Comprendre l’enfant qui mord !

Autant être le parent d’un enfant crocodile est inquiétant, autant constater des traces de morsures sur le bras de son bébé est désagréable ! Dans une telle situation, quelle mesure prendre ? Un enfant qui mord doit-il être considéré comme agressif voir mal élevé?

Cet article est un article invité écrit par Agnès Emma du blog “L’architecte  du couple durable”, un blog spécialisé sur le couple et la communication.

Tout enfant mord, plus ou moins fort. Et, un jour où l’autre, tout enfant se fait mordre par un autre. Il y a celui qui mord ses proches à la maison. Et puis, à la garderie ou à l’école, il y a cet enfant crocodile qui laisse ses empreintes de dents sur notre bébé (Note de Camille et Olivier : Ce qui était un peu le cas de notre petite dernière, Lili, qui a eut une belle phase “Crocodile”).

Pas de panique. Inutile de vous rendre chez un pédopsychiatre. Inutile de porter plainte à la gendarmerie. Dépendamment de son stade de développement, un enfant qui mord le fait plus plusieurs raisons. Ces raisons sont attendrissantes et non alarmantes. Je vous garantis qu’après cette lecture, le crocodile et vous deviendrez les meilleurs amis du monde.

Pour écrire cet article, je me suis inspirée du livre Comprendre et guider le jeune enfant à la maison et à la garderie, de Sylvie Bourcier, qui est une consultante diplômée en petite enfance (Note de Camille et Olivier : un livre de la collection des éditions du CHU Sainte-Justine, dont nous recommandons la plupart des ouvrages !).

livres pour paents

Comprendre l’enfant qui mord : les 6 alibis du crocodile

1) La phase orale de 0 à 18 mois

Non, un bébé ne nait pas mi-homme, mi-piranha. Durant cette période, l’enfant a simplement soif de découvertes.

Il est normal pour un bébé de cette tranche d’âge d’avoir sa bouche en contact avec la peau d’un tiers. S’il arrive à bébé de mordre, ce comportement reste compréhensible. Pourquoi ? En fait, de 0 à 18 mois, l’enfant utilise sa bouche pour explorer le monde qui l’ entoure.

La phase orale correspond à la phase de découvertes par l’ intermédiaire de la bouche. En fait, n’oublions pas que c’est d’ abord par la bouche que l’enfant entre en contact avec le monde extra utérin. Il prend le sein ou le biberon pour s’alimenter. Il découvre donc ses premières textures, les premiers goûts. Bébé sait que grâce à sa bouche, il apprend davantage de cet environnement aussi nouveau qu’étrange.

Finalement, tout ce qui est à proximité de bébé est victime de sa bouche. Autant les jeux que les personnes de son entourage. D’ailleurs, pour la défense de bébé, il resserre sur notre peau ses gencives bien avant ses premières dents. Son intention n’est donc pas de mordre pour faire mal, mais bien de découvrir.

Par l’ intermédiaire de sa bouche, l’enfant découvre les textures de ses jeux. Il découvre votre texture, votre peau, la peau de son copain de garderie! Le goût de la transpiration d’ un bras peut intriguer bébé. Naturellement, comme pour gouter, l’enfant peut serrer les gencives et les dents sur notre bras, comme sur celui d’ un autre bébé. Pour combler un bébé affamé de découvertes, mettons à sa disposition des jouets à différentes textures et sonorités.

2) La poussée dentaire

Un mal pour un bien

Nous avons oublié comment la poussée dentaire est douloureuse ! Mais c’est un vrai calvaire pour bébé. Ses dents transpercent ses gencives. Les nerfs de bébé sont mis à l’épreuve. Pour se soulager, bébé masse ses gencives en les frottant et en les resserrant sur le premier objet venu.

Parce qu’il n’y a rien d’autre à se mettre sous la dent, ou parce que nous sommes à proximité, cet objet, cela peut être le parent ou le copain de garderie.

Heureusement pour bébé, la nature fait bien les choses : les vingt dents ne poussent pas tout en même temps. Généralement, la poussée dentaire s’étire du huitième mois à trois ans. Malheureusement pour la victime, pendant que bébé se fait du bien sur son bras, ses dents existantes s’enfoncent dans la peau. De 0 à 3 ans, l’ entourage peut être victime de morsure de bébé. En sachant que son but est de se soulager, il est plus facile de prendre cela avec légèreté.

