Comment développer notre estime de soi pour mieux aider nos enfants ?

Cette semaine nous accueillons Coralie du blog « Tu peux le faire ». Elle nous invite à découvrir comment le développement de notre estime de soi peut aider notre enfant à atteindre ses propres objectifs !

 

Nous n’avons pas toujours la bonne approche avec les gens que nous aimons. Parfois, nous pensons les aider et nous les blessons parce que nous projetons naturellement notre vision, notre façon de faire, nos propres blessures, nos frustrations, nos humeurs.

Avec nos enfants, nous transposons par défaut l’éducation que nous avons reçue ou au contraire, nous en prenons le contrepied sans que cela corresponde non plus à leurs besoins.

Beaucoup sont conscients que l’amour est la clé tout en ayant l’impression d’en donner trop ou pas assez. Difficile de s’y retrouver!

L’amour semble pourtant être une évidence. Tout le monde est apte à le ressentir dès son plus jeune âge. C’est instinctif, comme le montrent les animaux. Nous sommes « programmés » pour aimer. Alors pourquoi est-il si difficile d’en donner et d’en recevoir de manière juste et spontanée ?

Pour comprendre cela, il nous faut observer la façon dont nous nous construisons dès la petite enfance. Nous naissons purs et vierges de tout jugement et hostilité (en principe !). Afin de devenir un individu capable de « fonctionner » parmi les siens, nous apprenons à manger, parler, marcher, nous développons notre personnalitél’image que nous avons de nous -, celle qui nous donnera des repères et une structure psychologique : le sentiment d’être un individu/personnage à part entière.

Dans ce processus de développement de l’enfance, nous connaissons tous des blessures. Nous nous sentons parfois abandonnés, rejetés, trahis, humiliés ou injustement accusés. Ces blessures nous font interpréter que nous ne sommes pas capables, que nous n’en valons pas la peine, que nous ne sommes pas dignes d’amour, que nous n’avons pas de valeur, que nous ne méritons pas de… car, au moment où cela se produit, nous n’avons aucun discernement, aucun recul.

Notre estime de nous-mêmes est alors très compromise par toutes ces interprétations. Rien d’insurmontable, me direz-vous ?! Nous passons tous par-là après tout

Le problème est qu’à 7 ans (âge dit de raison), nous sommes identifiés à l’image que nous avons de nous (personnalité). Nous sommes prêts à fonctionner en tant que personne !

Que devrions-nous penser être d’autre ?, demandent la plupart d’entre vous (je l’espère, car cela signifie que vous suivez !)

Nous pourrions nous identifier à la conscience de la personnalité que nous utilisons pour fonctionner. La conscience est notre vraie nature. Notre identité est le support qui nous permet d’être conscient de soi. Sans miroir/image, pas de conscience d’exister. Nous avons besoin de la conscience ET de son support. Vous me suivez toujours ?

Se prendre pour ce que nous ne sommes pas comporte des limites. C’est là qu’arrive notre lot de difficultés-souffrance-adversité-dysfonctionnements. Et tant que nous sommes identifiés à notre image, notre conscience est très réduite. C’est un cercle vicieux, une impasse qui s’extériorisent par un tas de problèmes.

Le rôle des obstacles est donc de nous pousser à essayer de comprendre, à nous remettre en question pour in fine :

– découvrir que notre personnalité est seulement un support,

– apprendre à aimer les qualités, les défauts, toutes les imperfections de notre personnage (qui restera notre outil jusqu’à la fin de notre vie),

– nous défaire de nos fausses croyances,

– Laisser émerger et vivre dans la conscience, c’est-à-dire notre vraie nature dont l’essence est l’amour.

Peut-être pensez-vous cela utopique ? Il y a 20 ans, j’aurais pensé cela, mais l’existence même du blog Supers-parents montre l’évolution des consciences ou le sursaut de la conscience! Vous faites peut-être partie des gens qui se bougent et travaillent sur eux-mêmes ?

  • Non, pas du tout, je suis tombé(e) par hasard sur ce blog !

Dans ce cas, oubliez les deux paragraphes que vous venez de lire et revenons-en aux faits :

Une fois adultes, nous ne pouvons pas donner ce que nous n’avons pas : l’estime de soi. Alors, nous aimons trop (pour obtenir des autres l’amour que nous n’arrivons pas à nous donner), ou nous n’aimons pas assez (mal, sous condition, par intérêt, chantage) parce que c’est la seule façon que nous connaissons. Souvent les deux – trop et pas assez – (je sais de quoi je parle !)

