La pédagogie Montessori…nouvelle génération !

Une de nos lectrices, Florence, vient de nous envoyer cette vidéo… qu’il nous fallait absolument partager avec vous ! C’est la vidéo de l’intervention TEDx de Céline Alvarez du 6 avril 2014 :

« Céline Alvarez, formée en linguistique, décide de rentrer dans le système éducatif national afin de faire bouger les lignes de l’intérieur. Elle passe le concours de professeur des écoles en 2009 et débute en 2011 une expérimentation pionnière au sein de l’éducation nationale. L’objectif ? Proposer un nouvel environnement pour l’école maternelle, scientifiquement fondée et validée, permettant de solliciter de façon optimale les mécanismes d’apprentissage et d’épanouissement de l’être humain. Pour cela, elle reprend les travaux du Dr Montessori, qu’elle enrichit et adapte à la lumière des sciences cognitives et linguistiques. »

La pédagogie Montessori… nouvelle génération, à Gennevilliers !

 

 

Résumé des points clés :

25% d’enfants qui sortent du CM2 avec des acquis fragiles et insuffisants,

– S’ajoutent 15% d’enfants qui sortirons du CM2 en n’ayant pas les acquis de base en lecture, écriture et mathématique.

C’est donc 40% d’enfants (300 000 élèves) qui sortent du CM2 chaque année avec de graves lacunes, qui les empêcheront de suivre une scolarité normale au collège !!

Pourtant les nouvelles sciences cognitives nous donnent des informations solides pour comprendre la façon dont l’être humain apprend. Pour apprendre il faut :

  1. être attentif,
  2. être engagé activement,
  3. recevoir un retour d’information immédiat sur l’action/l’erreur effectuée,
  4. répéter l’action pour consolider l’apprentissage.

La place de l’école maternelle est centrale dans la prévention de l’échec scolaire, car les inégalités s’amorcent, et deviennent déterminantes, entre 0 et 6 ans !

Pourtant, bien malheureusement, en France, l’école maternelle sollicite très peu ces 4 paramètres de l’apprentissage :

  • Très peu de temps dédié aux activités,
  • Des activités imposées par l’enseignant : pas de motivation de l’enfant, donc peu d’attention et d’engagement, ni de retour d’information immédiat venant de l’enseignant,
  • Pas de consolidation : l’enfant n’a qu’une envie, c’est de se libérer de l’activité « imposée ».

L’intuition profonde de Céline : « Si nous respectons ces mécanismes de base, non seulement les enfants s’épanouiraient au niveau scolaire, mais, ce que nous appelons les compétences « non cognitives » (la confiance en soi, l’estime de soi, la capacité d’entraide, de coopération, etc.) se développeraient, fleuriraient… sans avoir cherché à le provoquer ! ».

En 2011, le ministère de l’Éducation nationale lui a laissé la possibilité de créer « cette classe » dont elle revait ! (voir le blog du projet « Classe maternelle, Gennevilliers » : http://lamaternelledesenfants.wordpress.com/ – précision : cette classe est en zone d’éducation prioritaire et plan violence).

En sept 2011 : les enfants de la classe de Gennevilliers étaient très en dessous du niveau moyen.

Un en plus tard, en juin 2012 : ils avaient dépassé ce niveau moyen… et pour certain de plusieurs années !

  • 100% des enfants de grande section sont entrée dans la lecture avec joie, plaisir et facilité.
  • 90% des enfants de moyenne section également !
  • Les enfants sont épanouis… rayonnants !

souleyman

Les grands principes de cette classe “révolutionnaire” :

  • Les enfants sont autonomes : ils choisissent librement leur travail. Ils sont donc motivés, ils « veulent ce qu’ils font » et pendant ce temps, l’enseignant peut répondre aux besoins spécifiques de ceux qui en ont le plus besoin.

 

  • Chaque activité réunit les 4 principes :
    • Le matériel est attrayant, il captive leur attention,
    • L’activité même est passionnante : ils sont engagés…
    • Et reçoivent un retour immédiat (grâce au matériel utilisé)
    • En cherchant à se perfectionner, l’enfant répète l’activité et développe une attention encore plus profonde !

 

  • Les enfants sont calmes, apaisés, heureux de travailler !