La solution pour minimiser les morsures liées à la poussée dentaire ? Proposer à bébé autre chose qu’un bras à lui mettre sous la dent. L’enfant doit avoir à disposition des jeux conçus pour se défouler et soulager ses gencives douloureuses.

enfant qui mord

3) Quand mordre signifie je t’aime

Vous le lisez partout et vous le remarquez sans doute, l’enfant est une éponge. Il observe et reproduit. C’est assez comique, mais un enfant qui mord prend modèle sur ses parents ou sur les couples de son entourage. Quand maman pose sa bouche sur celle de papa, bébé comprend que c’est un signe d’attachement. Un enfant qui mord peut donc tout simplement avoir assimilé sa première équation :

Avoir un contact buccal avec un tiers ( autrement dit, donner un coup de dents) = dire je t’aime

L’enfant démontre son affection, mais de façon maladroite… et parfois douloureuse ! Son intention est donc attendrissante, vous ne trouvez pas ? Bon, bébé n’est pas forcément délicat. Mais, à cet âge, la délicatesse et la précision ne sont pas ses points forts. Mais bonne nouvelle, ça viendra!

Alors, relativisons. Un enfant qui mord n’est pas agressif envers nous. L’auteur de la morsure exprimait son attachement !

Pour un je t’aime en douceur, Sylvie Boursier propose la solution suivante : faites la démonstration d’un doux baiser à votre enfant. Ensuite, invitez-le à reproduire votre geste. Avant la démonstration, quand l’enfant est en mesure de comprendre, dites-lui combien un coup de dent fait mal. Sensibilisé, l’ enfant se prête au jeu de la tendresse.

4) Mordre pour s’ affirmer

Quand un coup de dent veut dire « c’est mon jouet » !

À partir de 18 mois, un enfant qui mord le fait surtout pour s’affirmer. En fait, selon Sylvie Bourcier, c’est à 18 mois que débute le processus de socialisation. Bébé va davantage vers les autres. De plus, les occasions de rencontre se multiplient. À la garderie, chaque enfant apprend les joies et les difficultés à composer avec d’autres enfants. En fait, le contact avec les autres suscite en l’enfant une flopée d’émotions, de la contrariété à l’amitié. Le désir d’affirmation se développe.

Imaginez. En tant qu’adultes, nous savons à quel point vivre avec les autres n’est pas évident. Bébé doit lui aussi apprendre à vivre avec les autres. Supposons que son camarade jette son dévolu sur son jouet préféré, l’enfant est frustré. En fait, il défend son territoire. Submergé par l’émotion, l’enfant communique son ressenti… en mordant.

C’est l’émotion qui pousse à mordre. Et c’est normal. Un bébé exprime ses émotions par une communication non verbale depuis sa naissance. L’enfant mord parce qu’il n’a pas d’autre moyen pour communiquer ou parce qu’il ne sait pas comment communiquer autrement.

Un enfant qui mord est un enfant qui s’affirme. Ses parents peuvent en être fiers. La société tout entière doit en être fière. Un enfant qui a de l’estime de soi devient un adulte heureux, bref, un citoyen équilibré et épanoui. On a donc tous à gagner à préserver l’estime de soi des enfants.

Le rôle des parents, de l’éducateur est donc d’apprendre à l’enfant à opter pour la communication verbale pour que son besoin soi entendu et compris … tout en douceur.

Note de Camille et Olivier : C’est exactement ce qu’il c’est passé pour Lili ! Ayant bénéficié, depuis sa naissance, de notre nouvelle parentalité “consciente”, elle s’est bien plus affirmée que ses deux ainés (et continue à le faire d’ailleurs ;-). Bien sur, nous faisions tout pour lui faire comprendre qu’elle pouvait s’exprimer autrement qu’en mordant, mais sa phase “crocodile” ne s’est vraiment terminée définitivement que lorsqu’elle a su s’exprimer en parlant.

5) Mordre pour exprimer son impatience

Les enfants qui sont dans l’attente sont susceptibles de mordre. En fait, le sentiment de passivité imposé ou d’ennui exerce une tension chez l’enfant. L’enfant exprime son inconfort en mordant.

Les enfants qui attendent en groupe peuvent venir à se mordre les uns les autres. La solution pour prévenir les morsures est de faire en sorte que les enfants ne s’ennuient pas pendant l’attente.

