore plus dans ma relation de couple !).
    Ma mère, elle-même a eu une enfance difficile avec une mère violente (pas plus que les autres à l’époque physiquement mais très violente verbalement) et elle a vécu pas mal d’injustices. J’ai l’impression de porter la colère de ma mère et de ne pas réussir à m’en débarrasser.
    J’ai vu une psy, à une époque, mais je n’ai pas l’impression que ça m’a aidée à avancer là-dessus… On a travaillé sur le présent, que faire face à ces comportements / émotions (hypnose, sophro etc.) mais pas sur le passé.
    J’ai hâte de lire la suite de votre intervention pour connaître le « comment faire ».

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Cécile,
      Merci pour ce commentaire, vous êtes la preuve vivante de ce que je soutiens, on peut être expert d’un sujet et ne pas parvenir à mettre en application dans sa propre vie. La raison vient du fait que vos réactions sont automatiques, c’est comme si vous appuyez sur un bouton, vous avez une réponse à un stimuli et donc pas le recul nécessaire pour adopter la bonne attitude.
      Et vous n’êtes pas nulle et pas seule (comme vous le savez, beaucoup de parents partage les mêmes difficultés). le premier de mes conseils pour vous est le suivant : soyez bienveillante avec vous même, sinon vous ne pourrez jamais l’être avec vos enfants.
      Tout ce que vous décrivez illustre bien la façon dont les reproductions familiales se manifestent dans la vie quotidienne et se transmettent de générations en générations.
      Ma méthode n’a rien de miraculeux mais elle s’appuie sur du vécu. Je n’ai pas étudié pour m’instruire mais pour résoudre mes difficultés et je crois que c’est la vraie plus value de mon programme.
      je vous en dis plus dans quelques jours.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • emilie

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Merci Noémie,

    C’est exactement cela : j’ai eu le précieux secours du blog de Camille et Olivier il y a un an, quand ma fille a eu trois ans. J’ai lu les livres d’Isabelle Filliozat, cela allait beaucoup beaucoup mieux…et puis une petite soeur est née en avril dernier, ce qui a engendré colère et frustration de ma fille aînée….et étant fatiguée moi-même, je ne me maîtrise plus alors que je connais toutes les clés….en théorie. Et on peut dire que votre vidéo tombe à pic, ce soir en rentrant de l’école, ma fille a hurlé pendant que je changeais la couche de sa soeur et que je la couchais. Je lui ai donné une tape, ce que je n’avais jamais fait. Alors, je vous passe les larmes et la culpabilité…et je ne veux pas entrer dans un cercle infernal qui va nous emprisonner, y compris mon mari et moi-même, jusqu’à faire éclater la sphère familiale et conjugale. J’attends avec impatience la suite de vos conseils !

    Merci encore

    Emilie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Émilie,
      C’est souvent au second enfant que les choses se gâtent, c’est aussi parce que l’on est plus âgée car plus on se rapproche de la quarantaine et plus les choses s’aggravent (j’espère que vous en êtes loin sinon, vous devez voir de quoi je parle 😉
      Pourquoi au deuxième ?
      Parce que vous êtes plus fatiguée et plus vulnérable mais pas seulement. C’est aussi parce que vous vous rapprochez de votre propre schéma familial. Je parie que c’est dans cette configuration familiale que vous rejouez ici et maintenant le rôle de votre mère à l’époque. Le problème c’est que lorsque l’on est enfant on ne se souvient de peu de choses, les souvenirs mnésiques ne démarrent qu’à partir de la 3ème année. C’est la raison pour laquelle c’est si difficile. J’ai même connu des adultes persuadés qu’ils avaient eu des parents parfaits car ils avaient idéalisé leur enfance.
      Le conseil que j’ai à vous donner tout de suite : pardonnez vous même si je sais que ce n’est pas facile car vous n’êtes ni une mauvaise mère ni un montre et j’espère que la suite va vous aider.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • fabienne

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour noémie

    J’ai 3 enfants (5ans, 3ans et demi et 9 mois) et la patience m’a quitté depuis bien longtemps. Je passe mes journées à raler et m’énerver pour un rien. j’ai bien conscience de ce comportement que j’aimerai changer mais je n’y arrive pas. la colère est plus forte que mes intentions. J’ai eu beau lire des livres sur l’éducation non violente, quand une situation se présente je n’arrive pas à mettre en application ce que j’ai lu.
    Il est rassurant de se dire qu’il est possible de changer mais le tout est de savoir comment faire…

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Fabienne,
      La violence revêt plusieurs visage qui vont de l’impatience à la colère en passant par l’énervement et la frustration. Cette émotion est pourtant saine mais on ne nous a pas appris à la gérer. La façon dont on vous a laissé l’exprimer lorsque vous étiez enfant conditionne la manière dont vous l’exprimez ou la réprimez aujourd’hui.
      Quant à la façon dont il faut faire, je vous en dis plus dans les autres vidéos. Merci de ce partage.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Severine

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    Merci beaucoup pour votre approche pleine de tact sur ce sujet si culpabilisant!
    Mère de 2 enfants, j’ai vraiment commencé à ne plus me sentir moi même durant ma première grossesse, il y a 6 ans.
    Avant, j’avais déjà un caractère bien trempée, mais pas d’agressivité vis-à-vis des autres. A cette période, j’ai eu l’impression de basculer, une grossesse non désirée, un emménagement pour lequel je n’étais pas prête, puis un bébé!
    Et mon dieu quelle angoisse, du moment ou je l’ai tenu dans mes bras, je me suis sentie nule, sans valeur et profondément triste.
    Ce grand minus a été un bébé très agité, pleurant beaucoup, avec un ton de cri qui me perçait les oreilles. Je ne le supportais pas, j’étais contente d’aller travailler et de m’enfuir de la maison.
    je suis devenue de plus en plus dure et agressive avec mn fils et avec son père, je me suis emmurée dans une coquille si solide que je n’y voyais plus de faille!
    Et nous avons décidé de faire un 2ème enfant et je me suis dit, de toute façon ça ne peut être pire!
    Du coup cette grossesse, l’accouchement (juste avec le papa et chez nous, une surprise total) et ce nouveau bébé mon raccroché à cette vie que je voulais fuir de plus en plus fort.
    Mais il n’a pas enlevé la violence qui est ressorti lors de ma première grossesse, cela m’a juste éclairé sur un chemin plus doux ( et oui une solide théorie) mais une application des plus déplorable la plupart du temps!

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Séverine,
      Merci de ce partage. Dans les prochaines vidéos je vous en dirais plus sur cette colère, son origine et sa raison d’être (et oui il y en a une !!!). Vous n’êtes plus seule et j’espère sincèrement que ces vidéos vous permettont d’y voir plus clair.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Maguelonne

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noemie,
    Merci pour cette video qui me parle en effet. J’attends avec impatience d’ecouter la suite et en meme temps j’ai peur que ce soit encore un autre truc que je ne parvienne pas a suivre ou qui ne m’aidera pas concretement sur le terrain. Mais il me faut tout essayer!
    J’ai 3 garcons (5.5-3 ans et 8 mois) et au 1er je me felicitais de mon education bienveillante. Mais a l’arrivee du 2nd et de la colere/ jalousie du 1er, tout s’est effondre. J’ai meme casse une porte (aux USA, elles sont creuses, mais tt de meme!). Et un jour, j’ai commence a taper sur mon fils, a lui crier dessus, a le bousculer violemment. Avec 3, je m’en sors pas, meme etant aide par une jeune fille au pair. Je compte suivre des ateliers gordon, mais bon…. Puis-je en attendre une solution miracle?
    Mon fils aine est devenu resistant-frondeur , l’impression d’avoir un ado en face de moi! Sous l’etiquette de la timidite, il a developpe un serieux doute vis a vis des adultes. Et je devine maintenant qu’il ne peut deja pas se fier a sa mere, alors a d’autres adultes!? (une minute je suis en mode maternage proximale, la minute suivante… Lionne enragee!) Mon second est tres colerique, du moins l’etiquette qu’on lui a donne.

    Enfin, votre video tombe a point nomme: je reviens de vacances chez mes parents. Mon pere, faisait subir a mon frere avant moi des violences physiques (comme celles que je fais) par exasperation du comportement ne se pliant pas comme souhaite a son autorite excessive. Ma mere, n’a jamais su ou pu nous materner, mais elle nous assommait de reproches. Le mieux que l’on pouvait esperer etait l’indifference et donc une soit-disant liberte. Le tout dans une atmosphere d’engueulades parentales perpetuelles. Depuis, mon frere, a la quarantaine, ne travaille pas, vit comme un ours, coupe du monde et plein de colere.

    Pendant ces vacances, j’ai compris que si, MOI, je ne changeais pas, alors, je serai comme ma mere (et ma grand-mere) avec la violence de mon pere et mes enfants potentiellement comme mon frere. Plutot que de chercher des « excuses » dans des maladies psychiques quelconques, le mal vient peut-etre tout simplement de notre mode de communication familiale que JE dois changer pour le bien-etre de ma famille, mon couple et moi-meme.
    J’ai donc tres hate d’ecouter la suite, de ne plus faire pleurer mes enfants mais de leur etre cette vraie epaule supportrice et consolatrice pour eux. De redevnir une maman et epouse rayonnante et joyeuse.

    Avec tout mon espoir,
    Maguelonne

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Maguelonne,
      Vous ne pouvez pas savoir comme vous m’avez touché avec votre sincérité et la profonde souffrance que je sens au fond de vous ainsi que ce désir sincère d’en finir en étant lucide sur le fait que le passé se répète si l’on n’y change rien.
      Vous avez raison, rien ne change quand on cherche des réponses à l’extérieur de soi.
      Vous avez connu la violence, vous la reproduisez et vos enfants la reproduisent à leur tour pour votre plus grand désespoir.
      Ne vous découragez surtout pas, c’est pour des mamans comme vous que j’ai créé ce programme, je vous en dis plus dans les prochaines vidéos.
      Avec affection et bienveillance,
      NOémie

  • Nathalie

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonsoir Noémie,

    Étrange cette vidéo là maintenant sur ma route! j’ai deux enfants de 7 et 4 ans que j’ai essayé d’élever le plus possible dans le vrai sens du terme avec des tas d’outils de communication, de câlins, de présence, avec bien sur des colères de temps en temps, peu nombreuses mais pas piquée des vers, extrêmement violentes, genre tremper le visage de mon fils (le deuxième enfant!) dans la flaque d’eau qu’il avait laissé sur la moquette après avoir renversé une bouteille d’eau juste avant le coucher (l’heure fatidique de la journée!). Ce week end je craque grave! après les accouchements à la maison, le cododo, l’allaitement tardif, l’École à la maison, la communication douce, la patience à « toute » épreuve, et tout le tutti quanti, j’en ai MARRE!!! je suis bloquée dans mon corps, les épaules de plomb, tout me dit que je PORTE TROP de choses, que je SUBIS mes enfants et ma conscience de trop vouloir bien faire, plus ma culpabilité au final de ne pas faire aussi bien que j’aimerais. BREF!!! DUR DUR DUR, JE SOUFFRE, JE LES AIME ET JE REVE D’HARMONIE SANS EFFORT SANS CETTE IMPRESSION DE DONNER TOUT LE TEMPS; Travail sur soi dites vous ? voilà 15 ans que je travaille sur moi, toutes techniques confondues jusqu’au chamanisme pour aller voir mes monstres intérieurs… vie sentimentale ? je suis la victime de mes amants! Vie amicale ? je DONNE je DONNE je DONNE. Vie pro ? ok ca va à peu près.
    Alors si vous avez une recette miracle après ces 15 ans de travail sur moi intense et sincère, et bien je SUIS PRENEUSE MERCI
    En tout cas je suis à bout de quelque chose, je désire maintenant de la vraie DOUCEUR dans ma vie
    Bises du Coeur aussi ouvert peut il être à cette heure
    Merci pour votre lecture
    Nathalie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Nathalie,
      Il n’y a pas de hasard dans la vie ! Vous faites beaucoup pour vos enfants, mais que faites vous pour vous ?
      Quant à votre travail sur vous, j’ignore ce que vous avez fait mais j’ai une méthode adaptée à ce genre de problème et qui a déjà fait des heureux, je vous en parle bientôt.
      Merci mille fois pour ce partage et pour la lumière, elle se trouve au bout du chemin à condition de prendre le bon.
      Avec ma plus sincère affection,
      Noémie

  • Marianne

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bravo Noémie! ensemble nous allons bâtir un monde meilleur!!

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Tout à fait Marianne, c’est tout le but ! Affection,

      Noémie

  • Aude

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    Je suis bien d’accord avec votre analyse. Le changement c’est moi-même.

    Je ne partage juste pas le point sur la législation : je pense qu’il est utile de légiférer sur la violence contre les enfants, et de le faire intelligemment de manière à informer les parents sur d’autres manières de faire. C’est un premier pas qui évitera des maltraitances, comme le montre l’exemple de la Suède qui a légiféré sur ce sujet il y a plus de 20 ans (même si je pense qu’un changement de soi est absolument nécessaire).

    Personnellement ce qui m’a aidé, m’aide et m’aidera, c’est ma thérapie (sophro-analyse) faite avant mon premier enfant, et un outil fabuleux pour se débarrasser de ces répétitions de schéma que sont les constellations familiales.

    Je n’ai pas encore de 2eme enfant alors pour l’instant tout va encore bien 😉
    Belle continuation et je suis curieuse de voir la suite pour connaître vos outils

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Aude,
      La Suède n’a pas le passé de la France. Nous sommes le pays d’Europe le plus sévère, il me semble que l’on ne peut pas comparer des modèle d’éducation aussi opposés. En revanche, je maintiens mon opinion, je ne pense pas que la répression dissuade les parents qui agissent de manière automatique c’est à dire sans arriver à se contrôler. Quand c’est plus fort que vous, c’est plus fort que vous !
      Il y a deux attitudes face à nos schémas : reproduire un scénario ou vivre le contre scénario. Dans en cas comme dans l’autre c’est toujours vivre en fonction du scénario et seul un travail sur soi avec de bons outils permet de se sortir de ce cycle infernal de répétions.
      Je vous remercie de votre témoignage et je vous en dis plus dans quelques jours.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Céline

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    Pour ma part, la prise de conscience a eu lieu, et vous lui donnez plus de relief. La parentalité bienveillante nous renvoie de toute façon à nos parents (quels codes, éducation, schéma, règles utilisaient-ils? et qu’est-ce que ça a donné?).
    J’aspire à continuer ce travail sur moi pour accompagner au mieux mes enfants et savoir leur transmettre cet amour inconditionnel. J’attends donc la suite avec intérêt.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Céline et merci.
      Vous avez raison, nous sommes le fruit d’une éducation, difficile de faire autrement quand on a qu’un modèle. Toutefois rien ne résiste à la volonté et à un désir ardent, le premier pas consiste à en prendre conscience ce que vous avez déjà accompli. Cela peut vous sembler dérisoire mais croyez moi, c’est déjà énorme.
      La suite va vous passionner.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Lydia

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour Noemie,
    Merci pour votre video mais concretement je ne sais pas comment faire pour y parvenur. Pourriezz vous nous l expliquer svp? J attends des explications plus concretes.
    Merci .

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Lydia,
      Je vous remercie et je vous en dis plus dans les prochaines vidéos.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Elo nature

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour, bravo et Merci Noemie pour cette vidéo!!