Montessori-france

3 autres principes importants :

  • Tout le matériel proposé aux enfants est sensoriel ! Car les enfants apprennent en touchant !
  • Comme place des interactions sociales est aussi prépondérante dans les apprentissages, la classe réunit des enfants de première, deuxième et troisième sections de maternelle. Ce n’est plus un mode d’enseignement « vertical » (de l’enseignant aux élèves), mais un mode d’enseignement « horizontal » : le savoir se partage entre les enfants, qui apprennent les un des autres, s’entraident, coopèrent, etc.…
  • Du coup il n’y a pas de COMPÉTITION, pas de COMPARAISONS dans la classe, entre les élèves. Il y a « une émulation constante ou les différences de chacun participent à la vie de la classe et l’enrichissent ! »

 

La classe dont nous rêvons pour nos enfants !!! Pas vous ?

Un grand merci, Céline, pour cette superbe intervention… et pour votre combat !

Nous souhaitons profondément que les hommes qui ont les clés pour changer tout cela vous entendent ! Pour nos enfants !


Un dernier mot !

N’hésitez pas à découvrir la méthode extraordinaire de notre ami Matthieu

qui a permis à notre Léo de connaitre « sur le bout des doigts »

toutes ses tables de multiplications… en 2 semaines !!

Enregistrer

Laisser un commentaire via Facebook

11 Comments

  • chouana

    Reply Reply 23 juin 2014

    Bonjour!
    Waouuuuuuh! La classe rêvée pour mes enfants (actuellement 2 ans et demi et 15 mois) oui effectivement!!… Il y a une école Montéssori dans ma ville (Nice) depuis 2013 à ……………………….7200€ l’année!!! Hors frais d’inscription(150€) et matériel(250€)!!! Snif….. Et pourtant je suis profondément convaincue de la réussite et surtout de l’épanouissement de tous les enfants dans de telles écoles… Alors ma question est: après cette expérience, dont les résultats sont juste bluffants, quand est ce que l’état va se décider à généraliser ce modèle d’école???!! Parce que l’argent investi pour le matériel serait largement rentabilisé par la suite avec 0% d’échec et 100% d’enfants en santé et épanouis…

  • Amelie Blot

    Reply Reply 24 juin 2014

    Cette vidéo, très encourageante, montre une fois de plus combien il est important de respecter le rythme de chaque enfant, combien il est important d’apprendre dans une atmosphère sereine et appropriée et combien il est important de faire du partage une notion fondamentale. Je suis une grande adepte de la pédagogie Montessori et reste convaincue que c’est LA méthode de la réussite. Cependant, le ticket d’entrée dans ses écoles reste très (trop) onéreux. Si l’éducation nationale pouvait s’engager financièrement à travers ces projets, ça serait un « grand » petit pas vers une scolarité qui rimerait avec gaité. Je pense que continuer à en parler c’est déjà faire avancer!
    Bravo pour cette conférence et bravo pour cet article.
    Amélie

  • megaliaskim

    Reply Reply 8 juillet 2014

    Bonjour, je trouve ce modéle d’éducation fascinant! Je rêve de pouvoir inscrire mon fils de 2 ans dans une école comme celleci a la rentrée 2015! Mais je me pose aussi la question (peut etre stupide) de savoir comment cela se passe quand l’enfant doit reprendre la direction d’une école  »normale » au collége ou au lycée. Si il n’a jamais éte confronté a la compétition, qu’on ne lui a jamais imposé d’activité, ect… cela doit être un choc pour lui, non?

  • faure

    Reply Reply 8 juillet 2014

    Juste merci pour cette vidéo qui, dans ses principes correspond au travail que je fais avec la même pratique, le même type d’enfants prétendus « difficiles », » à problèmes » (mais pas le même matériel : problème de budget !) et exactement le même résultat !
    Ce qu’elle décrit c’est ce que je vis tous les ans depuis plus de 30 ans ! Et tous les ans c’est magique !
    Alors encore une fois merci, merci, merci !