Il existe d’autres formes d’impatience. Par exemple, tenir une glace à bout portant et imposer à l’enfant un rythme pour la manger, c’est risquer de se faire mordre. Un enfant qui n’obtient pas la coopération de son camarade peut mordre pour attirer son attention. Si Lucie ne lui rend pas sa figurine de super héros, Thomas risque de mordre la petite fille d’impatience. En fait, ce que Thomas veut simplement dire c’est« hé ho! tu me rends mon jouet ? »

6) Mordre pour dire « à la maison, ça ne va pas »

Les morsures peuvent aussi révéler un état de stresse chez l’ enfant. En tant que parents, interrogeons-nous. Notre environnement familial est-il stressant ? Sylvie Bourcier explique que la naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur, un déménagement, une hospitalisation ou des tensions conjugales peuvent occasionner un stresse chez bébé.

Souvent, on pense que bébé est trop petit pour comprendre ce qui se passe à la maison. On se dit que bébé ne parle pas. Il ne peut donc pas nous comprendre et être affecté par ce qui se passe. En fait, malgré nos efforts de discrétion, lors d’une tension conjugale par exemple, notre communication non verbale nous trahit.

N’oublions pas que notre plus grand spectateur reste bébé. Il nous regarde toujours d’un coin de l’ œil. L’enfant ressent la tension et adsorbe l’ambiance familiale. Bébé est donc toujours un minimum affecté par toute source de stresse. Sa seule façon de gérer son malaise est de mordre pour évacuer la tension.

Comment minimiser les morsures liées au stresse ? L’ enfant doit comprendre que nous sommes soucieux de ce qu’il vit. Ne négligeons pas l’enfant lors d’un évènement susceptible de le bouleverser. Parlons-lui de ce qu’il ressent. Même si votre enfant vous parle dans une langue que seul un autre bébé peut comprendre, écoutez-le. Tentez de comprendre ce que votre enfant ressent. Cela réconfortera bébé et diminuera ses peurs.

bebe qui mord enfant mordre crocodile

3 erreurs à ne pas faire

1) Étiqueter le crocodile d’ enfant agressif

Étiqueter un enfant d’agressif comporte des risques.

Supposons que nous avons un enfant qui mord. Devant lui, évitons de dire qu’il est un enfant agressif et méchant. L’ enfant place en son parent une confiance aveugle. L’enfant croit tout ce qu’on dit. Finalement, il continuera à mordre pour satisfaire l’idée qu’on se fait de lui.

Supposons que notre enfant est victime d’un crocodile. Etiqueter l’ enfant d’agressif peut conduire à son exclusion du groupe. Parce que les enfants l’évitent suite aux recommandations des parents. Parce que les autres enfants se moquent de lui. Or, même un petit crocodile a besoin d’être en relation avec les autres pour son développement personnel.

2) Se défouler sur les parents ou sur l’éducateur

On veut tous protéger nos enfants. Mais souvent, après constatation d’une morsure, le parent se plaint en son nom et non pas en celui de l’enfant. C’est la peur que son enfant se sente rejeté, mal aimé qui le pousse davantage à se plaindre. Le parent se fâche « celui qui ose faire pleure mon bébé aura affaire a moi ».

Il faut savoir qu’un enfant ne rumine pas longtemps au sujet d’une morsure, il vit dans le moment présent. Au contraire, les enfants savent très bien faire la paix et ne sont pas rancuniers de nature. Il serait absurde d’entrer en rivalité avec les parents.

3) Encourager la rivalité

L’adulte sert de modèle. L’enfant apprend des plus grands l’art de la vengeance, de la méprise et de la rivalité. Et si à la place, on accompagnait nos enfants vers toujours plus de tolérance et de compréhension? Sur le blog de Camille et d’Oliver, nous sommes à la bonne place pour nous sensibiliser.

Finalement, mordre est un moyen d’exploration et d’expression. L’enfant qui mord le fait aussi pour soulager ses gencives lors de la poussée dentaire. En être conscients nous invite à être plus patients et tolérants envers nos petits crocodiles. Pour éviter les morsures, notre rôle en tant que parents et intervenants est d’apprendre à l’enfant à exprimer ses émotions et ses besoins avec des mots. Apprendre à l’enfant à utiliser un jouet plutôt que le bras de son camarade pour se soulager fait aussi partie de nos tâches ;).

Et vous, votre enfant est-il un crocodile ? Se fait-il mordre par un crocodile ?
N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences en laissant un commentaire ci-dessous !