    Elle entre en totale raisonnance avec ce que je pense en ce moment! J’ai eu trente ans cet été, je suis maman de 2 enfants et ma vie était à l’opposé de tout ce que j’aurais pu imaginée avant d’avoir mes enfants…
    J’ai bcp lu (dont un livre de Christine Lewiki, j’arrête de râler sur mes enfants et mon conjoint), j’ai regardé des conférences, et j’ai constaté sue j’eprouvais bcp des difficultés au niveau de la gestion de mes émotions… J’ai commencé une thérapie, je suis justement entrain de travailler sur mes blessures de l’enfance, je vois mon comportement ce transformer, c’est fantastique, j’ai même du mal à y croire!! Toute fois, maintenant que j’ai pris conscience de certaines blessures de mon enfance, je culpabilise parce ce que je m’aperçois que j’ai transmis (surtout à mon aîné de 6ans) à mes enfants lemmême modèle éducatif que j’ai reçu.. Et ça me fais profondément culpabiliser, je m’aperçois que mon aîné manque confiance en lui, et présente les mêmes difficultés relationnels que moi.. (Même si je vois une petite amélioration depuis le début de ma thérapie)
    Pensez-vous qu’en faisant ce travail sur moi je puisse réparer par la même les blessures que j’ai infligé à mes enfants? Pouvez vous me conseiller svp?
    Je vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à m’a demande, je vous félicite, je vous encourage dans votre démarche, c’est fantastique!!
    Elo

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Elo,
      Vous êtes une bonne maman comme beaucoup d’autre qui se préoccupe du bonheur et du bien-être de ses enfants et je vous félicite mais je vais vous gronder car il semble qu’une information vous ait échappé : ne culpabilisez pas ! Je sais c’est facile à dire mais je vais vous dire un secret : si vous voulez instaurer la bienveillance avec vos enfants il faut que vous le soyez avec vous-même !
      Les autres secret je vous les livre dans les prochaines vidéos.
      Pour ce qui est du travail que vous faite, s’il est efficace il aura des répercussions sur tout ce qui vous entoure car c’est vous qui changez et tout change.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

      • Elo nature

        Reply Reply 6 novembre 2014

        Merci infiniment…
        Oui, pour ma part, je m’aperçois des premiers changements, mais j’ai conscience, que la route est encore bien longue…
        En tout cas, je vous encourage dans votre démarche: votre message est essentiel!! Je vous souhaite bcp de réussite et j’ai hâte de visionner les autres vidéo!!
        Merci!
        Elodie

  • Jasmine

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonjour,
    mes enfants sont assez grands maintenant 12,14 et 16 ans. Je regrette beaucoup certaines périodes où je criais sur eux, où j’étais énervée, où le quotidien prenait tout mon temps et que je me pliais en 4 pour en donner à chacun quand même mais d’assez mauvaise qualité. Je regrette surtout parce que j’ai mis en eux des émotions négatives, un ressenti négatif. Mais j’y crois encore et j’ai envie de changer, de mieux gérer et j’espère pouvoir réparer, en en parlant, pour ne pas qu’il y est répétition quand ils seront parents à leur tour. Ceci dit dans une famille, on est la plupart du temps 2 et malgré quelques essais, je n’ai pas convaincu mon mari à réfléchir à l’éducation, à la transmission et à la façon de transmettre, et surtout à se remettre en question… ça m’attriste… Alors je cherche. je vous avoue que cette vidéo ne m’a rien appris j’attends donc la suivante avec impatience..

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 4 novembre 2014

      Bonsoir Jasmine,
      Je vous remercie de votre commentaire très touchant. Il n’est en effet jamais trop tard pour bien faire et comme je le dis toujours : c’est vous qui changez et les choses changent vous ne pouvez pas savoir à quel point (même votre mari ne pourra faire autrement que de baigner dans la nouvelle énergie que vous diffuserez). Il ne faut surtout pas vous préoccuper de ce que fait votre mari, s’il voit que vous changer positivement croyez moi, il s’empressera de vous demander des conseils et de mettre en pratique à son tour. Lorsque vous changez tout change autour de vous, c’est magique !
      Je vous en dis plus dans les autres vidéos.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • sandrine

    Reply Reply 4 novembre 2014

    Bonsoir, merci pour cette vidéo.
    Je pense avoir eu une enfance heureuse je n’ai manqué de rien.
    mes parents ont toujours été là pour moi.
    J’ai le souvenir d’une maman exigeante et pas démonstrative en affection mais aimante…
    Je pense être une maman bienveillante en tout cas je fais le maximum mais j’ai conscience de reproduire cette exigence et je n’arrive pas à m’en défaire ! « c’est plus fort que moi » !!!
    surtout avec mon ainée (je suis moi même l’ainé de ma famille)
    malgré cette prise de conscience comment puis je faire pour arrêter ?
    Car parfois j’en demande trop à ma fille (résultat scolaire, rangement de sa chambre,hygiène, politesse…)
    lâcher prise ? mais que c’est difficile d’aller contre ces pulsions…
    Merci

  • Barbara

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonsoir, Noemie,

    La mort très récente de mon père remue beaucoup de choses en moi dans la mesure où elle éclaire d’une nouvelle lumière, que je me suis cachée jusqu’à ce jour, ma relation de couple. Il me semble en effet que toutes les qualités qu’avait mon père et qui ont été maintes fois louées ces derniers jours, mon conjoint en est en réalité dénué, et je commence à douter de lui. Peut-être est-ce une réaction normale après le décès d’un proche, et notamment la mort du Pater Familias ?
    A part quelques mémorables fessées, je n’ai aucun souvenir de violence, qu’elle soit verbale ou physique envers moi, ma soeur ou ma mère. Au contraire, nous avons toujours été une famille très unie et aimante, une maman câline et douce, un papa généreux et attentionné. Notre perte récente est particulièrement douloureuse.
    Mon compagnon, en revanche, est d’un tempérament impatient, tourmenté et parfois violent : les disputes avec lui sont de véritables tornades qui vous laissent aussi meurtri que s’il avait frappé (il ne m’a jamais touchée). Si ses humeurs se manifestent heureusement beaucoup moins fort et beaucoup moins souvent envers nos enfants, je reste en revanche persuadée que ma colère à moi, celle qui fait que je m’énerve contre les enfants parfois jusqu’à la gifle, en tout cas en HURLANT parfois, c’est lui, et non mes parents, qui en est à l’origine.
    Est-ce possible ?

    En tout cas, vivement la suite. Merci à vous

  • Alexandra

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonsoir Noémie,

    Comme d’autres personnes j’ai eu une enfance difficile, précaire en amour…
    Je souhaite plus que tout autre chose au monde, de ne pas faire souffrir mon enfant comme j’ai souffert du manque d’affection, de reconnaissance malgré cela, j’échoue, plus ces dernier jours, puisque mon fils commence à laisser les couches et parfois il y a des accidents, j’évite faire de commentaires, mais parfois je suis tellement en colère que je ne peux pas le regarder, je l’ignore et quand il me cherche le regard (si doux si tendre) ou cherche à me faire un bisous, je part , je me renferme dans ma chambre et je crie dans l’oreiller, autre fois je me suis donne des tapes sur le visage jusqu’à me laisser les joues rouges et autre fois je me suis mordu la main, cette main qui voulait donner une fessé.
    Je sais que je ne suis pas un monstre, je sais que je mérite d’être aimée et que je le méritais étant petite, je sais dans ma tête que je dois me pardonner et être reconnaissante pour tout ce que je suis, tout ce j’ai: j’ai un fils magnifique, et un mari attentionné et tendre, je suis une bonne personne mais hélas je ne sais pas quoi faire avec cette colère qui m’envahit de plus en plus souvent.
    Au secours!
    Il y a 8 ans j’ai lu à Louis Hay et cela m’a sauvé, ma vie à changé et j’ai pris conscience de tout mon potentiel, cependant maintenant avec le rol de mère je ne sais plus, je suis comme bloquée.
    Je serai ravie de voir les prochains vidéos.
    Merci.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonjour Alexandra et merci pour cet émouvant partage qui transpire la sincérité et la volonté d’en finir pour donner à votre enfant le meilleur de vous-même.
      C’est pour des gens comme vous que j’ai créé ce programme et vous constaterez bientôt que c’est possible à condition d’avoir la bonne méthode.
      je vous en dis plus dans mes prochaines vidéos.
      Avec ma plus sincère affection,
      NOémie

  • danjou

    Reply Reply 5 novembre 2014

    bonjour Noémie
    Je suis actuellement en train de faire un travail sur moi. J ai découvert depuis quelques jours la communication non violente et la parentalité bienveillante. J élève seule ma fille de 2 ans et demi. Un ami a moi a passé une semaine dans notre maison et je pense qu’ elle aurai aimé que ce soit son papa. Son père l a vu a sa naissance et 2 jours quand elle avait 3 mois. C est dur pour elle de ne pas avoir d image de son père même si elle a des contacts téléphoniques .Aussi pendant que mon ami était là et depuis elle est très en colère. Elle fait des crises a la moindre contrariété. Je commence a peine a mettre en application ma bienveillance et une autre forme d écoute. Je vois souvent mes parents et ma fille a son grand père comme image paternelle mais eux aussi étaient des victimes.. Ce n ai pas facile de tout de tout aplanir en même temps ,mon éducation la sienne et celle de son père qui lui fait défaut. A part çà ma fille est très épanouie et joviale avec un caractère bien affirmé et elle manifeste comme elle peut quand elle n est pas bien. Aussi je voudrais faire de mon mieux pour que l’ on se comprenne de mieux en mieux et qu’ elle puisse se sentir complète malgré l absence de son papa. C est pour cela que je veux aller plus loin dans ma démarche. Merci

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonjour Nathalie,
      Surtout n’anticipez pas ce que vous jugez comme étant un problème, accueillez les émotions de votre enfant quand elles se présentent en la prenant dans vos bras (même si elle se débat en lui parlant doucement à l’oreille en nommant ce qu’elle ne peut pas dire. Par exemple : tu es en colère, tu es furieuse, tu es contrarié en expliquant pourquoi à sa place, et vous verrez elle s’apaisera. Ce qu’il faut c’est laisser cette colère s’exprimer sinon elle reviendra plus violemment la fois suivante.
      Je sais que les enfants ont des périodes d’affirmation à certains âges, je ne suis pas experte de la petite enfance. Moi, j’aide les parents et vous ne parlez pas de votre colère à vous ! Ce sont les colères des parents que je peux accompagner.
      Merci pour ce partage.
      Avec affection et bienveillance,
      NOémie

  • louchette

    Reply Reply 5 novembre 2014

    bonjour Noémie,

    je viens de passer une demi-heure à rédiger un message où, comme les autres internautes, j’avais décidé de me « livrer ». Malheureusement, le lien n’a pas fonctionné. Tant pis! Je vous remercie juste pour cette vidéo car je n’ai jamais lu de tels témoignages et une telle sincérité ailleurs. Je crois que vous réussissez à briser un tabou et permettez aux gens de se libérer. Merci pour ça! Je reposterai peut-être un autre message si j’ai le temps mais le précédent m’avait déjà fait beaucoup pleurer…

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir,
      C’est curieux cette histoire de lien…mais vous êtes là et ce n’est surement pas par hasard.
      N’hésitez pas à poster un autre commentaire si vous en ressentez le besoin. COmme vous l’avez constaté, vous êtes dans un cercle de gens protégé de gens qui partagent vos souffrances. Ici nous ne jugeons pas, nous compatissons et nous observons une bienveillante attention à toutes ces mamans qui ne veulent qu’une chose : offrir une jolie vie à leurs enfants.
      Merci de contribuer à faire avancer la cause et à libérer la parole et à exploser les tabous.
      Avec ma plus sincère affection,
      Noémie

  • Géraldine

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    Merci beaucoup pour cette vidéo.
    J’ai, durant mon enfance, manqué de reconnaissance et de démonstration de tendresse de la part de mon père. Cela a pour conséquence un énorme manque de confiance en moi qui m’empêche de m’épanouir dans ma vie professionnelle (j’ai toujours l’impression que l’on est insatisfait de mon travail, que les autres savent tout et que je ne sais rien) et ma vie privée. Je ne vais pas à fond dans mes projets personnels et je baisse facilement les bras.
    Je ne veux pas que mes enfants soient comme moi et j’essaie de tout faire pour les rendre autonomes, et leur montrer mon amour. Un amour fait de respect et de tendresse, mais pas un amour qui cède à toutes leurs exigences.
    Malgré mes efforts, je constate que mon aîné se complait à demander à être aidé pour tout et pleure pour un rien. Cela m’agasse et m’attriste. Je sens souvent que je perd mon calme, et que ma colère s’exprime sous forme de cris (et parfois de pleurs) que je regrette aussitôt.
    Je serais ravie d’avoir des outils qui me permettraient de mieux gérer mes émotions, et ne pas laisser ma colère tout emporter sur son passage.
    D’avance, je vous remercie pour vos conseils.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Géraldine,
      Si vous voulez transmettre de la confiance, il faut que vous en ayez. Si vous souhaitez donner de l’amour il faut vous aimer. Si vous souhaitez vivre en paix il faut le décider et appliquer une méthode.
      Cela vous demandera du courage et de la volonté car il n’est pas toujours facile de se confronter à son passé mais le jeu en vaut la peine car la récompense est supérieure à tout ce que l’on pourrait espérer.
      Je vous en dis plus dans la prochaine vidéo et je vous remercie de votre touchant partage.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Estelle

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour,
    comme vous le dites, j’ai lu des livres, consulter ce blog pour essayer de trouver des solutions et éviter d’avoir recours aux tapes sur les doigts et aux cris. Je suis impatiente et me met très souven en colère. Je crie, m’énerve et je vois bien que mes deux enfants ne comprennent rien à mon comportement. Je sais que leurs comportements ne sont que le reflet de ce que je leur montre et comme vous le dites, ca me rend coupable. Je me sens « nulle » car il n’est pas possible de s’emporter aussi facilement. Ce amtin, je les habille, ils son prêts à partir et ce mette à courir dans la maison et mettant de la terre partout. Je me suis emportée en leur criant dessus… Je m’en suis voulue la seconde d’après mais le mal était fait. Pour eux et pour moi… ce sentiment de culpabilité est difficile à porter. Oui, je reproduis le schéma familial. Mon père était très soupe au lait et s’énervait très rapidement. Je m’étais promis d’éviter tout cela mais je n’y arrive pas. Je souhaite qu cela change et je vais m’y atteler en essayant de comprendre ce qui se passe en moi.Je suis d’accord avec vous, ce n’est que de notre fait. Pas celui des autres ou de la situation. je pense cependant que son conjoint doit aussi participer… j’attends la prochane vidéo. merci

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Estelle,
      Vous êtes très lucide sur votre situation ce qui la rend encore plus douloureuse mais de grâce ne culpabilisez pas. Dites vous simplement que vous ne pouvez pas donner ce que vosu n’avez pas vous même reçue et que vous aller mettre tout en oeuvre pour y parvenir le plus rapidement possible.
      Pouvez vous me parler en Russe ? La réponse est sans doute non. POurquoi ? Parce que vous n’avez pas appris cette langue. Vous avez appris la colère, vous ne pouvez transmettre la bienveillance à vos enfants.
      La différence c’est que vous pouvez apprendre le Russe pour le parler comme vosu pouvez apprendre la bienveillance mais vous ne saurez pas l’appliquer car votre colère est automatique, elle ne vous laisse pas le temps de prendre du recul sur la situation. C’est comme si l’on appuyait sur un bouton, vous démarrez au quart de tour.
      Je vous en dis plus dans quelques jours et je vous remercie pour ce partage.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Dorothée

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour,

    Je découvre aujourd’hui votre vidéo ainsi que ce blog et vous remercie pour votre témoignage ainsi que l’existence de ce site qui permet à des mamans comme moi de ne plus sentir folle et seule!!!
    J’ai eu une enfance aimante, mes parents étaient très démontratif et s’aimaient beaucoup en revanche pour nous ils n’étaient pas du tout patient et la règle d’or était « fais ce que je te dis mais ne fais pas ce que je fais » (surtout pour mon père qui est je pense un pervers narcissique) Ils ont divorcés 2 fois (j’avais 7 et 14 ans)
    J’ai eu mon premier enfant à 28 ans avec un homme tout aussi pervers et narcissique que mon père mais il était en plus violent à l’extrême…
    Ma période la plus heureuse de ma vie à tout les niveaux c’est quand on s’est retrouvée seule ma fille et moi jusqu’à ses deux ans, j’étais bienveillante envers elle, patiente, à l’écoute et communicative.
    Et puis j’ai rencontré un homme et nous avons maintenant 2 enfants en moins de trois ans, pour ma seconde j’ai été très stressée et après sa naissance, j’ai basculé très vite dans l’agressivité, l’impatience, la colère et la dévalorisation avec ma plus grande. J’ai consulté un psy qui ne m’a pas aidé, j’ai sombré dans le burn out et suis retombée enceinte d’un petit garçon!
    Aujourd’hui en voyant votre vidéo, c’était comme si vous parliez de moi, je sais que je ne fais pas ce qu’il faut tout en sachant que c’est moi le problème et je fais souffrir tout le monde à la maison!
    Ce qui me déchire le plus de savoir que ma grande n’est pas heureuse et que je n’arrive pas à me contrôler alors que je suis de nature à vouloir tout contrôler justement, que tout aille vite et que tout soit comme je l’ai décidé!
    Pourtant je lis beaucoup de livres sur la parentalité positive, suis de très bon conseil pour mes amis mais incapable d’identifier la source de mon problème pour agir au mieux!
    Dans l’impatience de voir vos prochaines vidéos pour m’éclairer sur ce que je dois mettre en pratique pour être en paix avec moi même et du coup avec ma famille!!!
    Merci

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Dorothée,
      Que de courage il vous a fallu pour vous liver, bravo et merci.
      Nous revivons les mêmes chose tant que nous ne comprenons pas que le problème ne vient que de nous. Vous l’avez compris, vous avez donc franchi la première étape. Maintenant, j’ai une méthode qui permet de se libérer de nos schémas du passé. Cela demande de la détermination, de la volonté et du courage.
      Mais c’est possible car si j’y suis parvenue, vous le pouvez vous aussi.
      Je vous en dis plus dans quelques jours.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Helene

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour Noemie et Merci pour cette super video

    Je suis desolee pour vous que vous ayez eu une enfance difficile mais je dois aussi dire que c’est aidant de vous entendre en parler.
    De mon cote j’ai eu des parents aimants, qui nous le montrait a ma soeur et moi quand tout allait bien…. Mais des parents (une maman surtout) tres strictes, rigides et exigeants. Ma soeur et moi etions plutots tres sages par peur d’etre punies et surtout de decevoir (plus les exigences sont elevees plus il est facile de decevoir et aucun enfant n’aime decevoir ses parents). Nous avons recues des fesses, des claques et des coups de pieds dans le derriere quand nous « depassions les bornes » (insolence, rebellion…). Les autres punitions pouvaient etre des privations (desserts, sorties, argent de poche) ou des obligations (lignes d’ecritures, menage, reparations).