  • Lucie

    Reply Reply 8 juillet 2014

    Maria Montessori a créé la première « maison des enfants » en 1907, voilà donc 107 ans qu’on sait que cette pédagogie fonctionne. Qu’est-ce qu’on attend ? Qu’est-ce qu’ont attendu les gouvernements du siècle qui vient de passer ? C’est DINGUE ! Désolée, mais je vais inscrire ma fille à mi-temps dans une école Montessori à 60 km de chez moi parce que le directeur de l’école de mon secteur a choisi son métier pour les horaires et les vacances, et applique le programme inefficace de l’éducation nationale. Cette situation devient insupportable et rien ne change. C’est affligeant. Bravo à Mme Alvarez, en espérant qu’elle soit entendue par les « huiles » qui nous gouvernent. On peut toujours rêver.

  • Florence

    Reply Reply 9 juillet 2014

    Je travaille dans une école maternelle en tant qu’Atsem et je suis mère d’une petite fille de 4 ans et ex-parent délégué.Le sujet est très sensible pour moi et je constate souvent que la cause de la petite enfance qui pour moi s’arrête quand la manipulation des objets n’est plus nécessaire pour que l’enfant apprenne et pas avant est bien souvent ignorée :enfermement des enfants dans des classes de toute petite taille(je serai curieuse d’observer 30 adultes dans une petite pièce et ce au cours d’une année et de voir s’ils ne deviennent pas agressifs!),acivités abstraites,contrôle constant des comportements des enfants (et comment réagiraient des salariés si leur patron contrôlait sans cesse leurs faits et gestes et les jugeaient à tout bout de champ!)Faits évidents me direz-vous,et bien non car l’adulte évite de se transposer dans les conditions de vie des enfants ou le fait de façon si « puéril » »ils font la sieste,c’est cool la maternelle » »il y a plein d’activités ludiques »J’ai bien sûr adoré la vidéo et rêverait de travailler dans une telle classe!

  • Ema

    Reply Reply 9 juillet 2014

    Merci à vous de parler de Céline Alvarez ! Son travail est constructif et apporte de l’espoir.

  • llwynrt

    Reply Reply 17 juillet 2014

    j’ai de la chance, 2 écoles montessori dans ma ville, et à des prix abordables (l’année coûte moins cher que ce que paye l’état pour un élève dans le public). en contrepartie il y a une grande implication des parents pour permettre ces tarifs.

  • VIRELY Claire

    Reply Reply 21 juillet 2014

    Merci pour cette vidéo, diffusez le lien de cette vidéo à vos contacts afin que nous fassions entendre notre enthousiasme pour cette méthode pédagogique tout autour de nous et ce, jusqu’aux ministères. Claire

  • Elsa

    Reply Reply 25 février 2015

    J’en profite pour faire savoir qu’après 3 ans de résultats extraordinaires, et alors que l’expérience devait être prolongée et étendue dans d’autres écoles, l’Éducation nationale a subitement décidé de tout arrêter, sans préciser pourquoi, et Céline Alvarez, sûrement très déçue, a démissionné.
    On en vient donc à se demander pourquoi une expérience qui rencontre autant de succès est interrompue par le gouvernement ? Auraient-ils peur que les Français deviennent trop éveillés ? Trop réfléchis ? Qu’ils ne soient plus de bons petits moutons ?
    J’espère me tromper… En tout cas, moi aussi je rêve que ce type de pédagogie soit appliquée partout dans les écoles publiques, pour être accessible au plus grand nombre. Continuons d’y croire !

    • Danielle

      Reply Reply 25 février 2015

      Merci, vous écrivez exactement ce que je pense : que ce soit en ce qui concerne la pédagogie Freinet ou Montessori, à chaque fois que celles-ci font la preuve de leur qualité et de l’intérêt qu’elles représentent pour les enfants, elles sont soit stoppées ou pire, dénaturée au point qu’elles en deviennent toxiques et qu’ensuite on peut dire : « vous voyez, on les a essayé et ça ne marche pas »… ou pire encore, leur application rigide et normative ainsi que la référence qui en est faite en dégoûte définitivement les enfants…
      Freinet disait qu’il valait mieux être à l’écoute des êtres merveilleux, inventifs, imaginatifs, plein de fantaisie et incroyablement ouverts au monde que sont les enfants que suivre à la lettre des techniques vidées de leur esprit et du respect de la personne.
      Je doute, hélas que vous vous trompiez…

Leave A Response

* Denotes Required Field