Laisser un commentaire via Facebook

22 Comments

  • Marta

    Reply Reply 3 juillet 2015

    Les mains, ces sont pour les caresses, la bouche pour les bisous, … à cet âge, la délicatesse et la précision ne sont pas ses points forts, certes, et le jeu est le pivot qui peut tout changer: au fur et à mesure qu’un nouvel apprentissage se consolide, à travers le jeu la plupart du temps, ses mouvements deviennent plus propres, ses pensées plus claires et cela lui permet de libérer des énergies et une attention qu’il peut désormais dédier à l’écoute des sensations subtiles provenant de son corps.
    http://www.demainestdejala.com
    Marta
    Expert en guérison du cancer

  • Amandine

    Reply Reply 7 juillet 2015

    Super blog, chouette article, BRAVO !!!!
    Venais faire un petit tour sur mon blog, j’en serais ravie
    https://lemondedamandine.wordpress.com/
    A bientôt

  • Mino

    Reply Reply 14 juillet 2015

    Je suis la seule à me faire mordre par mon fils de 20 mois. Je pense que c’est pour me dire qu’il m’aime 🙂

    • Coco

      Reply Reply 9 octobre 2015

      Bonjour
      J’ai entendu/lu que si l’on a tendance à beaucoup embrasser ses enfants, c’est un peu comme si on les « devorait de baisers » et cela peut induire dans leur esprit l’idée de la morsure.
      Donc ne pas trop les étouffer sous les baisers pourrait aider.

  • VeggieP

    Reply Reply 15 juillet 2015

    Cet article est bien mignon mais il devrait s’appeler « comprendre le bébé qui mord » plutôt que l’enfant car vous faites très peu cas des enfants en âge de s’exprimer autrement et qui continuent de mordre. Parce que j’ai du mal à croire que les petites morsures de bébé qui a mal aux gencives puisse vraiment déranger qui que ce soit. En revanche, les petits qui, ayant atteint les 2, 3, 4 ans ou plus, et qui sont toujours des serials mordeurs sont souvent montrés du doigt. Or ceux-là, vous n’en faites pas vraiment mention. Ils parlent et savent exprimer un mal-être autrement que par la violence, mais quand même un bon coup de dents dans le bras de la camarade de classe, ça leur paraît une bonne solution. Pourquoi?

    • Anna

      Reply Reply 16 juillet 2015

      Article intéressant mais comme VeggieP, je pense que tout le monde comprend quand cela vient d’un enfant pré-verbal mais après, c’est sûr qu’on se pose plus de questions!

      Là où je suis tout à fait d’accord, c’est qu’il ne faut pas étiqueter un enfant.

  • vanessa

    Reply Reply 6 octobre 2015

    article très intéressant, j’ai mois même un petit crocodile à la maison (après il a pas l’air de mordre à la crèche, du moins les puéricultrices ne m’en ont jamais fait part…) le « bisou morsure » me semble être une bonne explication dans notre cas (aucun facteur déclenchant visible, souvent dans des moments calme)

  • Coco

    Reply Reply 9 octobre 2015

    Bonjour
    Mes deux enfants ont beaucoup tapé les autres enfants avant de pouvoir prononcer leurs premiers mots (vers 2 ans…). Les sorties au bac à sable étaient devenues source de stress. Ils cherchaient je le sais à entrer en contact avec les autres… C’est un peu comparable à la morsure autour de l’idée de l’impatience et de l’expression des émotions.
    Mais cela a été très difficile pour nous parents…et pr les autres enfants aussi du coup même si on faisait tout pour prévenir les pb…

  • Delsaux

    Reply Reply 12 octobre 2015

    Bonjour,
    Ce midi j’ai reçu un message de ma nounou qui en allant chercher ma fille de 3 ans et demi a l’école a du aller la chercher dans une autre classe :
    A la recréation elle a mordu une petite camarade de classe et comme elle n’a pas voulu dire pardon, elle a été mise dans une autre classe.
    Je ne supporte pas l’idée que ma fille ait été mise de côté, elle n’est pas méchante et elle a du mal a aller vers les autres camarades, depuis le début de l’année elle préfère rester seule a la recréation…
    J’aimerai avoir qqs conseils avant d’aller en parler a son instit mercredi..,
    Merci d’avance

  • Nath

    Reply Reply 29 octobre 2015

    Bonjour,
    Sujet très intéressant !
    Est-ce-que ce sont pour les mêmes raisons que l’enfant peut griffer au lieu de mordre ?