    Bien qu’enfant nous considerions cela comme normal, j’ai bien conscience maintenant que ce sont des violences educatives et que cela a profondement affecte notre caractere et notre facon d’interagir avec les autres. Pour ma part je suis timide, peu de confiance en moi et ai tendance a me conformer a ce que les autres disent meme si toutes ces caracteristiques s’estompent de plus en pluas avec l’age.

    Aujourd’hui j’ai 30 et 3 enfants de 5 ans, 3 ans et 9 mois. Je suis beaucoup plus souple avec eux (du moins j’en ai l’impression) que ne l’etaient mes parents avec moi mais certaines fois c’est comme si quelqu’un appuyais sur un bouton et la je deviens comme ma mere. Il m’arrive de crier et taper mes enfants (plus souvent l’aine). C’est comme si un comportement en particulier chez eux declenchait chez moi une espece d’intolerence ayant pour consequence une rage sans non et un besoin de punir et de faire mal. Il me semble assez logique de me dire que j’ai encore des frustrations liees a mon enfance et qu’elles ressortent a ces moments la. Je travaille dessus sans beaucoup de resultats.

    L’autre jour mon fils aine m’a ennerve, j’ai reussi a ne pas le secouer ou frapper (j’etais plutot contente de moi) mais il s’est mis a pleurer quand meme. Du coup je me suis ennerve (de nouveau) en demandant pourquoi il pleurait (puisque j’avais reussi a ne pas le taper) et il m’a dit que je lui faisais peur…. Gloups. Ce n’est pas la 1ere fois que je m’en rend compte mais c’est la 1ere fois qu’il le formule… et c’est pas pareil.

    Bref je suis la plupart du temps assez « cool » meme si je suis a cheval sur la politesse et les manieres. Je laisse les enfants decider de beaucoup de choses par rapport a la liberte que j’avais etant petite, je zappe les petites choses qui m’ennerve mais qui n’ont pas d’importance, je ne culpabilise pas (ca ne fait pas avancer les choses), mais j’ai l’impression d’etre docteur Jekyll et Mister Hide….

    J’ai beaucoup apprecie votre video, elle confirme des choses que je savais deja et j’attend impatiemment la suite.

    Merci pour votre aide

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Hélène,
      Votre témoignage m’a ému aux larmes, c’est pour des gens comme vous que j’ai voulu sortir du bois et me mettre à nue devant vous pour tenter d’inspirer d’autres maman. Je veux vous dire qu’il est possible de sortir de cet enfer à condition de le vouloir et d’être déterminée à changer.
      VOtre comportement n’est qu’un miroir de ce que vous avez connu avec des nuances car comme vous en avez conscience vous tentez d’être moins sévère. Toutefois essayer de vivre le contre scénario c’est encore vivre en fonction du scénario.
      Le passé est une prison dont nous possédons toutes les clefs mais qui demande de la rigueur et de la volonté. Mais pour l’amour de nos enfants rien n’est impossible.
      Je vous en dis plus dans la prochaine vidéo.
      Encore merci du fond du coeur.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Hélène

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour Noemie,

    Je me sens moins seule maintenant que j’ai vu votre vidéo.. Je pensais que j’avais un problème.. et j’en ai un ! Mais mon cas n’est pas isolé apparemment. J’ai un petit garçon de trois ans et depuis que j’ai lu sur la parentalite bienveillante j’arrive à certaines choses mais récemment j’ai compris que c’était moi, mon comportement le problème. Aujourd’hui je suis allée chez une sophrologue, car faute de soigner les causes, je voudrais arriver à gérer cette foutue colère quand elle arrive. Car je peux être très virulente quand je suis très énervée et je le vis très très mal. Curieusement, il y a que contre mon fils que je me mets dans des état de colère ; alors qu’il compte tant pour moi! C’est mon trésor. Ces agissements sont un peu plus rare depuis que j’ai conscience que ça viens uniquement de moi, que c’est moi l’adulte et que c’est moi de gérer une situation. Mais je ne sais pas comment me débarrasser du problème . Dans mon histoire rien ne peux concrètement expliquer ces réactions ; mes parents ont divorcés quand j’avais 4 ans, mais je ne l’ais pas « mal vécu » j’avais ma grande soeur 🙂 C’est plutôt que les personnes avec qui mes parents ont refais leur vie s’en fiché pas mal de nous, mieux elles auraient préférés que nous n’existe ont pas. Et mes parents, chacun de leur côté n’ont pas su nous imposer (…) Enfin, il y des choses mais qui, pour moi, ne sont pas là cause de mes « colères faciles ». Aujourd’hui, je voudrais que ça change pour que mon fils ai une maman sécurisant, joyeuse, à qui il peut se confier et avec qui il a le droit à l’erreur. Une maman bienveillante quoi !
    Mais je dois rajouter que je n’ai suis pas un budget pour une psychothérapie.. Et puis ça serait un peu long pour que mon enfant en connaisse les bénéfices à 10,12 ans ! Alors que faire, comment agir ?
    Merci pour votre première vidéo et vivement la prochaine.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Hélène,
      Oui, c’était tout le but de cette vidéo, montrer à des mamans qu’elles n’étaient pas des monstres nulles et isolées. Et encore, je peux vous dire que moins d’une personne sur 100 laisse un message.
      Ce que je peux vous dire avec certitude Hélène, c’est que le divorce de vos parents à 4 ans N’A PAS PU ÊTRE BIEN VÉCU ! C’est impossible, c’est ce que vous croyez car les enfants se racontent des histoires pour moins souffrir c’est un système de défense qui s’appelle la résilience. Vous avez fabriqué une autre histoire pour survivre à cette douloureuse épreuve.
      Vous en voulez à vos parents d’avoir divorcé et de n’avoir pas su vous préserver. Voilà d’où vient cette colère. Mais ce que je vous dis n’est pas suffisant, pour faire le deuil de ce passé vous devez faire un travail pour guérir vos blessures.
      La suite de mes vidéos vous en apprendra davantage.
      Merci encore pour ce partage émouvant.
      Avec affection et bienveillance,
      NOémie

  • audrey

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour,

    Cette vidéo reflète tout à fait l’état dans lequel je suis ! elle arrive exactement au moment où je commence à arriver au même questionnement que vous ! j’ai hâte de voir les autres pour y puiser des sources concrètes d’action pour comprendre car c’est exactement où j’en suis en ce moment, j’ai acheté vos fiches, lu plein de livres de Mme filiozat et autres dans la même lignée, fait un atelier pratique sur le masque à oxygène, vais voir une psychologue mais je n’arrive pas à trouver la source de ma colère qui ne vient que contre mes enfants, je suis incapable de crier sur quelqu’un d’autre et je suis de plus en plus désemparée fasse à cette violence intérieure qui m’envahie quand elles ne répondent pas à mes demandes : je crie, je hurle, je suis brute dans mes mouvements, donne même des fessées et autour de moi on me dit que je suis juste une maman normale qui est débordée entre le travail et mon foyer, pourtant je sens bien qu’il y a une « autre façon » de faire sans être laxiste mais je n’arrive pas à l’atteindre car je n’arrive déjà pas à freiner cette colère. Quand je ne suis pas sous le stress de l’organisation quotidienne, cela se passe beaucoup mieux et j’arrive mieux à prendre du recul (sauf pour les disputes entre elles malheureusement, je bondi de suite) et à appliquer un peu de cette belle parentalité mais ce n’est pas toujours les vacances et malheureusement, je suis trop souvent en train de m’énerver car je suis débordée et je n’arrive pas à garder mon calme intérieur.Personne n’adhère à tout ça autour de moi, ni même mon mari qui dot ne pas avoir du temps pour, c’est bien triste car c’est maintenant que nos filles ont besoin de nous (8ans et 3ans). Dans quelques années, elles vivront leur vie et j’aimerai tant qu’elles soient épanouies et en phase avec leur émotions.  J’espère vraiment que vous pourrez nous éclairer. Merci en tout cas d’essayer.

    Audrey

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Audrey,
      Les enfants sont souvent un excutoire émotionnel pour leurs parents. On se retient toute la journée de dire aux autres ce que l’on pense, on subit et puis le soir on se décharge sur ceux que nous aimons le plus. C’est humain, pardonnez vous car vous avez le profond désir de changer et pour tout cela je vous félicite.
      Votre problème Audrey vient du fait que vous focalisez sur les besoins de vos enfants, mais qu’avez vous fait des votres ?
      Je vous en dis plus dans quelques jours car c’est pour des gens comme vous que j’ai conçu ce programme.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

      • audrey

        Reply Reply 12 novembre 2014

        Merci beaucoup Noémie d’avoir pris le temps de me répondre. Votre nouvelle vidéo est arrivée et je vais vite la regarder!
        Audrey

        • Noémie de Saint Sernin

          Reply Reply 14 novembre 2014

          😉

  • cloups

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    et oui pas facile d etre une maman parfaite…avec l arrivée de mon 1 er enfant agé aujourd hui de 3 ans, on s est posé beaucoup de questions avec mon mari sur l education…on ne s attendait pas du tout à ca en concevant notre enfant…le manque de sommeil, les hormones…agissent masi il y a biensur plus que cela…on se sent vite dépassé…on répèté sans cesse les memes choses, on n ose plus sortir car on crie, on se retient de taper…ou au contraire on explose de colère et la fessée tombe…peur du jugement des autres…soit on passe pour des parents trop permissif, trop cool, soit pour des gens violents…trop autoritaire…on souffre de notre image de parents imparfaits comme si nos parents avaient été parfaits eux! en tout cas en parlant avec des parents de nos ages, ou bouquinant ( Filliozat, gordon…), on se rend compte que le passé, le modèle de nos parents agit pour beaucoup sur nos actes d aujourd hui. pourtant je n ai pas été frappée souvent…au contraire, mais on peut dire que lorque le papa parlait on l ecoutait…ca facilitait le travail de la maman je pense…bref aujourd hui je suis parfois démunie devant les comportements de mon ainé de 3 ans : il tape, pousse son frere de 13 mois. meme si j explique qu il n y a pas de place pour la violence dans la famille…ca continue. je ne sais comment dire ou faire pour que ca change. parfois c est son petit frere qui le tape, et forcement à 13 mois c ets plus compliqué pour qu il comprenne…et par conséquent le garnd voit le petit taper donc tape aussi…bref c ets infernal…et il n y a pas que ca : l autorité n est pas toujours efficace! il obeit pas comme je voudrais…la derniere seance chez la kiné m a fait honte! il tapait dans le mur, a jeté son pantalon par la figure de la kiné…criait courait dans tous les sens…je ne savais plus quoi faire pour la raisonner…je lui ai proposer de prendre un livre et de s assoir…de venir sur mes genoux faire un calin, je lui ai demandait ce qu il se passait…rien y a fait…il se contrôlait plus et moi j étais demunie…en rentrant je l ai grondé très fort, tiré l oreille…j ai regretté…mais c était trop tard! alors j attends beaucoup de vos prchaines vidéos! une mere en congé parental parfois dépassée et revant de revenir au « travail » dans les moments difficiles!

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Sylvie,
      Vous n’avez pas été frappée souvent, mais vous l’avez été… Regardez comme vous minimiser. C’est un peu le problème avec les parents, comme un devoir de loyauté… C’est un mécanisme de défense que les enfants mettent en place et qui créent des blessures créant elles mêmes de masques qui nous font voir le monde, les autres et soi-même à travers des filtres qui déforment notre vision.
      Il est également probable que votre colère soit reportée sur votre compagnon de façon consciente ou pas. Vous lui reprochez de ne pas vous faciliter le travail car il n’a pas d’autorité.
      Je comprends et ressens votre profonde détresse mais comme vous le voyez à présent, vous n’êtes plus seule et je vous en dis plus dans le prochaines semaines.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • noélie

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    Merci pour ta vidéo, elle m’a fait beaucoup de bien. J’attends avec hâte la suite, dans les autres vidéos. Pour commencer j’ai vécu une enfance heureuse sans aucune violence, un manque d’autorité peut être.
    Je me suis mariée il y a 6 ans et nous avons eu deux enfants rapidement.
    Mon mari lui a été battu quand il était petit. Il supporte mal les pleurs des enfants et s’énerve rapidement avec les enfants. Quand à moi, je manque beaucoup de confiance en moi et de d’autorité (je pense que cela vient de mon enfance). Je mets souvent entre les enfants et mon mari, mais je suis également devenue très sur les nerfs avec les enfants à m’énerver pour un rien, à crier. je ne sais pas pourquoi je m’énerve autant sur mes enfants que j’aime tant. Je tente de mettre en place la discipline positive, mais comme vous le dites, je n’arrive pas à le mettre en place. Il y a quelque chose qui me bloque mais je ne sais as quoi. J’ai besoin de votre aide pour y voir plus clair et pouvoir enfin avancer et mettre en place la discipline tel que j’en ai envie.

    Voilà, merci de votre lecture. Merci encore de vos vidéos.

    Noélie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonsoir Noélie,
      La colère ne vient pas par hasard, elle est le fruit de votre passé. Il est probable que vos parents n’étaient pas violents toutefois, ils n’ont pas comblé un de vos besoins d’enfant. IL y a une colère contre eux que vous n’avez pas exprimé, reste à savoir laquelle.
      Il n’y a pas de parents parfaits, les vôtres n’ont visiblement pas réussi à développer votre confiance donc votre estime de vous-même. Le problème est surement à ce niveau.
      Ce programme devrait toutefois vous aider à y voir plus clair.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Cécile

    Reply Reply 5 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    Merci pour votre vidéo intéressante qui rappelle que le problème est d’abord en nous avant de venir des circonstances. C’est une chose que j’ai comprise et depuis plusieurs semaines je fais un travail psychologique pour essayer de comprendre pourquoi je m’énerve si souvent sur mes enfants (2 et 3 ans) et comment changer. Malheureusement je me sens démunie devant les désobéissances répétées de mon fils de 3 ans (il faut quand même se préparer pour aller à l’école, manger au repas et se coucher le soir, cesser de taper sur sa soeur et de lui prendre les jouets des mains…) Face à cela, je n’ai pour ma part connu que les punitions et j’en viens à me demander si la parentalité bienveillante est une bonne méthode d’éducation étant donné que je ne vois aucun résultat pour l’instant… Mon message est un peu un appel à l’aide car j’en suis presque à revenir aux méthodes ancestrales… Au secours !