Nous en arrivons alors à la conclusion suivante : « Que puis-je faire tel(le) que je suis, pour que mon enfant s’épanouisse et réussisse ? »

Cette question appelle deux bonnes nouvelles !

  • Nous pouvons aider notre enfant tel(e) que nous sommes (que nous changions ou non).
  • Nous pouvons l’aider à développer sa propre estime tout en développant la nôtre.

Et tout commence par cette prise de conscience : c’est possible !

 

 

Voici deux options pour lesquelles nous n’avons besoin de rien pour commencer.

1 S’autoriser à réaliser ce à quoi on aspire

S’autoriser à réaliser ce qui nous tient à cœur (nos rêves). Pour réaliser nos rêves, nous sommes obligés de dépasser les limites de notre personnalité. Ils sont aussi source de nombreuses prises de conscience.

Quel est le rapport avec mes enfants ? Les enfants ne font pas ce qu’on leur conseille ou leur demande, comme vous avez pu le remarquer ! En revanche, ils reproduisent ce que nous faisons de manière spontanée.

 

2 Utiliser les clés qui développent l’estime et le succès

Voici quelques suggestions à mettre en pratique jour après jour :

  • Écouter tout simplement ce qu’il a à dire en l’encourageant à exprimer ce qu’il ressent.
  • Être 100% présent quand vous choisissez d’être avec lui. Votre présence totale est un des plus précieux « engrais », celui qui développe sa conscience.
  • Lui rappeler qu’il a le droit d’échouer et de faire des erreurs. C’est une façon d’apprendre.
  • Lui permettre de voir sa sensibilité et sa vision différente de celle des autres (nous avons tous une perception et un regard différents sur la réalité).
  • L’aider à identifier ses qualités.
  • Faire avec lui la liste de ses atouts, de ses aptitudes, ainsi que les forces apportées par les difficultés qu’il a rencontrées. Considérez que l’éducation et les circonstances que vous lui offrez sont les meilleures pour développer les qualités dont il a besoin (il n’y en a pas de parfaites et ce sont elles qui font ses différences et ses forces).
  • Mettre en exergue sa singularité et lui expliquer que cela deviendra sa force lorsqu’il en sera conscient et qu’il l’acceptera.
  • Accepter et respecter ses incompréhensions ou ce qu’il n’arrive pas encore à faire.
  • Faire ressortir son potentiel.
  • Rester sincère, sans mentir ou être complaisant.
  • Proscrire le dénigrement, les reproches, les critiques ou les jugements.
  • L’aider à voir une situation autrement.
  • Mettre l’accent sur ses progrès.
  • Souligner ce qu’il fait plutôt que ce qu’il n’a pas fait.
  • Encourager tout ce qui développe son autonomie et sa responsabilité.
  • Lui demander pardon de l’avoir accusé de ne pas savoir ou de mal faire.
  • Se demander pardon de l’avoir accusé ou d’avoir mal fait.
  • L’aimer tel qu’il est et le lui dire.

Je sais, c’est ambitieux ! Ces ressources ont plusieurs fonctions que vous entrevoyez peut-être.

  • Elles nous apprennent à aimer mieux.
  • Elles nous aident à prendre du recul et à faire abstraction de ce qui nous dérange chez l’autre.
  • Elles nous invitent à le comprendre et donc à comprendre nos propres faiblesses et les accepter (s’aimer).

Choisissez ce qui est à votre portée aujourd’hui dans cette liste. Les deux points les plus importants étant les deux derniers ! Voyez ce que vous pouvez faire pour arriver à juste aimer l’autre tel qu’il est (sans qu’il change). Pour cela, relisez la liste et imaginez que l’autre, c’est vous.

Personne n’est parfait et la seule façon d’apprendre à s’aimer est d’accepter les défauts et les qualités de sa personnalité. Il y a une multitude de voies pour se dégager de l’emprise de notre identité, mais pas d’autre solution. C’est l’apprentissage d’une vie et l’éducation d’un enfant est l’une des plus puissantes opportunités pour cela.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire via Facebook

2 Comments

Leave A Response

* Denotes Required Field