  • Fanny

    Reply Reply 2 décembre 2015

    Cette illusion de bienveillance qui consiste à comprendre l’enfant qui mord, à banaliser son geste, à ne surtout pas le punir sous prétexte que ça pourrait le traumatiser – quand le bon sens tendrait à considérer que ce comportement est inacceptable, point barre, et doit cesser AU PLUS VITE.
    Bizarrement l’enfant mordu, lui, n’appelle de votre part aucune considération particulière ni aucune compassion, c’est bien simple, vous vous en foutez totalement, il n’existe pas, il n’est pas une victime et vous vous permettez même de faire la leçon à ses parents qui pourraient tenter de le protéger. Seul compte « l’enfant crocodile » (ie : le vôtre). Lui, en revanche, doit être à tout prix ménagé, le pauvre.
    La parenté bienveillante, cette fabrique de petits pervers tout puissants à qui il ne faut surtout pas poser de limites. Beurk, je plains vos enfants et ceux qui devront vivre avec eux et supporter leur tyrannie.

    • Marlinette

      Reply Reply 2 décembre 2015

      Je ne vois pas ce que votre commentaire vient faire ici, d’ailleurs si la parentalité positive ne vous parle pas alors que venez vous donc faire sur ce blog??!
      Vous trouvez cela sûrement mieux et plus constructif de crier, punir et effrayer ses enfants??!
      Je rapelle que la parentalité positive n’est pas du laxisme contrairement a ce que vous laissez entendre!! En quoi respecter ses enfants et essayer de les comprendre peut leur faire du mal?

    • Camille et Olivier

      Reply Reply 3 décembre 2015

      Merci Marlinette 😉

      Chère Fanny, nous vous invitons, si vous êtes ouverte à la découverte et aux éventuelles remises en question personnelles à jeter un oeil aux 4 vidéos que nous diffusons actuellement : il faut vous inscrire, mais ne vous inquiétez pas il n’y a aucun engagement : http://www.parentalite-consciente.com/formation-gratuite-accedez-aux-videos/

      A bientôt peut-être pour en discuter.

  • fanny

    Reply Reply 5 mars 2016

    Bonjour,
    Comme d’autres personne, je pose la question des enfants qui plus grands, à partir de 2 ans, et qui continuent de mordre, taper tirer les cheveux malgré le fait fait q’il commence à pouvoir s’exprimer verbalement? Pouvez vous nous éclairer sur le sujet?
    Merci beaucoup

  • Angélique Mathieu-Tanguy

    Reply Reply 2 juillet 2016

    Dans les articles écrits plus haut, il est écrit que les enfants qui sont mordus n’en gardent absolument aucune rancune Fanny puisqu’ils arrivent très vite à faire la paix avec les autres enfants étant donné qu’ils vivent dans le moment présent.

    Donc ce sont eux qui s’en fichent d’avoir été mordus. Cet article est vraiment très intéressant je confirme.

    Un autre sur les enfants de maternelle qui mordent eux aussi serait intéressant aussi c’est sûr. 🙂

    • lucie

      Reply Reply 25 juillet 2016

      Bonjour, je viens d’être confrontée à un « crocodile »comme vous les appelez! Mon fils de 3ans vient de rencontrer son cousin de 1an et demi (ils se voient très rarement car habitent très loin). Tout les jours où on se voit mon fils se fait mordre par son cousin et depuis d’une part il ne veux plus jouer avec lui mais il a aussi peur d’aller jouer avec les autre enfants! Alors je suis désolée mais visiblement tout les enfants ne passent pas à autre chose chose aussi facilement que vous le dites!! Je veux bien croire à l’éducation positive mais là je pense surtout au bien être de mon fils mordu. Ça créer des tensions avec ma soeur et je ne sais pas comment agir! Si vous avez des conseils je suis preneuse!!

  • Fatima Allouche

    Reply Reply 4 novembre 2016

    Merci de cet article ! Hyper intéressant ! J’y trouve les réponses à toutes mes questions sur mon enfant.

  • Christine

    Reply Reply 24 novembre 2016

    Merci! Ma petite crocodile a 20 mois et à la crèche ils me font beaucoup culpabiliser. Je me sens bien rassurée.

Leave A Response

* Denotes Required Field