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 5 novembre 2014

      Bonjour Cécile,
      Je vous remercie de ce touchant partage, ne vous découragez pas rien arrive par hasard et notre rencontre n’en est pas une, je vous en dis plus dans les prochaines vidéos mais pour vous répondre, vous l’avez compris les outils de parentalité sont très efficaces quand ils ne servent pas à gérer la colère des parents ! C’est tout le problème, en venant consulter ce site vous supposez que le problème vient de votre enfant et pas de vous. Ce n’est pas un jugement mais un constat et une erreur que nous commettons tous. La solution est en vous et vous verrez bientôt de quoi je veux parler.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Violaine

    Reply Reply 6 novembre 2014

    Bonjour Noémie et merci….
    vraiment hâte de voir vos autres vidéos.
    Ce que vous avez dit résonne en moi comme une évidence jamais cité…
    Et une remise en question total sur le fait que mon comportement n’est pas ce que je suis. Ouf et oulalala comment je vais mis prendre quand la colère arrive?? Oui je m’arrête pour me poser la question « d’où elle vient et qu’es ce qui l’a déclenche?? » mais pfff c’est duuuurrr surtout quand on est très fatiguée avec 4 enfants tout petit….**
    a très bientôt
    Très affectueusement
    Violaine

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 8 novembre 2014

      Bonjour Violaine,
      C’est donc que j’arrive au bon moment pour vous car le hasard n’existe pas.
      Bien entendu je schématise lorsque je dis qu’il faut se poser la question, il existe une méthode pour activer ce processus et croyez moi la fatigue et les 4 enfants ne seront pas un obstacle au contraire surtout si vous avez à coeur de vous en sortir.
      Je vous en dis plus dans quelques jours.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • catherine

    Reply Reply 6 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    J’ai regardé votre vidéo et maintenant je suis entrain de pleurer.
    J’ai pris conscience que je devais changer, moi et pas mes enfants…
    Tout ce que vous avez dit me touche profondément.
    J’ai vraiment hâte de voir la suite.
    Merci
    Bonne journée

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 8 novembre 2014

      Bonjour Catherine et félicitations,
      C’est déjà un grand pas d’être conscient que le problème ne vient que de nous-même. Vous venez de franchir une petite étape mais la route n’est pas si longue pour qui veut s’en sortir.
      Je vous en dis plus dans les autres vidéos et je vous remercie.
      Avec affection,
      Noémie

  • Julia

    Reply Reply 6 novembre 2014

    Bonsoir Noémie, j’avais mis hier mon témoignage via FB, mais je ne sais pas si vous l’avez vu, alors je le remets ici :
    Je sens souvent vis-à-vis de mes filles que je perd mon calme, que ma patience atteint vite ses limites, et que ma colère s’exprime sous forme de cris que je regrette aussitôt. La principale crainte que j’ai, serait que mes filles me prennent pour exemple et reproduisent ce comportement (ce que j’ai déjà l’impression de voir), et que d’une certaine façon elles soient traumatisées par cela. Je sais donc que rien ne s’arrangera, si je ne change pas moi-même. J’ai déjà commencé certains changements, en entamant une démarche de reconversion professionnelle afin d’exercer un métier dans lequel je pense pouvoir m’épanouir plus tard, mais d’autres contraintes arriveront également (fatigue, stress…). Je serais ravie d’avoir des outils qui me permettraient de mieux gérer mes émotions, et ne pas laisser ma colère tout emporter sur son passage.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 8 novembre 2014

      Bonjour Julia,
      Vous avez raison de le craindre car c’est souvent ce qu’il se passe. Vos enfants peuvent aussi retourner leur colère contre eux-même en se dévalorisant et en ayant une piètre estime d’elles-même.
      Ce n’est pas votre métier qui est en cause mais votre passé. Il est vrai que la fatigue et le stress n’arrange pas mais si c’est récurrent alors vous avez un vrai problème de fond qui ne se règlera pas en changeant des choses à l’extérieur (comme votre travail) mais à l’intérieur de vous (en trouvant la raison de cette colère).
      Pour les outils et la méthode, je vous en parle dans les prochaines vidéos.
      Merci de ce partage;

      Noémie

  • daph

    Reply Reply 6 novembre 2014

    Bonsoir et merci pour votre témoignage et ces mots pour prendre conscience.
    Je suis exactement dans ce cas.
    Au départ je ne voulais pas d’enfant car j’ai tellement souffert enfant que je ne voulais pas refaire vivre cela a un enfant.
    Puis la vie, l’amour, le mariage. . Et ma fille arrive.
    grosse claque et prise de conscience : qu’allons nous lui donner comme éducation?
    La réponse fut d’abord avec les « principes » entendus par ci et par là.
    Puis en pratique je n’avais pas envie de lever la main sur la chaire de ma chaire. Ce petit être qui a grandit en moi et dont j’ai pris extrêmement soin.
    j’ai donc commencer le maternage proximal.
    j’étais très attentive à ses moindres pleurs essayant de la rassurer.
    A 18 mois ma fille parle bien et rentre dans le terrible two. ..
    et je bascule. Je ne supporte pas qu’elle n’écoute pas qu’elle me contrari qu’elle veuille avoir le dernier mot.
    Le schéma que je craignais est en train de se jouer sous mes yeux. Et moi je crie, tape contre les murs.
    j’en arrive même à la jeter sur son lit.
    je suis à bout et pourtant si honteuse.
    Comme vous dites c’est comme si on appuie sur un bouton. Je suis en mode automatique. Rien ne m’arrête.
    Je suis rassurée car je vois que je ne suis pas seule.
    Il faut m’aider à me calmer.
    Je ne veux pas de ça pour mes enfants.
    Merci

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 8 novembre 2014

      Bonjour Daph,
      Votre message m’a beaucoup touché. Vous avez constaté que vosu n’étiez plus seule et c’est déjà une occasion pour vous de ne plus vous voir comme un monstre mais comme un être qui souffre car vous ne pouvez pas faire autrement. Vous l’avez bien compris vous avez un programme en vous qui quand il est activé déclenche votre colère.
      La chose très positive que je retiens de votre commentaire c’est que vous êtes à bout, que vous en avez vraiment marre et que vous êtes prête. Tout le monde ne l’est pas c’est donc un premier pas.
      Pour ce qui est de vous aider, je suis là et je vous en dis plus dans les autres vidéos.
      Avec ma plus sincère affection,
      Noémie

  • Clarisse

    Reply Reply 7 novembre 2014

    Bonjour et merci. J’ai deux enfants, l’un de presque 3 ans et l’autre de 8 mois. J’avais toujours réussi à être bienveillante avec mon aîné et nous étions très complices. Mais depuis 15 jours, il brave tous les interdits, systématiquement et je me mets dans un états!! Je me retrouve avec une énorme colère que je ne parviens pas à canaliser, et cela fait deux fois que je lui tape la fesse, alors que je m’étais promis de ne jamais le faire. Effectivement je me fais peur et ça m’angoisse beaucoup. Je me déteste comme ça. J’habite à l’étranger et je suis à la maison. Je garde mes enfants tous les jours et la plupart du temps j’aime cela. Mais parfois pendant quelques jours je suis extrêmement irascible. J’ai eu un enfance heureuse et des parents très bienveillants. Mon père faisait des colères énormes mais elles n’étaient jamais dirigées contre nous, toujours sur des objets inertes et surtout contre lui-même finalement. Ils n’ont jamais levé la main ni sur moi ni sur mon frère. Je n’ai donc même pas cette excuse. Par contre, je vois bien que depuis quelques temps je crie sur mon grand et qu’il s’est mis à crier sur sa soeur, sur le chien et à lui donner des coups de pieds! Je panique. Il faut que je trouve le moyen d’enrayer ce cercle et de changer mon attitude. Merci pour vos prochaines vidéo.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 8 novembre 2014

      Bonjour Clarisse,
      C’est incroyable ce que vous dites, j’aimerai que vous relisiez vos mots. « Vous avez eu des parents bienveillants et une enfance heureuse avec un père qui faisait des colères énormes. » Un enfant n’est pas heureux quand son père hurle, il a très peur et un père n’est pas bienveillant s’il crie. Je ne condamne pas vos parents, il n’y a aucun coupable à trouver simplement à oser regarder en face cette loyauté d’enfant qui vosu empêche d’être en colère car vous lui trouvez des excuses. Cette colère est celle que vous n’avez sans doute jamais exprimé à vos parents et j’aimerai beaucoup vous aider à comprendre comment votre schéma s’est mis en place et pourquoi vous en êtes ici maintenant.
      Mon conseil en attendant : déculpabilisez vous sinon vous ne changerez pas et prenez aujourd’hui la ferme décision de tout mettre en oeuvre pour en finir définitivement.
      Merci de votre commentaire très touchant et de vos courageuses confidences.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • bourdoiseau

    Reply Reply 9 novembre 2014

    Merci pour cette video. Je me suis toujours dis que j’étais la cause de son comportement (mon fils de 3 ans) agressif et colérique vis à vis de moi. J’ai essayé plein de méthode et il m’arrive finalement de « déraillerer » en criant car il n’obeit sur rien, chaque seconde est une négociation, une lutte, un combat, une confrontation…bref, qui peut supporter ça ? Nous sommes tres proches, j’ai l’impression d’être trop patiente mais ça ne change rien…Les conséquences sont la souffrance profonde, voir ne pas etre capable et surtout voir souffrir son enfant, la peur qu’effectivement cela puisse avoir des consequences mportantes sur sa vie. On est plein d’un amour que l’on arrive plus à partager. La fatigue et l’epuisement physique et psychologisue car on est de cesse à analyser tout ce que l’on fait , puisque tout semble difficile. Cela cree un reel isolement ca r personne ne peut comprendre, d’autant que l’on a l’imprssion que les parents autour de nous sont « parfaits » avec des enfants « parfaits » . Si rien ne change, je risque le burn out.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Vous n’avez pas à vous en vouloir et votre enfant n’est pas plus difficile que ceux des autres et je vous assure qu’il n’y a pas de parents parfaits cela n’existe pas il y a juste des parents qui n’ont pas vos blessures et qui n’ont pas besoin de la colère c’est tout. Affectueusement et au plaisir de vous accompagner

  • Rym

    Reply Reply 9 novembre 2014

    Bonsoir

    Merci pour votre vidéo. Ravie d avoir appris qu on n est pas coincé dans un caractère que ce ne sont que des habitudes.
    Le comportement que j aimerai change( que je tiens de ma mère):
    Quand mes enfants sont malades je les culpabilise c est plus fort que moi avec un discours du style: tu aurais du mettre ton écharpe, tes chaussons, te couvrir davantage… Je ressens même une certaine gêne ou honte à dire à mes proches que mes enfants sont malades comme enrhumés, angine…. j ai déjà progresse en laissant ma fille se gérer quand elle a chaud je ne la force pas a garder un gilet…
    Si je ne change pas mes enfants ressentiront ce que je ressens ( hinte ou coupable d être malade) et auront le même discours avec leurs enfants….
    Merci d analyser ce comportement… J attends votre prochaine vidéo pour savoir comment se défaire de nos habitudes

    • Rym

      Reply Reply 18 novembre 2014

      Bonsoir
      Merci pour votre vidéo. Ravie d avoir appris qu on n est pas coincé dans un caractère que ce ne sont que des habitudes.
      Le comportement que j aimerai change( que je tiens de ma mère):
      Quand mes enfants sont malades je les culpabilise c est plus fort que moi avec un discours du style: tu aurais du mettre ton écharpe, tes chaussons, te couvrir davantage… Je ressens même une certaine gêne ou honte à dire à mes proches que mes enfants sont malades comme enrhumés, angine…. j ai déjà progresse en laissant ma fille se gérer quand elle a chaud je ne la force pas a garder un gilet…
      Si je ne change pas mes enfants ressentiront ce que je ressens ( hinte ou coupable d être malade) et auront le même discours avec leurs enfants….
      Merci d analyser ce comportement… J attends votre prochaine vidéo pour savoir comment se défaire de nos habitudes
      Je voulais avoir votre avis…ou une piste mais mon message attend votre reponse

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Cela doit remettre en cause votre rôle de maman. Qu’est ce que cela vous fait d’avoir des enfants malades ? Que pensez vous des parents qui ont des enfants malades ? J’espère que les autres vidéos vous auront aidé.

  • anneclo

    Reply Reply 10 novembre 2014

    Bonjour,

    Quand allez-vous mettre en ligne les vidéos SVP

    Merci beaucoup par avance

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Elles le sont sur ce site après inscription. Merci

  • audrey

    Reply Reply 10 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    J’ai 32 ans et je suis maman d’un garçon de 11 ans et d’une fille de 2 ans. J’avais une mère qui était tombée très malade physiquement et psychologiquement après avoir perdu un enfant à terme de sa grossesse qui aurait dû être mon petit frère. Mon père était très violent physiquement et verbalement avec nous deux, il battait régulièrement ma mère (déjà quand elle me portait dans son ventre) et lui hurlait dessus avant qu’elle perde l’enfant. Après il a arrêté physiquement mais a continué de la rabaisser, la dévaloriser, et la mépriser avec les mots. Il nous commandait toutes les deux, nous devions penser comme lui et tout devait fonctionner dans son sens à lui jusqu’à la disposition des meubles. Ils m’ont gâché mon enfance, dégoûté de la vie, empêché d’avoir la joie de vivre. En échec scolaire et sociale, j’avais des pensées suicidaires depuis l’âge de 12 ans. Malgré que je me suis juré de ne jamais lever la main sur mon fils ça m’est quand-même déjà arrivé peut-être très rarement mais j’aurai préféré que ça n’arrive jamais. Je suis comme vous partie tôt de la maison dans le but de fuir cette sale vie, mais je n’étais pas plus heureuse pour autant. Mon conjoint, le papa de mes enfants avec qui je vit toujours actuellement m’a fait beaucoup souffrir également, en manquant d’empathie envers moi et en ayant lui aussi parfois des comportements agressifs et violents. Je crie et râle quotidiennement avec mes enfants, si je ne change rien je pense que je risque un jour qu’ils finissent par avoir la même attitude néfaste que moi, ou de m’en vouloir et de prendre leur distance avec moi. J’aimerai m’en sortir mais je n’y arrive pas pour l’instant. J’aimerai être une bonne mère bienveillante, patiente, calme et empathique. Pour l’instant j’en suis loin…

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Vous en êtes loin mais vous pouvez y arriver. Il faut vous pardonner votre comportement ce n’est pas de votre faute, vous avez beaucoup souffert et vous ne savez pas faire autrement comme vos parents n’ont pas su le faire avec vous. Je suis là si vous souhaitez me rejoindre afin que je vous aide à sortir de cet enfer.

  • anais

    Reply Reply 12 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    Votre vidéo m’a énormément touchée. Car j’avais l’impression que vous me parliez directement tant vos paroles sonnaient vrai chez moi.
    Je suis consciente que ma colère envers moi même et mes enfants vient de moi mais je ne sais plus quoi faire à partir de là.
    Je me suis remise en question et j’ai fait une introspection dans mon passé, mes parents se sont toujours disputé et parfois de manière assez violente.
    Je suis devenue une experte de la parentalité et de l’éducation, je lis tous les livres et articles qui me tombent sous la main. J’ai fait une formation en communication bienveillante et je me suis formée aussi en pédagogie Montessori, mais ça ne change rien concernant le contrôle de mes émotions.
    J’ai deux enfants, un de 3 ans et demi et un de 14 mois qui sont adorables mais ma colère et mon agressivité n’a fait qu’empirer avec leurs naissances. Je suis anti-fessée et je me surprend à en mettre, je ne veux pas me mettre en colère et être une maman douce et calme mais je crie souvent …
    Je suis arrivée à un point où je me sous estime grandement, je me trouve pathétique et je n’ai plus du tout confiance en moi. Ça joue beaucoup sur mon couple bien entendu. Je suis partie voir une psychologue, mais ça n’a rien donné. Je ne sais vraiment plus quoi faire.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 14 novembre 2014

      Re bonjour AnaÏs,
      C’est pour vous aider à savoir ce qu’il faut faire que je suis là. Vous avez en effet fait beaucoup de chose mais pas pour traiter votre problème et vos émotions??? Comme beaucoup de personnes !
      Moi je sais ce qu’il faut faire mais il faut que vous soyez vraiment motivée sinon il ne se passera rien car vous devez avoir un désir ardent de changer pour que les choses changent.
      Je vous retrouve dans les prochaines vidéos pour vous en dire plus.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • sophie

    Reply Reply 12 novembre 2014

    bonjour Noémie,
    Maman de 3 enfants de 12,15 et 18 ans je suis dépassée car les cris envahissent notre quotidien et notre famille va mal.
    Je n’ai pas été maltraitée dans mon enfance ,mes parents savaient pas comment communiquer avec moi et me montrer leur amour.
    J’aimerais trouver la solution pour ramener la sérénité.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 14 novembre 2014

      Bonjour Sophie,
      Comme vous l’avez constaté, vous n’êtes plus seule et je vous invite à visionner la seconde vidéo et les suivantes afin d’en savoir plus.
      Avec affection,
      Noémie

  • Garance

    Reply Reply 12 novembre 2014

    Bonjour, je viens de découvrir votre vidéo et elle fait vraiment echo en moi. Cela fait un moment que je me doute que le problème vient de moi. Bien évidemment, comme vous le décrivez, j’ai lu beaucoup d’ouvrages sur la parentalité bienveillance, participé à des ateliers, je fais de la sophrologie, je participe à un groupe sur la communication non violente… Et pourtant je n’avance pas, je continue à crier sur mes enfants, et culpabiliser, à recrier, à culpabiliser un peu plus fort, à crier encore plus fort, voire à taper, et à me sentir la pire maman de la terre.
    Seulement, de mes souvenirs conscients, je n’ai pas de souvenirs de violence de la part de mes parents, en tout cas pas contre moi. En revanche j’ai été le témoin de scènes très violentes entre mes parents ou entre mon père et mon frère. J’étais moi une enfant très calme, très douce, très sage, qu’on posait dans un coin et qui ne disait rien. Je sais que cette enfant si sage, ce n’était pas moi, mais ce que mes parents voulaient avoir, ma mère en particulier.
    Quand je vois à quel point je peux être nerveuse et colérique, je me dis que j’ai joué à être cette enfant si sage pour faire plaisir à ma maman, que j’aimais plus que tout, et que j’aime encore immensément, bien qu’elle ne soit plus de ce monde…
    Alors j’espère trouver la clé, peut-être dans les prochaines vidéos…

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 14 novembre 2014

      Bonjour Garance,
      Vous avez tout dit dans votre témoignage et je salue au passage votre franchise et ce partage émouvant.
      Il n’est pas nécessaire d’avoir des souvenirs mnésiques, c’est ce que vous pensez, dites et faites maintenant qui me permet de déterminer vos blessures et vos besoins non comblés. Mais votre besoin vous le connaissez. Vous n’avez pas voulu faire trop de bruit, vous n’avez pas voulu être une source de conflit pour vous parents, par loyauté vosu avez voulu les épargner et ne pas en rajouter en quelque sorte. Or, en agissant ainsi pour leur plaire, vous avez nié vos besoins.
      Vous êtes en colère contre vous-même et contre vos parents mais ne l’avez jamais exprimé. Lorsque vous étiez en colère enfant, vous avez contenu cette colère pour continuer à être cette petite fille modèle. C’est cette colère que vous exprimez aujourd’hui car je pense que vous avez du mal à exprimer vos besoins à vos enfants.
      Je vous en dis plus dans la prochaine vidéo.
      En attendant je vous remercie.
      Avec affection,
      noémie

  • dophinel

    Reply Reply 12 novembre 2014

    Pour ma part, je suis un peu déçue de la vidéo. Je pensais vraiment que j’allais découvrir quelque chose de nouveau. D’ailleurs vous entretenez bien le suspens, mais au final, j’ai eu le sentiment que vous enfonciez juste une porte ouverte : bien sûr le parent doit d’abord faire le travail de se réparer lui-même, de gérer ses propres émotions en remontant aux causes. C’est une évidence, et si en lisant les livres, surtout ceux d’Isabelle Filliozat, et aussi Parents efficaces de Gordon, Rivalités entre frères et soeurs de Faber et Mazlich pour ma part, les gens ne comprennent pas qu’ils ont un travail à faire sur eux avant tout … Après, le fait que vous parliez de votre expérience pour rassurer les parents sur le fait que c’est possible pour eux aussi, c’est toujours encourageant et c’est bien ce que disent aussi les auteurs de ce blog dans leurs précédentes vidéos.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 14 novembre 2014

      Bonjour Delphine,
      Je suis désolée de ne pas vous avoir appris grand chose, cela signifie que vous en savez beaucoup, ce qui n’est pas le cas de tout le monde comme ne témoigne les nombreux commentaires. C’est la raison pour laquelle ne sachant pas à quel niveau de compréhension sont les personnes qui m’écoutent, je commence avec les notions de base pour les développer progressivement. AInsi selon les niveaux chacun peut suivre. La seconde vidéo est déjà publiée sur ce même site, je souhaite vsou en apprendre davantage.
      En attendant je vous remercie.
      Avec affection et bienveillance,
      Noémie

  • Gaëlle

    Reply Reply 15 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    J’ai 35 ans et 3 enfants de 2, 4 et 7 ans (dont une Noémie !). Il y a quelques mois j’ai pris conscience que notre famille allait dans le mur. Je hurlais sans cesse sur mes filles, étais parfois violente avec elles (en le regrettant amèrement juste après). Mon mari ne va pas bien depuis des années (dépression ; il dit qu’il est guérit et que ses problèmes actuels sont uniquement liés au travail). On les menaçait sans cesse de tout, passant de plus en plus souvent à l’action… Je me suis dit STOP. JE suis en train de reprodiore le schéma de ma propre enfance : une mère impatiente qui hurle sans cesse .J’ai commencé en mars des ateliers Faber et Mazlich et une thérapie avec une psychologue. Depuis je me documente beaucoup (livres, blogs, articles,…), j’échange et je continue ma thérapie. Mes colères sont encore là mais je les explique à mes filles (surtout quand elles ne sont même pas liées à elle ; c’est souvent à cause de la fatigue, d’un stress, d’une engueulade avec mon mari, que provient ma colère).
    J’aurais encore beaucoup à raconter et le temps me manque. Merci pour votre vidéo.
    PS : pourquoi cette vidée ne s’adresse qu’aux mères ? Cela m’a choquée car, comme je l’ai lu beaucoup dans de commentaires, c’est effectivement souvent la mère qui prend conscience et essaie de changer et souvent aussi le père ne veut pas d’investir ou rejette la parentalité positive. C’est notre cas et je le regrette.
    PS2 : dans votre conclusion, le point 1 comporte quelques fautes d’orthographe : « Que la violence est reproduite par ceux qui l’ont connue. »

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Merci pour ce partage et je vous félicite de vouloir offrir une meilleure vie à vos enfants et de savoir leur montrer vos faiblesses maintenant il va falloir leur montrer l’exemple pour qu’elles aussi elles puissent ne pas reproduire vos schémas.
      Ce site est lu par plus de 90% de femmes, ceci explique donc cela. Mais je suis d’accord avec vous ce n’est pas une question de femme mais où ont les hommes ???
      Quant aux fautes, je vais faire attention, promis.

  • Christel

    Reply Reply 18 novembre 2014

    Bonsoir Noémie,

    Je viens de visionner la première vidéo et si je me doutais des causes de mes colères, je suis confortée dans mon approche. Cependant, j’avais pourtant cru avoir été épargnée par cette violence (verbale et physique mais qui reste dans ce qu’en France on tolère encore) que mes parents, et plus spécialement ma mère ont pu nous faire subir à ma sœur et à moi. Je pensais que ma sœur aînée avait été plus exposée (ce qui reste probable) mais que j’avais « résisté ». En fait, je crois que c’est l’image que mes parents ont projeté sur moi qui m’a longtemps fait croire ça : je suis censée être celle qui va toujours bien, qui n’a aucun problème. Mais à côté de ça, je me rappelle très clairement avoir été considérée par ma mère comme une fille légère à l’adolescence, une « traînée » comme on le dit vulgairement. Pourtant, je n’ai connu qu’un seul homme dans ma vie, avec qui je vis depuis 14 ans bientôt alors que je n’ai que 29 ans… (bon d’accord, très bientôt 30!). Il me semble que c’est le fait de m’être vu « coller des étiquettes » qui m’a le plus affecté. Car c’était un moyen de nier tout ce que je pouvais ressentir. En tout cas, l’inconstance des comportements parentaux (soit très sévères et formalistes ou à l’inverse, valorisants mais annihilants) ont causé un cruel manque de confiance en moi. Aujourd’hui, je cherche d’autres modèles, accompagnée par un compagnon qui lui, n’a pas connu cette violence et a visiblement hâte que je passe à autre chose… et moi aussi. Merci à vous.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Merci pour ce partage. Vous avez raison les étiquettes collées dans l’enfance sont des poisons dont il faut se débarrasser et qui peuvent générer votre colère aujourd’hui. Vous avez la chance d’avoir un compagnon qui vous aime et vous soutien c’est une chance et j’espère qu’avoir croisé mon chemin en est une autre. Au plaisir de vous accompagner.

  • Audrey

    Reply Reply 20 novembre 2014

    Bonjour,
    voilà, je viens de consulter votre première vidéo. Cela fait déjà plusieurs mois que je cherche des solutions à des excès de colère face à ma fille unique de 3 ans que je trouve intolérable et inadmissible, surtout en tant que professionnelle de l’enfance. Je perd très vite patience et je culpabilise ensuite. Je me sens mal, j’ai honte, je pleure… Je tente de chercher en moi, dans mon enfance mais n’ai pas de souvenir de violence. Mon père a toujours été dans le dialogue pas de coup ni d’agressivité verbale. Ma mère oui, un peu qq fessées ou claques qui jusque là ne m’ont jamais parues être si terribles. Est ce vraiment cela qui pourrait resurgir ?
    Je me demande si mon métier d’enseignante de jeunes enfants peut jouer un rôle dans mon manque de patience? En effet, avec les années, la patience est moins grande. A l’école oui, mais une fois à la maison, j’ai du mal à tolérer des choses que j’accepte de mes élèves. Je suis très exigeante avec ma fille, je m’en rend compte.
    Rien que d’écrire ce message, c’est dur. Je vais m’arrêter là.
    Merci de votre aide.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Merci pour ce touchant partage qui m’a beaucoup ému. Ce n’est pas votre métier qui est en cause d’ailleurs vous avez sans doute des collègues plus âgés qui n’ont pas ce problème. La colère c’est comme une fuite d’eau. Au début le goutte à goutte ne fait pas trop de dégâts, juste quelques petites gouttes sur le sol. Puis, au fur et à mesure l’eau se répand jusqu’à inonder la maison. C’est ce qui se passe avec votre colère, elle amplifie avec le temps si vous ne faites rien.
      Vous confiez vous a bouleversé car vous avez commencé à entrevoir des pistes et sans accompagnement ce n’est pas facile. J’espère avoir le plaisir de pouvoir vous accompagner et je vous donne un scoop, il y a de nombreuses enseignantes au sein de la formation 😉

  • chantal

    Reply Reply 20 novembre 2014

    Bonjour j’ai 3 enfants et c’est très parlant également. Je sais que cela vient de mon passé. Je me suis fait le rempart petite pour tout le monde, c’est moi qui devait être la plus forte en me promettant de de jamais être comme ça plus tard…. Au final je suis pire, je me dégoute et je n’arrive pas à prendre sur moi, mes réactions sont vive et je n’arrive pas à les maitriser.
    Mon couple, ma famille subissent ce que je prenais pour mon caractère….
    J’ai besoin d’aide

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Chantal d’abord il faut que vous cessiez de vous blâmer. Ce n’est pas de votre faute si vous n’aviez pas souffert vous ne feriez pas souffrir ce n’est pas volontaire et il faut vous pardonner c’est important et je suis là pour vous aider si vous souhaitez me rejoindre. Affectueusement

  • Laetitia

    Reply Reply 23 novembre 2014

    Bonjour Noémie,
    Effectivement, je me retrouve dans vos paroles et j’aimerai avoir la possibilité d’arrêter le cercle vicieux pour moi et mes enfants. J’ai déjà perdu l’homme de ma vie. J’aimerai pouvoir offrir une vie sereine à mes enfants et me reconstruire.
    Merci de votre aide

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Merci pour cette confession, je suis là si vous souhaitez aller plus loin et surtout ne vous arrêtez pas à cette rupture car il y aura pour vous, j’en suis certaine un autre homme qui vous fera oublier celui là. Affectueusement

  • Emilie

    Reply Reply 25 novembre 2014

    Bonjour,

    je repoussais tout le temps le moment de regarder cette vidéo, je ne prenais pas le temps de le faire. Je pense qu’inconsciemment j’avais peur de ce que vous disiez et que cela réveille des choses en moi.
    Ce matin, après une énième dispute entre mes enfants, je me suis de nouveau retrouvée à ne pas pouvoir contrôler ma colère, mon agacement. j’ai donc crié, je les ai punis, sans savoir la cause, la raison. je me suis rendue compte que je ne contrôlais plus mes émotions et que cela me terrorisait. si cela ne change pas, je crains de ne plus pouvoir faire face. je vous avoue que parfois la fuite me traverse l’esprit. Et pourtant je ne veux pas, je veux réussir à améliorer cette vie familiale, apporter un climat sain et serein à mes enfants, une vie agréable. Comme on dit, nous sommes le changement que nous voulons être. je m’en vais de ce pas voir la suite de vos vidéos en espérant y trouver beaucoup d’aide.merci beaucoup pour ce que vous faites.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Il n’y a rien à craindre à écouter ce que j’ai à vous dire et vous pourriez en tirer de précieux profits enfin je le souhaite. Bravo pour votre engagement à vouloir offrir une jolie vie à vos enfants et au plaisir de vous aider.

  • stef

    Reply Reply 27 novembre 2014

    Merci pour cette vidéo qui me redonne espoir. J’ai en effet ce souhait de progresser vers l’éducation bienveillante cependant malgré de nombreuses lectures, une formation en communication non violente je me retrouve toujours à faire face à ma colère face à mes enfants (et mon conjoint). J’arrive par moment à rester calme et à prendre sur moi et par moment les cris fussent sans pouvoir m’arrêter alors que je sais très bien que je leur fais du mal.
    Je n’ai pas souvenir d’une enfance malheureuse par contre la fessée était le mode d’éducation à la maison. j’ai reproduit cela sur mon premier enfant jusqu’à me rendre compte que j’agissais sans réfléchir et que d’autres solutions existaient. Avec l’arrivée de mon second enfant je savais que je ne voulais pas continuer dans cette direction mais s’opposer indirectement à ses parents en reniant l’éducation reçue n’est pas facile.
    j’aimerais vraiment de tout coeur trouver une solution pour réussir à contrôler mieux mes émotions et permettent à mes enfants d’avoir plus confiance en eux car je me rends compte que leur manque de confiance en eux est sans doute le reflet de mon propre manque de confiance en moi… Merci pour votre aide

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Pensez vous qu’un enfant qui reçoit des fessées à une enfance heureuse ?
      Les enfants ont une loyauté incroyable vis à vis de leurs parents au point de monter des stratégies pour éviter de voir leurs souffrances et leurs blessures. Vos parents ne sont pas condamnables pour autant mais il faut reconnaitre vos blessure pour pouvoir les guérir.
      Si vous souhaitez une méthode pour gérer vos colères cette formation est la réponse que vous attentiez.
      Affectueusement

  • Déborah

    Reply Reply 27 novembre 2014

    Bonjour Noémie,

    merci pour cette vidéo.
    je fais parti des personnes qui lisent beaucoup et qui ne parviennent pas ou alors avec des difficultés à être bienveillant avec ses enfants.
    je connais des hauts et des bas pendant un certain temps je vais être patiente bienveillante puis c’est comme si la cocotte minute explosait, tout à coup je ne supporte plus rien, je suis impatiente, je ne maîtrise pas mes émotions. c’est comme si je voulais reprendre le contrôle, comme si je me sentais tout à coup attaquée, remise en question …. je n’ai pas subi de violences physiques enfant, mais ma mère a eu des mots des discours qui ont été difficiles, je manque de confiance en moi et souvent mon mari me dit que je suis laxiste et que je manque d’autorité alors que je navigue dans l’éducation non violente pour parvenir à être ce que je sais que je suis au fond de moi alors que je donne à voir quelqu’un que je ne veux pas être pour qu’on me fiche la paix et que je ne me sente pas dévalorisée….
    je sais que si je continue comme ça je risque d’être plus violente et j’ai peur de ce que je vais laisser comme souvenir de moi à mes enfants et j’ai le sentiment de m’enfermer dans le dégoût la honte et la culpabilité ce qui me met encore plus en colère après moi .
    j’aime mes enfants et je ne sais pas m’en occuper comme je voudrais
    merci

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Je suis très touchée par votre message et j’aimerai vous accompagner car votre culpabilité me touche et je voudrais vous montrer quelle belle personne se trouve en vous. Vous êtes déjà ce que vous devez être et la colère n’est pas définitive il faut juste que vous appreniez à la gérer.
      J’espère vous retrouver bientôt.
      Affectueusement

  • Sle

    Reply Reply 19 décembre 2014

    Bonjour Noémie,
    LEs consequences de mes comportements ; je m’énerve contre ma fille ainée, elle est plus opposante qu’avant. je suis en congé de maladie pour le moment, autant lié au stress du travail, qu’à la pression que je me mets ou ressens pour que cela tourne bien dans la famille.
    SI je ne fais rien, je risque d’avoir deux enfants qui ne me font plus confiance, qui pensent que je ne les aime pas, je risque de ne pas être capable de reprendre rapidement le travail, qui me plait toujours. J’ai déjà fait un travail de remise en question, j’ai bcp lu, j’ai vu des psy (et je suis moimeme de cette profession), et les épisodes de vie difficile reviennent tout de même. votre vidéo m’aide quand meme à garder l’espoir

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Il est temps pour vous de passer à l’action et je suis là si vous souhaitez aller plus loin car il n’est jamais trop tard pour bien faire et je vous félicite pour votre envie d’offrir une jolie vie à vos enfants

  • julie

    Reply Reply 14 mars 2015

    Bonjour Noemie,

    Je fais une thérapie depuis pas mal de temps et cela n’a pas suffi a résoudre mon impatience et mon agressivité ponctuelle avec mes enfants ( et mon conjoint).
    Je suis très loin d’être la mère, l’épouse et la femme que je rêve d’être: calme, constante, sur d’elle et bienveillante.
    j’ai même renonce a l’idée d’avoir un 3eme enfant tant je doute de moi, de mon couple et de notre famille.
    Je crie trop souvent, je suis autoritaire, et il m’est arrive de mettre des tapes sur les fesses et parfois des gifles.
    J’ai vraiment envie pour moi et ma famille de retrouver confiance en moi et sérénité.
    Merci pour votre aide.
    Bien a vous,
    Julie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Alors Julie, j’ai exactement ce qu’il vous faut pour vous aider et j’espère que vous rejoindrez la formation qui a déjà fait des heureux en moins de 4 mois car ma méthode est inédite et donne d’excellents résultats. Vous ne pourrez pas vous débarrasser seule de cette colère,n’attendez pas car votre culpabilité ne va cesser de croitre. JE vous remercie pour ce partage et j’espère vous retrouver bientôt.

  • Marilou

    Reply Reply 29 mars 2015

    Bonsoir Noémie,
    je viens de voir votre vidéo après un week-end à l’ambiance familiale maussade voire carrément pourrie, et je me reconnais pleinement. Bien sur j’ai très honte de mes comportements avec mes 2 enfants de 11 et 7 ans: je ne peux m’empêcher de leur crier dessus dès que je ressens une petite contrariété en moi, j’essaye de ne plus les toucher physiquement, mais au bout de quelques semaines, c’est la tape qui tombe, ou le secouage violent par le bras… et encore: c’est bien parce que je me retiens! Un jour, mon aîné m’a mis hors de moi car je l’avais déjà houspillé plusieurs fois afin qu’il se prépare, et quand j’entre dans sa chambre je le retrouve allongé en train de lire une BD. J’étais folle de rage, et je lui ai mis plusieurs coup de poing sur le corps, mais ce qui m’a le plus choqué c’est que j’étais alors complétement persuadé que c’était de sa faute à lui, qu’il « m’avait bien cherché ». Je n’en reviens pas de ma mauvaise foi tenace: au fond de moi je sais que je suis la seule responsable de tout cela, mais il m’est impossible de le formuler à mon fils: j’ai vraiment trop peur qu’il me prenne pour « une dérangée » ou comme une faible, qui pose un acte (le frapper) puis s’en excuse, comme une personne qui ne sait vraiment pas ce qu’elle fait, ce qui n’est pas très rassurant non plus… Bref, j’ai beau me documenter partout, lire des choses, appliquer des conseils…: chasser le naturel, il revient au galop! J’espère que votre programme pourra m’aider, même si j’avoue avoir peur que ce soit encore un autre outil, comme les 50 livres que j’ai lu… Je vois bien que ma vie stagne et que je pédale dans la semoule sur ces questions: j’ai l’impression de me débattre là dedans depuis au moins 6 ans déjà… Que pensez vous de tout cela? Marilou

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Bonjour Marilou, ce que je pense c’est que vous cherchez une solution, elle arrive et vous ne la saisissez pas ! Que vous dire, je ne vais pas essayer de vous convaincre de venir me rejoindre ainsi que les membres de cette formation qui ont déjà obtenu des résultats extraordinaires en moins de 4 mois.
      SI vous étiez affamée et que je vous tendais un sandwich, resteriez vous à vous demander si vous devez le prendre ou pas ?
      Je vous rappelle que vous avez 30 jours de garantie pour tester la formation.
      UN proverbe dit : Quand l’élève est prêt, le maître apparait » Je n’ai pas la prétention d’être un maître mais un guide toutefois vous voyez ce que je veux dire. Maintenant on a toujours le choix de rester sur le quai ou de monter dans le train. Qu’avez vous à perdre ? Qu’avez vous à gagner?
      Je suis à votre écoute et au plaisir de vous retrouver.

  • Aurelie

    Reply Reply 7 avril 2015

    Bonjour

    J’ai lu les livres d Alice Miller qui je pense vous connaissez car vous avez les mêmes arguments

    Je suis une de ses mères qui rêvent d avoir une relation saine avec ses enfants mais aussi avec son mari ses amies son entourage mais qui a toujours l impression d être a coté de la plaque

    J ai analyse tout ca et je pense que ma mère autoritaire influence mon comportement
    Toutefois le savoir et le comprendre ne m aide en rien je continue à reproduire les comportements qui je le sais ne menent nulle part

    Alors j ai hâte de voir les 3 autres vidéos mais honnêtement je pense pas que l on puisse changer en un coup de baguette
    Et pour l instant j ai pas le temps de faire une thérapie hélas !

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 13 avril 2015

      Bonjour Aurélie,
      Oui j’apprécie le travail d’Alice Miller moi aussi comme vous vous en êtes doutée. Il n’est pas nécessaire d’y passer trop de tempos pour changer, en moins de 4 mois vous pouvez obtenir et réaliser votre rêve. Je vous laisse découvrir les autres vidéos et à bientôt.

  • marwa

    Reply Reply 19 mai 2015

    je suis mère de 3 enfants je suis très agressive surtout verbalement quand sa marche pas comme je veux ,je suis tés en colère mes enfants se bagarrent tout le temps et moi je supporte pas j’ai un enfant qui me respecte pas et ça me rend malade si sa continue comme ça je vais devenir dingue et mes enfants seront des malheureux et des perturbés .je veux que ça change et je vois pas comment

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      C’est très noble de vouloir donner une autre vie à vos enfants et je vous félicite. La bonne nouvelle est que vous êtes au bon endroit et je vous en dis plus dans les autres vidéos.
      Avec affection

  • Landrin

    Reply Reply 19 mai 2015

    Bonjour Noémie,
    En travail depuis mon premier enfant (12 ans) , je confirme que tout est en nous. Mais je trouve qu’il est difficile de trouver la bonne personne pour nous accompagner.
    Aujourd’hui je travaille avec une sophro-analyste qui m’a l’air très bien , je me sens bien avec elle (pas de hasard, elle s’est trouvée sur mon chemin). Mais comment être sur d’être  » plus légère un jour »? Mon psy ( pendant 8 ans m’a permis d’aller mieux, mais 8 ans c’est long et ce n’était pas fini! Il m’arrive encore de perdre patience. Mais je suis sur une voie de changement accélérée, j’espère, j’y crois.
    Déjà l’approche du coach est différente de celle du psy.
    Et Mon fils de 12 ans se sent très bien avec sa coach « elle est génial »

    Voilà juste ça!
    JE VOUS souhaite une belle journée

    Anne

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Je partage parfaitement votre point de vue et cela dépend d’elle comme de vous. C’est la raison pour laquelle l’accompagnement que je propose se fait en totale autonomie ce qui vous permet de progresser selon votre rythme en vous fournissant les outils. En effet, le coaching n’a pas la même fonction qu’un psy. C’est à vous de savoir ce qui est bon pour vous et de ressentir de quoi vous avez réellement besoin. Quant à la personne que vous avez trouvé, si vous vous sentez bien c’est essentiel. Je vous remercie et je vous retrouve très vite dans la prochaine vidéo. Avec affection

  • Malika

    Reply Reply 19 mai 2015

    Bonjour Noémie

    Je viens de visionner votre vidéo avec les larmes aux yeux tant vous décrivez exactement mon ressenti.
    J’ai eu une mère très peu affectueuse, qui me dénigrait sans arrêt, j’ai connu aussi la violence physique ,être trainée par les cheveux devant tout le monde, les coups qui pleuvaient, j’avais l’impression qu’elle ne m’aimait pas, devenue adolescente,j’étais mythomane, je disais que ce n’était pas ma mère, que j’étais adoptée, en ésperant attirer ainsi l’intérêt de mes interlocuteurs et j’avais surtout envie d’être aimée et choyée.
    Cela a duré très longtemps dans ma vie.J’en arrivais à me mettre dans des situations financières désastreuses pour acheter des cadeaux hors de prix aux gens que j’aimais juste pour qu’ils m’aiment un peu.
    J’ai épousé des hommes qui eux aussi étaient violents avec moi.Puis je suis devenue maman, j’ai un petit garçon de 9 ans et demi que j’aime de tout mon coeur et plus que tout au monde.
    Malheureusement, je lui ai fait subir aussi ce que j’avais vécu, et depuis tout petit,j’alternais les moments de tendresse ,de bisous, de calins avec des moments de colère et de violence dont je me pensais incapable.
    Malheureusement,et je suis consciente que cela est de ma faute,il présente depuis sa petite enfance des troubles du comportement avec violence,il est suivi par un pédopsychiatre,est scolarisé à temps partiel dans un ITEP ou il y a encore de la violence.
    Moi j’ai été suivie également mais je pense pas assez longtemps.
    Votre vidéo m’a fait prendre conscience de la gravité de mon comportement.
    J’espère qu’il n’est pas trop tard pour renverser la tendance et quitter cet horrible monde de violence.
    Je suis très triste et malheureuse de cette situation car moi aussi je m’étais jurée de ne jamais faire subir à mon enfant ce que j’avais subi.
    Même encore la semaine dernière j’étais chez ma mère et mon fils était turbulent,elle m’a dit que j’étais trop gentille avec lui,que je le chouchoutai trop et qu’il méritait plus de fessées.
    Cela m’avait énervée qu’elle me dise ça et du coup j’ai grondé mon fils.Heureusement,je n’avais pas levé la main sur lui)
    Mais surtout je ne veux pas que mon fils souffre d’un manque d’amour,je ne veux pas qu’il vive la douleur horrible de se sentir malaimé,je veux son bonheur, je veux qu’il soit heureux,épanoui,qu’il se sente bien dans ses baskets.

    Voilà c’est la première fois que je me livre avec tant de sincérité ,d’habitude je déforme les choses, mais là derrière l ‘écran c ‘est plus facile et du coup ça fait du bien.

    Bonne journée et merci de m’avoir lue

  • Nathalie

    Reply Reply 19 mai 2015

    Bonjour Noémie. Merci infiniment pour cette vidéo. Je suis en plein questionnement pour ce qui est de l’éducation de mes 2 garçons, 8 et 5 ans. Je suis maman solo et ce n’est pas facile de garder son calme. J’en viens même à penser des choses comme, « j’aimerais revenir au temps d’avant leur naissance, quand je pouvais être zen ». J’aimerais vraiment changer, arrêter de m’énerver, de crier et d’être agressive du fait de colères. Parfois je me fais peur, j’ai peur de me mettre à être violente. Je me suis promis de ne jamais taper mes enfants. J’aimerais tant être une maman douce et calme. Votre vidéo me redonne espoir.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Je suis heureuse de vous avoir redonné l’espoir et j’espère le transformer en conviction que si cela a été possible pour moi et pour les nombreuses autres personnes qui ont suivi mon programme, il ne tiendra qu’à vous de pouvoir retrouver cet état d’avant leur naissance maintenant. A très bientôt pour la suite. Avec affection,

  • sophie

    Reply Reply 19 mai 2015

    bonjour

    vidéo intéressante
    je suis tout à fait d’accord avec vous
    j’ai totalement changé éducation de mes fils pour ne pas faire comme mes parents
    mais j’ai souvent des accès de colère et ça me gâche la vie
    mais c’est vrai que je reste sur ma faim …
    que nous sommes responsables ok
    et qu’il faut aller de l’avant ok
    mais comment ?
    en pardonnant à ses parents ? en leurs parlant ? en coupant les ponts ?
    j’en suis clairement là dans ma réflexion
    merci

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Bonjour Sophie, je vais à travers les vidéos suivantes répondre à vos questions mais pour vous répondre simplement : il suffit d’apprendre à gérer votre colère pour que les choses changent et pas votre environnement. Affectueusement

  • oops

    Reply Reply 19 mai 2015

    Vous touchez pile là où ça fait mal !
    Je suis considérée comme une « experte », au point que je deviens meneur dans tous les projets sur la parentalité auquel je participe, alors que j’y entre pour progresser, car j’en ai bien besoin…
    Parce que j’ai beaucoup lu, parce que je parle facilement de mes difficultés (une vrai difficulté dans un petit village où « tout se sait »), parce que je diffuse avec plaisir les outils pédagogiques que je connais, parce que j’ai réellement envie d’aider les mamans dans lesquelles je me retrouve. Mais qui m’aide, moi, du coup ?!!
    J’ai 3 filles de 4,5 ans, 3 ans et 3 mois. Et tout un éventail de situations : des moments de grand bonheur quand je réussis à impulser l’énergie positive et la bienveillance, jusqu’aux grands moments de solitude et de désespoir, quand je n’arrive pas à canaliser ma colère, qui s’évacue sur mes trésors qui n’y sont rien… Bref, je sais que je suis capable de faire le chemin, que j’ai déjà bien avancé, mais qu’il y a encore de sacrée côtes à monter !

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Ce n’est pas les outils de parentalité qui pourront vous apporter l’aide que vous attendez et vous le savez. Bravo pour votre contribution aux autres et je suis certaine que vous serez encore d’une plus grande aide pour les gens quand vous serez vous même venue à bout de vos attitudes. Je vous en dis plus dans les prochaines vidéos et merci de votre témoignage. Affectueusement,

  • MARIE

    Reply Reply 19 mai 2015

    BONJOUR,
    SUPER SYMPA DE METTRE LES PARENTS UNE FOIS DE PLUS EN TORD et les enfants sur un pied d estal;
    Garder son sans froid quand un enfant.. votre blabla est plus heritant qu autre chose, CAR nos enfants ecoutent cela;
    FAUT, mes parents n étaient pas violents, j étais obeissante et une bonne fessée quand un grosse betisse ou si je disais MERDE a mes parents,,, en à 10 ans +. SI JE N etais pas d accord avec mes parents ou l interdiction de rentrer apres la tombée de la nuit;

    LES ENFANTS ONT DESORMAIS TOUT POUVOIR, sur parents et sur profs;
    la preuve, les collegiens sont meme revoyer chez eux,si ils sont un peu impoli avec eux;
    10 men;; encore du BLA BLA BLA;;
    les parents subissent des pressions et insultes des enfants;

    POURQUOI avez vous refait votre vie,,,, veuvage ou divorce §§§

    AVEZ VOUS UNE VIDEO QUI DIT AUX ENFANTS QU ILS DOIVENT LE RESPECT AUX ADULTES (parents/ profs / grands parents/ freres et soeurs;;; :
    qu un ENFANT NE DOIT PAS VOLER, mentir, ET PASSER SON TEMPS SUR L ORDI ET PORTABLE… FAIRE DES TACHES MENAGERES sans etre payée;;
    c est bizarre que tous les conseillers et psys,,, sont des gens qui etait mal dans leur peau;;;

    IL Y A DES PARENTS QUI N ARRIVENT PAS A CONTROLER DES ENFANTS a qui IL A ETE DIT et redit : QU UNE FESSEE ETAIT DE LA MALTRAITANCE;; un enfant qui a 8 ans et refuse de manger rien d autre que des bonbons et gateaux;;; comment faites vous pour changer les choses;

    OU SONT VOS CONSEILS POUR FAIRE OBEIR LES ENFANTS ET LES RENDRE POLIS ET TRAVAILLEURS ET NON PARESSEUX. le nombre d enfant qui ne finissent pas le college, qui ne savent pas écrire 3 mots sans faire de faute, sans savoir calculer;;

    dans l attente de voir une video addressé aux PRE- ADOS ET ADOS LEUR apprenant que c’est eux qui doivent changer et obeir;

    Cordialement votre

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Je pense que vous n’avez pas bien compris mes intentions et mes arguments car je dis au contraire que les parents ne doivent pas culpabiliser car ce n’est pas de leur faute. Je ne comprends donc pas ce qui vous fait dire le contraire car il n’est dit nulle part que les parents on tort mais qu’ils sont responsables de ce qui leur arrive. C’est une très bonne nouvelle car si nos vies dépendaient de circonstances ou d’événements, nous ne pourrions pas agir sur eux or, nous possédons le pouvoir de changer des choses en nous pour que cela change à l’extérieur de nous.
      Mon but ne consiste pas non plus à faire l’éducation des enfants, c’est le rôle des parents et des professeurs et uniquement, je n’ai donc pas de vidéos qui traitent des sujets que vous évoquez.
      Et j’ai le regret de vous annoncer que je ne publierai jamais ce genre de vidéos car je ne suis pas qualifiée pour cela et que je ne partage pas votre point de vue sur la responsabilité et les méthodes éducatives. Je vous remercie.

  • stéphanie

    Reply Reply 19 mai 2015

    Bonjour Noémie,
    votre vidéo m’a beaucoup touchée car je me suis retrouvée dans tout ce que vous avez dit. Il y a 6 mois j’ai fait un burn-out, j’étais épuisée. J’avais la sensation profonde que ma vie ne pouvait plus continuer de la même manière car j’allais droit dans le mur. Je suis tombée également dans la dépression, si aujourd’hui j’ai surmonté cela je sais que je ne vais pas mieux, que je dois changer pour que mes enfants se sentent aimés, aient confiance en moi et en eux. Je lis beaucoup, je m’intéresse beaucoup à la parentalité bienveillante mais depuis quelques semaines je sens que ma colère prend le dessus…je n’arrive plus à gérer mes émotions et surtout à passer au dessus de cette colère. Si je ne change rien, j’ai peur de perdre mes enfants…qu’ils deviennent comme moi, qu’ils aient une mauvaise image d’eux-mêmes, qu’ils ne sentent pas aimés…Je n’ai pas encore réussi à identifier cette colère, à comprendre la cause de celle-ci mais elle est en moi, là , prête à surgir à n’importe quel moment. Voilà, je vous remercie pour votre vidéo et votre écoute
    Stéphanie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Stéphanie, merci pour ce partage. Si votre dépression est liée à votre souffrance face à vos agissements, il est en effet à craindre que les symptômes se représentent toutefois ce n’est pas, et vous le savez même si ce n’est pas controlable, la bonne solution. Il vous est possible d’apprendre à comprendre et à gérer cette colère pour ne plus la faire subir à vos enfants et je vais vous en dire plus tout au long de ces vidéos. Sachez que ce n’est pas de votre faute mais que vous aurez bientôt la possibilité de vous libérer de cette souffrance. Affectueusement

  • ines ayadi

    Reply Reply 19 mai 2015

    je suis vraiment touchée par votre vd je suis maman d’un merveilleux enfant de 1an et 9 mois et j’aimerai éviter les fautes de mes parents.. je veux vraiment transmettre a mon enfant le meilleur de moi et l’aider a etre personne confiante merciiii pour cette video qui m’a vraiment remonté le moral car c’est bien de comprendre qu’on est responsable sur tout ce qui nous arrive dans notre vie et donc on sera capable de le changer 🙂

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Bonjour Ines, je vous remercie pour ce partage et pour cette prise de conscience fondamentale car oui, vous avez le pouvoir de changer car ce n’est pas votre nature la colère. Je vous retrouve très bientôt pour la suite.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Votre désir est noble et vous êtes au bon endroit au bon moment. Je suis heureuse de vous avoir inspirée et je vous félicite de votre engagement à vouloir donner un autre avenir à votre enfant et les prochaines vidéos vont vous passionner. Affectueusement

  • Lucie

    Reply Reply 20 mai 2015

    Bonjour

    Je vous remercie sincèrement pour votre vidéo qui m’a un déculpabilisée en me disant que cela arrive aussi à d’autres personnes bienveillantes de ne pas l’être à 100%

    J’ai 2 enfants et ai découvert la parentalité bienveillante à travers des ateliers et conférences. Parfois, quand je suis fatiguée et que je n’arrive pas à gérer ma colère, je leur dis des choses que je regrette ou crie, me culpabilise, ai envie de manger du sucré, m’auto-punie d’avoir agit ainsi alors que j’ai appris plein de techniques pour gérer la colère, exprimer mes besoins etc. Je reviens sur l’événement en parlant beaucoup avec eux mais j’ai peur que cela ne les ais blessés dans leur confiance en eux et que cela ne soit pas rattrapable. Je me dis aussi que là, je n’ai pas montré le bon exemple…

    Je suis séparée de leur père depuis un an.
    Le soir, mes enfants ont des difficultés à s’endormir, j’ai essayé x méthodes et je suis épuisée et découragée de ne pas
    trouver de solution. Je travaille sur moi mais le fait que le soir, les enfants s’endorment tard, la fatigue est là et ensuite c’est le cercle vicieux : coucher tardif, lever difficile, émotions à gérer, etc. J’ai donc besoin d’aide pour favoriser un climat serein d’endormissement…

    J’ai compris que si je ne me respectais pas en allant au bout de mes forces, mon entourage ne me respectera pas et je souhaite stopper ce processus. Je souhaite donc me respecter pour arriver à mieux me faire respecter.

    Je vous remercie pour tous vos partages.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 20 mai 2015

      Votre message m’a émue car vous avez en effet fait une découverte fondamentale: la déculpabilisation car si j’insiste c’est parce que c’est fondamentale. Si vous n’êtes par parvenue jusqu’à présent à ne plus diriger vos colères c’est qu’il vous manque quelque chose. Je vais vous laisser découvrir cette série de vidéos afin que vous vous fassiez une idée plus précise de ma vision et la méthodologie que j’utilise et qui a fait ses preuves. A très bientôt

  • Raphaêlle

    Reply Reply 21 mai 2015

    Merci Noémie pour cette première vidéo très intéressante !! hâte de connaître la suite ! je suis maman de 3 enfants et ma dernière fille charlotte qui a 22 ans a de plus en plus souvent des moments d’énervement, de colère vis à vis de moi , de sa soeur et de ses amis. Je n’étais pas une maman violente et coléreuse, Charlotte depuis son plus jeune âge a un tempérament plutôt volcanique et j’ai toujours fait en sorte qu’elle puisse exprimer sa colère mais en étant cadrée. Je ne l’ai pas violentée, mais j’ai essayé de la comprendre et ai instauré le dialogue très tôt avec mes enfants. Lorsqu’elle avait 2 ans , son père et moi nous sommes séparés … les enfants ont continué à le voir mais cela ne se passait pas toujours bien et Charlotte a subi des violences verbales lorsqu’elle travaillait avec lui en mathématiques …Nous avons arrêté les cours de soutien avec lui et il a décrété qu’elle n’arriverait à rien sans lui ! d’autres violences du style chantage, et maintenant les enfants ne veulent plus le voir ! (depuis 4 ans ) Charlotte me dit bien qu’elle n’arrive pas à maîtriser ses émotions … qu’elle voudrait mais comme vous dîtes « c’est plus fort qu’elle . Moi je suis plutôt d’un tempérament calme et très sensible …Je prends sur moi mais parfois c’est très difficile sujet et j’ai tendance à prendre de la distance pour me préserver aussi ! je voudrais vraiment l’aider … Merci pour votre témoignage ! je souhaite que ça ne paraisse pas sur facebook !

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 21 mai 2015

      Votre fille avec sa colère vient vous dire quelque chose. Si elle dirige cette colère contre vous c’est qu’elle attend de vous une réaction différente de celle que vous lui offrez. J’ai peu d’éléments pour vous aider. Que dit elle ? Qu’attends elle ? Que dites vous ? Vous pouvez la prochaine fois qu’elle sera en colère lui demander la chose suivante : de quoi as tu besoin ?
      Peut être aussi que lorsqu’elle se met en colère vous tentez de la calmer, de lui dire que ça va s’arranger ou encore que cela ne sert à rien de se mette en colère.Si c’est votre cas, il faut au contraire lui dire que vous la comprenez que vous aussi vous seriez en colère dans le même cas, que ce n’est qu’une émotion et qu’elle a quelque chose à lui dire.
      Maintenant vous pouvez l’inviter à suivre mes vidéos mais vous ne pourrez jamais faire à sa place.
      J’espère avoir apporté un peu de lumière à vos rélfexions. Affectueusement,

  • Emilie

    Reply Reply 21 mai 2015

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre témoignage dans cette vidéo. Votre discours me parle car j’ai pris conscience au gré des experiences de la vie de ma propre responsabilité dans les choses qui se présentent à moi.
    Une situation professionnelle plus difficile que les autres l’année dernière et le début d’une grossesse ont accéléré la cadence et je dévore depuis l’automne dernier livres, sites, vidéos, etc…
    Cela a été une véritable révélation pour moi, car je touchais du doigt tout ceci mais, parfois, il nous arrive de douter. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
    Depuis que j’ai entendu parler de l’éducation bienveillante (pour ma part, c’est Maria Montessori qui grace à quelques synchronicités m’a menée jusqu’ici), j’ai compris quelle importance avait mon comportement dans ma vie, et combien ma responsabilité de maman était grande vis à vis de notre fille qui a maintenant 2 mois.
    Je n’ai donc pour l’instant pas vraiment de problème (tout du moins pas des gros), mais je désire l’accompagner au mieux et pour ceci je remets en question tout ce qui me concerne: je souhaite vivement reproduire avec elle ce qui mérite de l’être mais d’écarter ce qui n’a plus lieu d’être transmis aux générations futures.
    De plus, j’aime la vie que l’on mène avec la bienveillance (envers tout le monde) et j’aime l’onde de choc qu’elle propage autour de soi!
    J’ai donc hâte de voir vos prochaines vidéos…
    Merci

    Emilie

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 21 mai 2015

      Emilie bravo pour votre implication bienveillante dans votre rôle de maman. Je suis heureuse de vous avoir inspirée car il me semble que vous n’avez pas besoin de moi et je souhaite que cela reste ainsi pour toujours. Ceci étant dit je suis heureuse de l’intérêt que vous portez à mon travail. A bientôt dans la prochaine vidéo. Affectueusement,

  • Stéphanie

    Reply Reply 21 mai 2015

    Bonjour,

    J’ai commencé cette formation en Janvier et je la recommande à tous.
    En quelques mois, j’ai fait des progrès spectaculaires …
    et j’ai enfin apprivoisé ma colère …
    Du coup, je crie de moins en moins et suis de plus en plus moi-m’aime !
    En fin d’année, quand j’ai eu connaissance de cette vidéo, j’étais à bout …je ne me reconnaissais plus tellement je criais …pourtant, je connaissais la parentalité bienveillante … mais il manquait quelque chose pour mettre en pratique cette parentalité … et ce quelque chose, je l’ai trouvé dans la formation de Noémie … la formation des clés de la colère porte bien son nom, car Noémie nous donne bien les clés … de la colère … qui ouvre la porte de nous-m’aime !
    S’il y a bien une formation à faire, c’est celle-la !

    • Hello Stéphanie !
      Génial le « moi-m’aime » !!!! On va le reprendre ;-))
      Génial aussi ton blog sur les techniques d’apprentissages… Nous serons amenés à discuter ensemble, puisque nous sommes sur la même voie que toi : Objectif déscolarisation de nos enfants d’ici un an.
      A très vite

  • Noémie de Saint Sernin

    Reply Reply 21 mai 2015

    Stéphanie, c’est une très belle surprise de te retrouver ici. Je te remercie pour ce touchant et merveilleux partage. Merci du fond du coeur d’inspirer les autres. Avec ma plus sincère affection et à très bientôt !

  • Mehdinefrance

    Reply Reply 22 mai 2015

    Bonjour Noémie,

    J’avais déjà regardé vos vidéos lors de leur première publication.
    J’avais écouté le message, mais en ne me sentant pas directement concerné.
    J’étais alors encore plein d’énergie, enthousiaste dans le décryptage et l’application de la CNV dans mon couple et avec mes enfants, je considérais que moi et ma compagne faisions vivre cette parentalité bienveillante et respectueuse dans notre famille…
    J’ai hésité avant de revisionner cette vidéo et je ne regrette pas l’avoir fait : je mesure ainsi le glissement qui s’est opéré en 6 mois…
    De nombreuses nuits sans sommeil, la reprise par ma compagne de nombreuses activités individuelles (salutaires pour elle), un hiver passé dans une maison en chantier, et d’autres facteurs, ont eu raison de ma patience, de mon optimisme et de ma joie de vivre (pourtant reconnus comme vivaces dans mon entourage)… faisant remonter des émotions quasi nouvelles, tout du moins dans leur intensité, pour moi : colère, frustration, impatience, tristesse, découragement…
    Je comprends donc aujourd’hui qu’il est temps que je m’occupe de voir en moi d’où viennent ces sentiments, qui me sont propres et dont je sais être responsable.
    Je sens en effet que je « bascule » dans ma relation avec mes enfants : une part de moi a la tentation de changer de ton, alors qu’une autre est convaincu de l’impasse de l’autoritarisme par exemple.
    Comment concilier « respects de ses besoins » et « respects des besoins d’autrui », alors que ceux-ci ont l’air d’aller croissant de part et d’autre… je suis là face à un vrai dilemme, accueille mon impuissance du moment, et nourris envers et contre tout une inaliénable confiance en la vie.
    Je suis père d’un garçon de 4 ans et d’un autre d’un an et demi.
    Je vais avoir 35 ans.

    Je vous remercie pour votre démarche de partage, en laquelle je trouve matière à réconfort et courage.

    Avec le feu du coeur,
    Mehdi

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 22 mai 2015

      Mehdi, je vous écris et je pleure, les lettres se brouillent tant je suis touchée et émue. Votre poignant témoignage est venu résonner dans mon coeur. Votre plume est poétique et vous savez exprimer vos ressentis, je sens une grande sensibilité et une impuissance en même tant qu’un désir ardent.
      Vous avez tout, je suis sur votre chemin ce n’est certainement pas par hasard.
      Tout part toujours de vous et c’est en comblant vos besoins que vous serez en mesure de combler ceux de vos enfants.
      La prochaine vidéo va vous permettre de voir plus clair dans la résolution des besoins et les causes de votre énervement.
      Je vous exprime une fois encore ma gratitude et je vous dis à bientôt. Affectueusement,

  • Sabine

    Reply Reply 22 mai 2015

    Merci Noémie pour cette vidéo qui me laisse sur ma faim et dont j’attends impatiemment la suite.
    Maman d’un garçons de 5 ans et d’une fille de 3 ans, j’ai moi aussi lu et expérimenté la CNV avec tous les livres que j’ai pu trouver, mais j’ai toujours trouvé que cela me culpabilisait beaucoup par rapport à mes excès de colère sans apporter de réelles solutions durablement.
    Des conséquences dures à vivre en ce qui me concerne. Je me dévalorise, ma vie de famille ne ressemble pas à ce qui me paraîtrait normal, je brutalise souvent mes enfants ( cris, chantage, parfois claques quand ils se mettent en danger ) mes enfants ont beaucoup de mal à obéir à l’école, et je n’arrive pas à les faire coopérer avec moi, que ce soit pour se tenir convenablement chez le médecin ou ne pas courir loin de moi dans des lieux publics et parfois dangereux, sans parler parfois des difficultés à partir à l’heure.
    J’oscille donc entre désir d’amour inconditionnel et de bienveillance, et besoin d’être respectée et écoutée. J’ai les fiches de Camille et Olivier, les checklists des routines, mais j’ai encore beaucoup de travail d’organisation à mener à bien.
    Mon mari et moi sommes aux antipodes. Il a effectivement des mots très durs pour nos enfants, leur crie dessus dès qu’ils font quelque chose qui lui semble mal, et je passe mon temps à recoller les morceaux de leurs petits cœurs injustement malmenés.
    Pourtant, nous avons la même idée de l’éducation que nous voulons donner aux enfants et du respect qui leur est dû.
    Hier soir, nous avons fait le point, et nous voulons vraiment apporter plus de bienveillance dans notre vie de famille. Les enfants grandissent si vite, nous gâchons ces moments sacrés et privilégiés par nos attentes perfectionnistes plutôt que de lâcher prise et de rire avec eux.
    Nous avons aussi besoin d’établir une autorité bienveillante, car actuellement mes enfants me montrent peu de respect et sont très autoritaires avec moi. Ma fille proteste même quant aux choix de mes berceuses et veut que je chante celle qu’elle qu’elle invente et que je dois répéter ensuite !
    J’espère ne pas être déçue par la suite de vos vidéos et qu’il ne s’agit pas d’une opération marketing visant à nous faire acheter une énième méthode reprenant les bases de la CNV, d’Isabelle Filliozat et de Thomas Gordon ou Faber et Mazlish. Je suis parfois si démunie et attristée que j’ai peur de me faire manipuler.
    Ce qui se passera si je ne change rien: mes enfants deviendront soit soumis soit rebelles, ne pourront pas donner les meilleur d’eux-mêmes, ils nous renverront toute les violence infligée dans l’enfance à leur adolescence, je ferai office de tampon entre eux et mon mari, et ils ne me respecteront pas.
    J’ai répondu hâtivement et peut-être de façon un peu sèche aux questions, mais ce sujet est sensible et j’apprécie votre approche nouvelle sur ce problème, et surtout la déculpabilisation qui en découle !
    Merci Noémie.

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 22 mai 2015

      Sabine, vous n’êtes aucunement sèche et je vous remercie de ce partage touchant et émouvant qui donne du sens à tout ce que je fais. Ce que vous avez essayé jusqu’à présent n’a rien à voir avec ce que je propose car je ne suis pas du tout spécialiste de parentalité, mon approche n’est pas centré sur l’enfant mais sur les parents. Vous changez à l’intérieur de vous et pas à l’extérieur ou en faisant les choses différemment car en changeant dedans vous changez dehors et les autres changent aussi. Je sais cela peut sembler difficile à croire et pourtant c’est bien ce qui va se passer.
      Pour ce qui est de vous vendre une méthode ce n’est pas le propos pour l’instant. J’ai préparé pour vous 4 vidéos entièrement gratuites et d’autres surprises pour lesquelles je ne vous demanderai rien. Maintenant je ne sais pas si vous avez un travail et si vous travailler gratuitement ? Je donne mais vous pensez bien que je fais payer mon travail comme 100% des gens actifs. Toutefois rien ne vous obligera jamais à acheter ma formation. Je présenterai par conséquent un accompagnement payant à ceux qui souhaiteront aller encore plus loin à l’issue de ces vidéos gratuites. Mais vous avez le temps, pour l’instant profitez de ces ressources qui semblent vous toucher et n’hésitez pas à me poser vos questions je suis là pour vous répondre. La seconde vidéo est désormais publiée je vous conseille d’aller la regarder car je réponds à grand nombres de vos questionnements. Affectueusement,

  • Amelia

    Reply Reply 23 mai 2015

    Je suis maman de 2 filles 8 et 11 ans. Je suis agresssive avec elles (colère, autorité, cris, violences verbales, chatiment corporel, excès de punition…). J’ai été moi même une enfant battue (par un grand frère qui me dépasse de 5ans)) mais violemment battue jusqu’aux blessures, en tant qu’enfant je n’avais ni liberté ni tranquilité, j’étais terrorisé par ce frèere qui était près à me battre à chaque fois. J’avais peur d’en parler car j’avais peur qu’il se passe quelque chose de grave entre lui et mon père. Je ne dormais pas la nuit car j’avais peur qu’il vienne m’agresser sexuellement (il ne l’a jamais fait) j’avais peur de rester seule avec lui à la maison, bref je ne vivais pas mon enfance, je n’avais qu’un seul refuge (ariivée au lycée) le dessin qui a été un moyene de fuire mes problèmes. Je pensais être la meilleure des mamans jusqu’au jour où j’ai donné une bonne tape aux fesses de mon ainée et en la criant en plein dans le visage et à ce moment là j’ai vu une scène de mon enfance se repeter et les choses ont commencé pour continuer jusqu’à ce jour. J’ai compris quelques années après ce qui m’arrivait mais je n’ai jamais réussi à changer, je n’arrive pa à me controler même en faisant des efforts depuis 2 années (je frappe moins, mais je cris plus). Voilà donc ce qui pourrai arriver à l’avenir, c’est faire de mes enfants un double de moi, que ma vie est gachée et que mon mari ne supporte plus cette situation. Je n’ai pas réussi à changer même après avoir consulter une psychologue qui m’a donné plein de conseils que j’ai essayé d’appliquer mais tenir le coup. Je ne vis plus. Je vous remercie pour ce que vous faites. Am

    • Noémie de Saint Sernin

      Reply Reply 24 mai 2015

      Amelia, tu es au bon endroit au bon moment, c’est ce que je crois car pour moi le hasard n’existe pas. Je te tutoie ce doit être de l’empathie pour ton histoire qui m’a profondemment touché, j’espère que tu ne me trouveras pas trop cavalière.
      Ce n’est pas de ta faute ! Tu es une bonne mère mais tu ne sais tout simplement pas faire autrement et si tu me fais confiance, je peux t’aider à sortir de cet enfer car la fatalité n’existe pas et qu’il n’est jamais trop tard. Mon travail n’a rien de thérapeutique il est pratico pratique. C’est une pédagogie basée sur l’action, je te dis ce que tu dois faire et si tu le fais tu observes des changements souvent étonnants dans ta vie, c’est en tout cas ce qui s’est passé pour les plus de 150 personnes qui ont suivi la formation en début d’année.
      Je t’en dirais plus dans quelques jours.
      Bien affectueusement,

  • Agathe

    Reply Reply 29 mai 2015

    Bonjour,
    Je suis dans une situation que je n’arrive pas à maîtriser. Ma fille de 4 ans nous parle mal, fait des comédies…. Et bien sûre sa petite sœur de 13 mois commence à crier comme elle. Ma 1ère fille je pense qu’elle me copie.
    Je n’ai pas de souvenir de mon enfance jusqu’à l’âge de 9ans où nous avons déménagés. A l’âge de 12 ans mes parents ont divorcé. Et moi je suis partie en internat car je ne travaillais pas à l’école. Du coup séparation avec ma mère (j’étais très proche d’elle). Et 5 ans après ils se sont remariés. Je pense que j’ai pas accepté ces changements. Mais je ne sais pas si c’est dû à ce divorce/remariage. Je suis moi-même marié. Pas de soucis en particulier. Cependant je ne sais pas si c’est vraiment cette cause qui me fais crier, car oui je dispute sans cesse mes filles, je ne supporte plus quand elle joue trop fort. Ajouter à ça que je suis en congé parental pour ma 2ème fille, je m’aperçois que c’est pire. A la naissance de la 2ème, c’est vraiment devenue dur. Quoi faire? J’espère que ces vidéos m’aideront car je suis au bout.
    Cordialement,
    Agathe Marbais

  • laureccia

    Reply Reply 19 juin 2015

    BONJOUR Noemie.
    J’etend partout qu’il ne faut pas taper les enfants. Je me dis, bien sur c’est facile de dire ce qu’il ne faut pas faire, mais cela ne me dis rien sur ce qu’il faut faire. Surtout lorsque l’on a connu que ce type là d’education. Depuis que mes enfants sont nés(ma fille a 10 ans et mon fils 8 ans), j’ai l’impression d’etre tout le temps fatiguée.
    Ma fille, qui etait tres difficile petite s’est calmée vers ces 4 ans, mais mon fils, plutot facile petit est infernal depuis qu’il a eu la jambe casse en se faisant renverser par une voiture l’année derniere.
    Je les ai fait suivre au camps puis au cmp.
    Je me dit souvent qu’il faudrai que j’appelle super nanny, mais ce qui nous frêne mon mari et moi, c’est que nous sommes enseignant .
    J’ai l’impression de passer ma vie à faire la même chose: le gendarme avec les élèves et le gendarme à la maison. Nous avons un travail stressant physiquement et nerveusement (nous sommes professeurs de sport en zep) et n’avons souvent plus beaucoup de patience avec les enfants.
    Pourtant , j’ai parfois l’impression d’être trop patiente avec eux. Mais mon mari me reproche parfois d’être dans ma bulle et de ne plus rien voir ni entendre (en fait je récupère et me protège).
    Ils se disputent sans cesse, du levé au couché: bagarre, disputes, toute la journée et tous les jours.
    Mon fils est en Ce1 et ne veux plus travailler à l’école, ni faire d’activité sportive, il se bagarre souvent à l’école.A la maison, Il part en crise de nerf pour la moindre chose ( en cela,il reproduit le comportement de son père très colérique) mais se calme assez rapidement.Mais il a toujours sa sœur sur le dos qui le rabaisse, et viens répéter la moindre de ses bêtises.
    Nous sommes parfois démunis face a son comportement.
    Ce qui me pose le plus gros problème, c’est que je n’aime souvent pas passer de temps avec mes enfants, je me dis « j’espère qu’ils partirons bientôt de cette maison et que je pourrai enfin être tranquille et cela me fait quand même du mal de penser cela. Je suis tellement plus heureuse lorsqu’ils ne sont pas là a se disputer, crier, ne pas ecouter et mettre du bazar partout.
    Malgres cela, je passe beaucoup de temps et fait beaucoups de chose avec eux.
    Pourquoi autant de disputes? Je sais que nous nous disputons souvent mon mari et moi mais mon mari est plus colerique que moi, je ne suis pas calme nous plus mais suis plus patiente que lui. Je n’ai connu que les baffes comme mode d’education et ai parfois des problemes relationnel avec les eleves.

  • Melanie

    Reply Reply 25 août 2015

    Bonjour,

    Cette colère et cette violence ont surgies dans un contexte de tension et d’années de progression en éducation bienveillante pour aider un premier enfant Haut Potentiel Intellectuel et Émotionnel.Et justement de cumul de difficultés car rien n’est acquis.

    Mais le parallèle des violences du passé n’est pas du tout évident. Pas du tout dans ces proportions, pas dans le cri, la colère ou la brutalité physique.Même en regardant une génération au dessus(mes parents avec mes grands parents) , ce n’est pas évident.

    C’est tout le problème que je vois dans cette vidéo. Si votre témoignage arrive à toucher juste beaucoup de personnes, il y en a qui passeront à côté comme lorsqu’on sert une explication toute trouvée à ce qui n’est pas leur cas et pour qui le résultat est le même.

    Je travaille avec une thérapeuthe très efficaces sur beaucoup de sujet, mais sur celui-ci, la difficulté est profonde car il m’est impossible d’explorer l’irrationalité de l’intensité des ces crises en séances.Je rationalise, tout est déjà calmé.

    En revanche, je suis d’accord que mon comportement est imité par mon aîné et qu’il y a nécessite absolue de nous sortir de là.Et le travail sur le site de parentalité consciente est une aide précieuse dans la continuité et la pratique.

    Probablement, que cette violence a sauté quelques générations comme l’enseigne THICH NHAT HANH dans son livre »prendre soin de l’enfant intérieure »,
    même un travail de constellation familiale n’a pas pu mettre à jour ce point.

    Du coup, en vous écrivant, je prend conscience qu’il me reste la piste « génétique », je suis issue d’une insémination artificielle suite à un grave maladie de mon père légal.
    Peut être que mon père biologique ou ses aïeux ont connus des situations de ce type.

    Si ce n’est que ma propre mère avoue que ces colères et attitudes envers mes enfants sont si soudaines et imprévues (même si elles ne font pas notre quotidien) qu’on dirait « que ce n’est pas de moi », comme si cela venait de plus profond.

    Je commence à penser que cela dépasse les neurones miroirs et mes enregistrements conscients de ma vie in et ex-utero.
    Je ne sais pas ce que je porte, mais je le porte et on fera avec, j’apprendrai à en prendre soin, à les inviter à venir pour que leur intensité diminue et éviter que mes enfants ou leurs futurs enfants ne fassent un jour de très gros dégâts.

    Bon courage à vous et bon accompagnement.

  • Maya

    Reply Reply 18 septembre 2015

    Bonjour
    Je suis arrivée sur le site de Camille et Olivier en faisant une recherche sur Montessori, et puis je suis tombé un peu par hasard sur votre vidéo.

    Je me suis retrouvée dans beaucoup de comportements et de traits de caractère évoqués dans la vidéo: je manque de confiance en moi, je suis colérique, je m’emporte facilement, et je le vis très mal. Comme vous à la naissance de ma première fille j’ai réussi à prendre sur moi, et surtout je pense que cette première naissance m’a apaisée, m’a comblée, m’a aidé à surmonter mon manque de confiance en moi en me renvoyant une image beaucoup plus positive de moi-même. Très portée sur le maternage, je me suis intéressée rapidement à la parentalité bienveillante, mais j’ai beaucoup de mal à m’y tenir.

    Depuis la naissance de mon fils, 17 mois après sa soeur, j’ai de plus en plus de mal à maîtriser ma colère . cela reste rare mais il arrive que je crie très fort sur ma fille de 2 ans et demi, tout en sachant que ça ne sert à rien.
    Beaucoup plus grave, si je me contiens avec mes enfants, je déverse ensuite tout sur mon conjoint. il me dit souvent qu’il a l’impression d’être un punchingball. j’essaye de trouver des solutions, de me calmer, de prendre des moments pour me recentrer mais ça ne marche.

    Je déteste renvoyer cette image, ce qui accentue ma colère. J’ai peur qu’à terme cette situation n’ait raison de mon couple. Pourtant je n’ai pas l’impression d’avoir eu une enfance malheureuse. je n’ai en fait que peu de souvenirs de mon enfance. J’ai deux frères très proches dont un jumeau et la plupart de mes souvenirs d’enfance ne font intervenir que mes frères.
    Je n’ai que très peu de souvenirs de mes parents avant 10 ans. Mon père est très calme très posé, à l’écoute. Ma mère au contraire est très irritable, colérique, comme moi. A ‘adolescences, elle a été absolument atroce avec moi, me critiquant sans cesse sur mon physique notamment (ma mère est obsédée par les kilos) ou sur mes relations avec les autres (elle ne me trouvait pas assez sociale).
    J’ai beaucoup souffert de cette période et il m’a fallu longtemps pour retrouver une relation apaisée avec ma mère mais aujourd’hui encore je vis toujours très mal ses critiques. Je pense qu’elle est en grande partie responsable de mon manque de confiance en moi. Je sais aussi que ma grand-mère n’était pas tendre avec elle. J’ai suivi une psychanalyse pendant plusieurs années mais dont les résultats ont été mitigés. Cela m’a cependant permis de comprendre que ma mère était fragile et ne maîtrisait pas ses émotions, qu’elle ne souhaitait pas me faire du mal.
    J’ai peur de briser mon couple par mon comportement, j’ai peur de reproduire les mêmes schémas avec ma fille. Avant-hier j’ai grondé ma fille assez vertement, un peu plus tard dans la journée elle m’a dit « toi tu t’appelles maman….maman-colère ». Ca m’a brisé le coeur…

  • swan

    Reply Reply 12 octobre 2015

    j’ai 2 enfants. L’ainé de 10 ans n’exprime pas sa colère. Cela pose des problèmes car, lorsqu’il exprime sa désapprobation à un autre enfant, ou à un adulte : il n’est pas jugé assez convaincant. Du coup : harcèlement, non-prise en compte de ses besoins élémentaires, …
    Je lui explique que la colère est aussi utile, mais je ne vois pas de changement.

    Pour info : Le plus jeune (7ans), lui, a des colères très vives. Pus jeunes, il déchargeait en violence. Il se maitrise mieux, même si sa colère reste intense et finit en larmes. La colère se termine en tristesse.

    Alors que le plus grand c’est comme si la colère n’existait pas et était remplacée par la tristesse. Petit déjà, quand il se faisait embêter, mordre, … à la crèche, la seule réaction était les pleurs. Petit à petit je lui ai appris à « crier » « NON ».

  • juliette

    Reply Reply 22 janvier 2016

    Bonjour Noémie,

    Un jour ma fille m’a dit « tu sais maman on n’a pas peur de papa mais de toi oui », cela m’a blessé et je me suis dit ce n’est pas ce que je veux pour mes enfants. J’ai donc chercher des solutions, j’ai lu des livres d’Isabelle Filliozat, chercher sur le net des solutions, mis en pratique et là très peu de résultat. Du coup la colère revenait, cela ne fonctionnait pas et je ne comprenais pas pourquoi. Votre vidéo m’a donné la réponse. Il faut que je change pour que les choses changent autour de moi. Il me reste à trouver pourquoi j’ai en moi une telle colère…Si je ne change pas mes enfants vont vivre dans la crainte de leur maman et ce n’est pas ce que je veux…

  • Sandra

    Reply Reply 14 février 2016

    Bonjour,
    Maman de 4 enfants (9, 6, 3 ans et 2 mois), je me suis particulièrement reconnue dans votre vidéo. Notamment dans l’idée que j’ai beau avoir toute la théorie possible et imaginable, la mise en pratique est parfois laborieuse. J’ai pleinement conscience de l’importance d’une attitude positive et bienveillante étant donné que je constate immédiatement les effets positifs que cela provoque chez mes enfants.? Cepend

    • Sandra

      Reply Reply 14 février 2016

      Cependant, il me manque la constante. Et je n’arrive pas à comprendre comment faire pour installer durablement une relation sereine et maîtrisée.

  • Wolf Sandra

    Reply Reply 18 avril 2016

    Bonjour Noémie
    Je vous ai découvert ces jours ci je ne sais même plus comment j’ai atterri sur votre site web et depuis je ne fais que parcourir vos vidéos rechercher vos conférences lire des témoignages etc… Je viens de lire la vidéo sur la bienveillance envers nos enfants et je suis dans ce cas à savoir que j’ai à l’encontre de mes filles (5 & 7 ans) et surtout envers l’aînée des violences psychologiques. Je me reconnais tout à fait dans vos propos car cela fait bien 3 ou 4 ans que je suis dans un tourbillon infernal avec perte de sommeil etc…
    Je voudrais savoir comment faire pour trouver la cause de ma violence.
    Aussi j’ai très peur d’avoir créé des dommages irréversibles sur mes enfants et surtout l’aînée. Aidez moi car je ne sais pas quoi faire.
    Ma situation s’est un peu apaisée dès que j’ai repris le travail après mon congé parental il y a 2 ans maintenant, je fais du yoga pour maîtriser mon stress mais je sens bien que quelque chose ne va pas à l’intérieur de moi et qu’il faut que j’agisse.
    Merci
    Sandra

  • John

    Reply Reply 25 janvier 2017

    ce que je constate c’est que beaucoup de gens font des enfants sur des « coups de tête émotionnels » sans avoir prit la pleine mesure des changements que cela impacte dans la vie.
    Des fois par insouciance d’autres par ce qu’ils se croient plus malins que les autres.

    La différence c’est que si quelque chose ne va pas ben le SAV c’est vous ; les parents, ce qui n’est pas évident dans une société ou on formate les gens à être dépendant d’un système…

    La démarche de travailler sur soi est tout ce qu’il y a de plus brillant, (connaitre ses limites, ne pas ignorer ses propres besoins, savoir se calmer etc…)

    Le problème c’est le recul, assumer le fait que vos priorités ont été bouleversées et que désormais il faut faire une grosse place à l’enfant et à 90% du temps au détriment de vos loisirs et de vos obligations de homework (ménage lessive, cuisine)

    Il faut prendre des initiatives, improviser, trouver une solution et être son propre moteur n’est pas quelque chose d’inné pour tout le monde, le monde nous apprend à être dans la réaction mais il faut s’être vautré au moins une fois pour avoir le réflexe d’anticiper un ou des problèmes.

    Le concept de parent parfait à mes yeux n’existe pas, c’est des âneries de journalistes pour formater les gens et compenser la baisse des moyens mis par les gouvernements dans l’éducation, tout en mettant la pression aux parents ; en les faisant culpabiliser (en vantant des modèles d’éducation), ça coute moins cher.
    Après je ne dis pas que c’est aux profs d’élever les enfants, mais comme la norme c’est l’individualisme, ben dans un contexte collectif comme l’école il y a de plus en plus de laissés pour compte…
    Et donc plus de culpabilité pour les parents…

    Bref on fait croire aux gens que c’est eux le problème mais au final c’est le système qui apprend aux enfants à être de simples consommateurs, peu importe s’ils sont éduqués ou non ce qui intéresse le monde c’est leur capacité à consommer

    Après le terme « parentalité bienveillante » je n’aime pas l’expression ; je trouve que ça fait sectaire et ça véhicule l’idée qu’il faut vous prendre par la main pour que vous avanciez.

    Etre un parent honnête ça commence par ne pas se tromper de message tout en mettant en valeur les qualités de votre « rejeton »

Leave A Response

* Denotes Required Field